Test ASUS ZenBook Pro Duo UX581V : un monstre docile, taillé pour la productivité et la création

Nathan Le Gohlisse Contributeur
28 septembre 2019 à 12h00
0
La note de la rédac
Faire tenir deux écrans sur un laptop, nombreux sont les constructeurs à s'y être essayé ces trois dernières années — Apple en tête, au travers de la fameuse (et hautement inutile) TouchBar des MacBook Pro. Les fabricants ayant réussi, par ce biais, à proposer une véritable plus-value à l'utilisateur sont en revanche nettement plus rares. Avec son ZenBook Pro Duo, le taïwanais ASUS tente l'expérience... avec succès.

Présenté pour la première fois lors du Computex 2019, à Taïwan, le ZenBook Pro Duo (UX581V) d'ASUS avait surpris et intrigué. Lancé en Europe trois mois plus tard à l'issue de l'IFA, l'appareil réussit le tour de force de rendre vraiment pertinente (et utile) la présence d'un second écran sur ordinateur portable.

IMG_3017-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Performant, le nouveau fleuron d'ASUS se destine avant tout aux créatifs et s'inscrit dans la nouvelle génération de machines pensées avant tout pour les professionnels, sans pour autant fermer la porte au grand public... tout du moins sur le papier. Car oui, le ZenBook Pro Duo n'est pas un ordinateur à la portée de toutes les bourses. Le modèle qu'ASUS nous a fait parvenir en test est ainsi proposé au tarif recommandé de 3499,99 euros.

Pour ce prix le ZenBook Pro Duo embarque :

  • Un écran principal OLED 4K (3840 x 2160 pixels) tactile de 15,6 pouces
  • Un écran secondaire « ScreenPad Plus » IPS 4K (3840 x 1100 pixels) tactile de 14 pouces
  • Un processeur Intel Core i7-9750H — 6 cores et 12 threads cadencés entre 2,6 et 4,5 GHz ; 12 Mo de cache.
  • Une carte graphique GeForce RTX 2060 avec 6 Go de mémoire vidéo
  • 32 Go de mémoire vive (DDR4 2666 MHz) non extensibles
  • 1 To de SSD au format M.2
  • 1 port Thunderbolt 3 USB-C (jusqu'à 40 Gb/s et DisplayPort) ; 2 x USB 3.1 Gen 2 Type-A (Jusqu'à 10 Gb/s) ; 1 port HDMI 2.0 ; 1 prise jack 3,5 mm.
  • 1 stylet gracieusement inclus par ASUS... avec ses piles (!)

L'ensemble est fourni avec un stylet ainsi qu'un repose poignet, et est animé par Windows 10 Home.

Notons qu'une version plus performante encore du ZenBook Pro Duo est disponible pour la bagatelle de 4000 euros. Cette dernière conserve une fiche technique identique mais troque le Core i7-9750H de notre unité de prêt pour un Core i9-9980HK (8 cores / 16 threads ; 2,4 à 5 GHz de fréquences ; 16 Mo de cache).

Un modèle plus petit et nettement moins coûteux (dès 1499 euros) est également disponible : le ZenBook Duo (UX481). Ce dernier se contente d'un Core i7, de 16 Go de RAM (LPDDR3, plus lente) et d'un petit GPU dédié NVIDIA MX250 2 Go. On troque aussi l'écran 4K 15,6 pouces OLED pour une dalle LCD Full HD de 14 pouces seulement. Les coupes sombres sont donc notables... et la machine pourrait ne plus tellement convenir au public cible : les créatifs les plus exigeants.

Acheter le ZenBook PRO Duo

L'ASUS ZenBook Pro Duo : un monstre docile, taillé pour la productivité et la création

L'impression première avec l'appareil d'ASUS est d'avoir sous les doigts un ordinateur hors du commun, au sens propre du terme. Dès l'ouverture du capot l'ordinateur se hausse sur lui-même à l'aide d'un bord saillant placé sur la tranche inférieure de l'écran.

IMG_3018-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

IMG_3013-min.JPG
Voici l'arrière train de l'appareil qui lui permettra de se dresser légèrement une fois ouvert © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Ainsi campé, le terminal est légèrement incliné vers l'utilisateur. Une position qui rend instantanément confortable l'accès au clavier et facilite aussi la l'utilisation de l'écran secondaire. Une chouette idée (employée par la marque sur d'autres laptops), tout spécialement le cadre d'un appareil pensé pour la productivité et la création. Elle permet aussi et surtout à ASUS de laisser passer de l'air sous l'ordinateur, pile au niveau de ses larges grilles d'aérations. Il n'en aura besoin en montage et dans le cadre de l'usage lourd et soutenu pour lequel il est conçu.

Cette particularité n'est pas la seule du ZenBook Pro Duo, loin s'en faut. L'intégration d'un écran secondaire au dessus du clavier a en effet pour conséquence quelques choix d'ergonomie bien tranchés sur l'appareil. Le clavier descend ainsi tout au bas de l'espace disponible, au point d'arriver à champ du châssis et d'engloutir complètement l'emplacement habituel du trackpad. Ce dernier se voit ainsi contraint de migrer à l'endroit où l'on trouve habituellement le pavé numérique et de prendre un format aussi ramassé que vertical.

IMG_3025-min.JPG
Comme sur de nombreux laptops ASUS, le trackpad peut se convertir en pavé numérique © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Son utilisation, en cette position inhabituelle, n'est pas déplaisante pour autant. Après un petit temps d'adaptation, on se plaît à utiliser ce dernier comme s'il était placé sous le clavier. Difficile en revanche de ne pas noter les contrainte inhérentes à son format : petit et disposé en longueur plutôt qu'en largeur, il complique par moment la navigation et oblige à des balayages horizontaux bien trop fréquents. On aura vite fait de raccorder une souris sans-fil pour s'en départir complètement.

IMG_3020-min.JPG
Ce repose-poignets est confortable mais attention à sa finition moyenne... un usage intensif aura probablement raison de son revêtement © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Les plus attentifs auront certainement compris que le placement du clavier empêche la présence de tout repose-poignets. Heureusement ASUS a eu le nez creux. Le fabricant livre avec son PC un repose poignet qui vient se blottir (sans pour autant se clipser) sous le clavier et contre le châssis. La forme de ce dernier et la présence de large patins en caoutchouc l'empêchent de trop bouger une fois mis en place et rend la présence du ZenBook Pro Duo encore plus massive sur un bureau. Pas grave, l'appareil n'a pas vocation à être discret et ce repose-poignets détaché permet une expérience d'utilisation extrêmement proche de celle d'un clavier pleine taille pour ordinateur de bureau.

Le clavier en lui même est par ailleurs l'un des meilleurs que nous ayons pu tester depuis longtemps, avec une frappe très précise, une course étonnamment longue pour un laptop (ASUS évoque une course de 1,4 mm sur la page officielle du PC) et un retour moelleux sans l'être trop. On prend véritablement plaisir à taper du texte sur le ZenBook Pro Duo. Avantage à la présence d'un trackpad aux dimensions réduite, le clavier a le mérite de ne pas être trop excentré vers la gauche. Une bonne chose lorsqu'on s'apprête à travailler plusieurs heures d'affilé.

IMG_3024-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Pour le reste difficile d'attaquer ASUS en termes de finitions ou de design. Le ZenBook Pro Duo est assemblé avec beaucoup de séreux et paraît robuste avec sa carlingue en aluminium et une utilisation parcimonieuse de matières plastiques. Son look, assez rigoriste mais porté par un coloris « bleu céleste » classieux, a au moins le mérite d'être sobre et saura convaincre les amateurs de machines discrètes.

Attention en revanche à l'absence de capteur d'empreinte (moyennement gênante car remplacée par un identification faciale via Windows Hello) et à la présence d'une connectique correcte mais assez chiche pour un appareil de ce gabarit. Il faut ici se contenter de deux ports USB Type-A, d'une prise Thunderbolt et d'une sortie HDMI... c'est juste. On regrette par exemple l'absence d'un lecteur de carte SD pourtant très utilisé par les créatifs. Amis de l'adaptateur USB, bonsoir !

IMG_3012-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

IMG_3011-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le second écran... utile ou pas ?

Si nous reviendrons un peu plus bas sur la qualité d'affichage des deux écrans ajoutés par ASUS à son terminal, abordons la question de l'ergonomie et surtout de l'utilité de l'écran secondaire « ScreenPad Plus » du ZenBook Pro Duo.

Sur ce point, on sent qu'ASUS s'est pas mal gratté la tête pour proposer une expérience, pertinente, ludique et surtout probante pour l'utilisateur. Conséquence de cette réflexion appuyée du constructeur et de ses ingénieurs, une bonne dose de surcouche a été ajoutée à Windows afin de permettre des fonctionnalités dédiées à ce deuxième écran d'affichage. Il est en clair très facile d'utiliser le « ScreenPad Plus » et de le mettre véritablement à contribution au quotidien... et ce pour une simple raison : il est pris en charge exactement comme un deuxième écran le serait sur un ordinateur de bureau. De quoi le rendre utile sans nous en imposer l'utilisation pour autant.

IMG_3030-min.JPG
ASUS fournit un stylet avec l'appareil, mais ce dernier n'est pas vraiment utile © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Tactile, comme l'écran principal, cette large dalle logée au dessus du clavier peut afficher côte à côte jusqu'à trois fenêtres que l'on viendra disposer à la souris. Un bon moyen de garder à l'oeil différents outils sans être forcé d'user trop souvent de la traditionnelle commande « Alt + Tab ». Cette fonctionnalité reprend le système de multi-fenêtrage de Windows 10 en y ajoutant une surcouche made in ASUS pour simplifier la répartition égale de ces différentes fenêtres sur l'écran. Le principe fonctionne bien et permet en effet de gagner en réactivité, exactement comme le permettrait un écran secondaire sur un ordinateur de bureau - peut-être même encore plus puisqu'on a littéralement sous les yeux cet espace d'affichage additionnel.

Déplacer une fenêtre sur l'écran secondaire du ZenBook Pro Duo a en outre pour conséquence d'afficher un overlay bien pratique. En maintenant sa prise sur une fenêtre et en la faisant survoler le menu contextuel d'ASUS, il est possible d'étendre verticalement la fenêtre sur les deux écrans (pour une continuité de l'affichage intéressante, notamment en navigation web), d'épingler la fenêtre au Launcher du « ScreenPad Plus » (pour pouvoir la lancer sur ce dernier en un clic), ou de la renvoyer en plein écran sur le moniteur principal.

IMG_2999-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le Launcher d'ASUS aurait en revanche gagné à être un peu moins vide. En l'état, il sert surtout à afficher les paramètres propres au second écran, à avoir un accès rapide aux applications épinglées (pour les ouvrir en un clin d'oeil et les disposer automatiquement sur cette dalle secondaire) et à afficher toutes les applications actuellement ouvertes. ASUS propose aussi un magasin d'applications de son cru, qui nécessite la création d'un compte ASUS (ou une connexion via Facebook ou Google) pour être lancé... Nous aurions beaucoup aimé vous en parler plus, mais après quatre essais (deux fois via un compte Google, deux fois en essayant de créer un compte ASUS) ledit marché d'application ne voulait toujours pas se lancer.

IMG_3001-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Précisons enfin qu'une touche située juste au dessus du trackpad est disponible pour faire automatiquement passer sur l'écran du haut les fenêtres affichés sur l'écran du bas et inversement - ou seulement la fenêtre active. La chose se fait en un éclair et fonctionne relativement bien en dépit de quelques bugs de jeunesse et d'une répartition des fenêtres pas toujours reproduite à l'identique du premier coup.

D'autres touches de raccourcis sont présentes sur le clavier, notamment pour activer le mode Turbo (boost de ventilation et performances améliorées au détriment de l'autonomie), éteindre l'écran secondaire, réaliser des captures d'écran facilement ou encore lancer l'environnement « My ASUS ». Ce dernier permet entre autres d'accéder à un réglage rapide des modes de couleurs pour les écrans de du ZenBook Pro Duo, de gérer le mode de recharge ou encore d'accéder à un outil de diagnostique plutôt bien pensé.

IMG_3002-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Quand l'écran principal OLED... fait ombrage à son camarade « ScreenPad Plus »

Que valent les deux écrans proposés par ASUS sur le ZenBook Pro Duo ? On y vient. Nous l'avons dit en début d'article, les deux écrans intégrés à l'appareil profitent d'une définition 4K et donc d'une finesse d'affichage plus que satisfaisante. Un bon point contrebalancé par la différence de technologie entre les deux dalles : nous avons de l'OLED pour l'écran principal et une « simple » dalle LCD IPS pour le moniteur secondaire. Une différence qui saute aux yeux sans vraiment s'avérer gênante à l'usage.

On pourra aussi pointer que les deux écrans ne disposent pas du même revêtement : celui du haut est brillant (et laisse donc passer toutes ses plus belles couleurs jusqu'à nos rétines), tandis que celui du bas est mat. Un choix compréhensible, puisque le deuxième écran est nettement plus sujet, de part son positionnement, aux traces de doigts. Il aurait par ailleurs reflété de manière trop marquée l'écran du haut s'il n'avait pas été recouvert de cet habillage anti-reflets. La décision d'ASUS paraît donc sage.

IMG_3034-min.JPG
L'écran OLED sublimera à peu près n'importe quel contenu © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

D'un point de vue technique, le constructeur taïwanais évoque une luminance maximale de 400 nits et une couverture à 100% du spectre colorimétrique DCI-P3 pour son écran OLED, qui profite d'angles de vision annoncés à 178 degrés. Une caractéristique partagée par l'écran secondaire « ScreenPad Plus ».

Dans les faits la dalle OLED 4K du ZenBook Pro Duo s'avère quasi parfaite, avec une luminosité suffisante dans la plupart des cas et un contraste infini (caractéristique première de l'OLED). Les couleurs sont chatoyantes sans jamais sombrer dans l'excès et le calibrage par défaut convainc dès la première ouverture de session.

Pour l'écran secondaire, le constat est légèrement plus mitigé. On sent bien que l'on descend d'un cran en termes de qualité face à l'OLED, mais il nous paraît difficile d'en faire le reproche à ASUS qui a clairement dû faire des concessions pour ne pas faire s'envoler le prix final de son laptop (déjà très coûteux).

IMG_3021-min.jpg
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

On doit donc se contenter de couleurs plus ternes et d'une luminosité en partie compromise par le traitement anti-reflets évoqué plus haut. Sans surprise, le contraste lui aussi est moins bon, sans jamais se montrer insuffisant. Dans l'ensemble, le choix d'une dalle IPS pour le moniteur du bas est entièrement justifié en dépit des limites qu'elle implique et de la différence dont elle souffre en état apposée juste auprès d'une dalle OLED.

Nous sommes en revanche un peu plus partagés sur les angles de vision permis par ce panneau IPS. Convenables dans l'ensemble ils se montrent dans certains cas un peu justes. On aura donc tout intérêt à se tenir bien en face du ZenBook Pro Duo pour profiter au mieux des deux écrans. Heureusement, la légère inclinaison du châssis vers l'utilisateur permet de palier en partie à cette (petite) lacune.

Un laptop pensé pour la création mais aussi à l'aise en jeu

Passons à la question des performances du terminal. De ce côté, ASUS nous livre une copie soignée, portée par une fiche technique costaude. Avec son Core i7-9750H, ses 32 Go de DDR4 et sa RTX 2060, notre ZenBook Pro Duo est capable de faire de belles choses... notamment en montage vidéo.

IMG_3028-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

On sent que l'appareil a été avant tout conçu pour cet usage. Au delà de la praticité induite par la présence de deux écrans, le duo CPU / GPU sélectionné par ASUS fait un travail très satisfaisant. Pour illustrer notre propos, nous avons installé Da Vinci 16 sur l'appareil pour y réaliser le montage d'une petite vidéo en 4K / 30 images par seconde. Sur le ZenBook Pro Duo, notre clip de test (d'une durée de 1 minute 35) parvenait à être exporté en MP4 / H.264 au bout de 7 min 35 sur batterie et en 4 minutes 26 sur secteur. Dans les deux cas le mode Turbo était activé. Des résultats convaincants mais qui auraient pu être meilleurs sans les limitations induites par le thermal throttling constaté en charge CPU (nous y viendrons un peu plus bas).

Testé sous CineBench R20, l'appareil effectuait le rendu en un peu moins de trois minutes et affichait un score CPU de 2314 points. A titre indicatif, c'est un peu moins qu'un Core i7-7700K qui glane 2420 points sur ce même test avec ses 4 cores et 8 threads. La puce mobile qu'est le Core i7-9750H s'en sort donc avec les honneurs.

Puisque le ZenBook Pro Duo embarque une GeForce RTX, il était trop tentant de voir de quoi il était capable en jeu. Nous avons donc lancé Shadow of the Tomb Raider pour une expérience valable... même en 4K.

Motorisé par le Core i7-9750H, 32 Go de RAM et la RTX 2060, le titre de Crystal Dynamics s'animait sans broncher. En 4K, et sans trop faire de sacrifices sur le plan visuel (réglages en Ultra dans la plupart des cas, traitement anti-aliasing en TAA et ombres par ray-tracing coupées), nous sommes parvenus à atteindre les 30-35 FPS constants dans les niveaux intérieurs comme extérieurs. Le jeu se montrait alors très joli à regarder... et ce en grande partie grâce à la finesse d'affichage et au pouvoir sublimant de l'OLED.

En 1080p, le rendu était naturellement beaucoup moins glamour, mais nous parvenions cette fois à tenir sans difficulté le cap des 60 FPS avec tous les réglages poussés au maximum (exception faite des ombres par ray-tracing encore trop gourmandes pour la RTX 2060). Inutile de préciser que nous avons (et de loin !) préféré jouer en 4K avec un framerate certes moins élevé, mais une définition native.

IMG_3027-min.JPG
Tomb Raider sur l'écran principal + Spotify, Discord et HW Monitor en bas... c'est tout à fait possible © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Côté dissipation, l'appareil nous a fait plutôt bonne impression, avec un bruit modéré même en utilisation intensive. Seul un léger souffle se fait entendre. On reste bien loin des décibels émis par les la plupart des laptops gaming et c'est tant mieux. Revers de la médaille, les températures, elles, ont tendance à monter assez haut et assez vite... même sur le bureau.

Aidés de HWMonitor, nous avons ainsi relevé des températures souvent supérieures à 50 degrés en idle et gravitant autour de 95-97 degrés en montage vidéo. En jeu, sous SotTR, nous étions en revanche plutôt entre 80-90 degrés. Clairement, entre silence et fraîcheur, ASUS a fait son choix. Le bien être de nos oreilles prime ici sur le reste... Un parti pris finalement assez logique pour une machine pensée avant tout pour les créatifs qui ne travailleront pas toujours avec un casque.

Ces impressions se sont par la suite confirmées sous AIDA 64. En stress test, l'outil détectait un thermal-throttling prononcé, oscillant entre 10 et 24%. Les températures grimpaient alors aux environs de 96-98 degrés.

Une partie son soignée... mais pas de surprise sur l'autonomie

La partie sonore du ZenBook Pro Duo a été en partie confiée à l'américain Harman / Kardon (filiale de Samsung), qui signe les haut-parleurs de l'appareil. Avant tout marketing, ce genre de partenariats est rarement synonyme de vrai gain en qualité audio et ce constat ne fait pas exception du cas qui nous intéresse aujourd'hui.

IMG_3016-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sans être mauvais (loin de là même) les haut-parleurs du ZenBook Pro Duo se montrent correctes et parfois même légèrement au dessus de la mêlée avec un son relativement équilibré. On y trouve des médiums bien audibles et des basses qui, à défaut d'être vraiment au rendez-vous, savent apporter un peu de relief à l'ensemble. On aura toutefois du mal à passer outre des aigus souvent stridents, et surtout à ne pas tiquer sur une scène audio vraiment étriquée... qui nous rappelle que nous sommes bien sur un ordinateur portable.

IMG_3031-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

La sortie casque de l'appareil est en revanche très convaincante, avec un volume maximal suffisant. Même à plein volume, l'ensemble ne sature pas et à l'oreille le signal paraît bien géré. La prise casque proposée par ASUS n'est pas la meilleure que nous ayons testé ces derniers mois, mais elle fait son boulot sans jamais démériter.

Sans transition et pour boucler ce test, abordons l'épineuse problématique de l'autonomie. En la matière, et c'était à prévoir, le nouveau chouchou d'ASUS est confronté aux mêmes réalités que les autres appareils pourvus de composants performants et d'ordinaire intégrés aux laptops gaming. Avec son Core i7-9750H et sa RTX 2060, le ZenBook Pro Duo hérite d'une autonomie similaire à celle du Acer Triton 500 (que nous avons testé il y a peu).

IMG_3015-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

En clair, comptez environ 5 heures sur batterie en utilisation bureautique et multimédia et un peu de 4 heures en lecture vidéo avec la luminosité de l'écran à 80% et le rétroéclairage du clavier coupé. C'est convenable pour une machine proposé sur ce segment, mais attention à ne pas oublier l'adaptateur secteur (plutôt volumineux) pour réaliser des tâches plus lourdes comme du montage. Sur batterie, ces activités seront menées de manière bien plus lente et l'autonomie tombera le plus souvent à près de 2 heures d'après nos observations.

ASUS ZenBook Pro Duo UX581V : l'avis de Clubic

Performant, atypique, utile et globalement élégant malgré un gabarit massif, le ZenBook Pro Duo est de ces appareils qui ne laissent pas indifférent. Sans réinventer le laptop, ASUS et son terminal rendent pour la première fois (selon nous) l'intégration d'un écran supplémentaire pertinente sur PC portable.

IMG_3008-min.JPG
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Aidé d'une surcouche logicielle plutôt bien pensée (mais pas dénuée de bugs), le « ScreenPad Plus » parvient à se rendre utile et plaisant lorsqu'il s'agit d'être productif. Les créatifs sauront à n'en point douter en faire bon usage. Reste la différence d'affichage entre cet écran LCD et l'écran principal OLED qui saute aux yeux sans toutefois s'avérer gênante une fois qu'on s'y est habitué.

Mais au delà de l'atout indéniable que représente son concept, le ZenBook ne souffre d'aucun défaut rédhibitoire pour l'utilisation ciblée... et c'est peut-être là son principal point fort. Attention toutefois à bien prendre en compte sa taille et son poids, ainsi que son prix pour le moins prohibitif. La chauffe constatée sur l'appareil mérite aussi d'être gardée en tête en vue d'un éventuel achat...

ASUS ZenBook Pro Duo UX581V

Les plus
+ Un duo d'écrans inédit sous cette forme et pertinent à l'usage
+ Une dalle OLED superbe en guise d'écran principal
+ De bonnes performances en montage comme en jeu
+ Châssis robuste et bien conçu
+ Un clavier qu'on aime à la folie
Les moins
- Le trackpad : trop étroit et difficile à prendre en main au départ
- La différence de qualité entre l'écran OLED et la dalle secondaire (LCD)
- Une connectique un peu trop juste
- Le poids et les mensurations de l'appareil
- Thermal throttling important
Design
Ecrans
Performances
Autonomie
Prix
4

Acheter le ZenBook PRO Duo
Modifié le 28/09/2019 à 13h24
5 réponses
6 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top