Test de Windows Phone 7, l'OS mobile de Microsoft

21 octobre 2010 à 18h15
0

Introduction et présentation vidéo

00A0000003659200-photo-wp-vert-web.jpg
Les changements mineurs apportés aux multiples déclinaisons de Windows Mobile (6.0, 6.1, 6.5) ont fini par avoir raison du système. Le géant de Redmond se devait de faire table rase du passé pour repartir sur de nouvelles bases. Avec Windows Phone 7, Microsoft déclare être parti d'une feuille blanche pour proposer un système mobile capable de revenir sur le devant de la scène. Pari réussi ? Réponse à l'issue de ce test.

Dans les faits, les développeurs de Microsoft ne sont pas vraiment partis de zéro pour créer cet OS nomade à destination des smartphones. On se souvient que le Zune HD (un baladeur vidéo qui n'a jamais été commercialisé en Europe) avait déjà posé les premières bases de la fameuse interface « Metro » utilisée dans Windows Phone 7.

Par rapport au système d'exploitation qui équipait le Zune HD, Windows Phone 7 apporte son lot de nouveautés. En plus de la couche téléphonie, Microsoft a articulé l'ergonomie générale autour d'un écran d'accueil pourvu de « Hubs » astucieux.

Autre ajout et non des moindres : à l'instar de Windows Mobile, Windows Phone 7 embarque bien une petite suite Office permettant d'exploiter des documents bureautiques de type Word, Excel ou PowerPoint.

0280000003659280-photo-clipboard01.jpg


Présentation vidéo

La toute nouvelle interface « métro »

Un style minimaliste, mais efficace

Au premier contact, on remarque de suite le style graphique particulier de l'interface « Metro ». On aime ou on n'aime pas, mais dans tous les cas, la charte graphique ne laisse pas indifférent. Microsoft a pris le parti d'utiliser des couleurs très contrastées (plusieurs thèmes sont disponibles) pour différencier les icônes et autres polices de caractères. Une seule pincée d'excentricité vient perturber cet ensemble presque aseptisé : lorsqu'on navigue dans les menus ou qu'on ouvre une application : les polices de caractères et les différents éléments graphiques présents à l'écran apparaissent avec un effet de rotation 3D en perspective. Cette brève animation confère un aspect futuriste qui rappelle le film Minority Report.

00C8000003660424-photo-0000032.jpg
00C8000003660408-photo-0000024.jpg
00C8000003660448-photo-0000044.jpg

L'interface est minimaliste, mais elle est agrémentée par des effets 3D qui confèrent un aspect futuriste.


Ecran d'accueil : la pierre angulaire du système

L'interface de Windows Phone 7 ne se contente pas de cloner Zune OS. Désormais, un écran d'accueil enrichi que l'on peut faire défiler à la verticale fait son apparition. Il s'agit même de la pierre angulaire du système puisque c'est ici que l'on trouve l'ensemble des raccourcis et autres « hubs » (voir paragraphe suivant) qui permettent d'accéder aux rubriques principales du téléphone. Il faut passer par cet écran principal pour accéder au lecteur multimédia (photo, vidéo, audio), au carnet d'adresses, à Bing Maps, bref, à l'ensemble des applications que l'on est amené à utiliser le plus souvent.

00C8000003660368-photo-0000003.jpg
00C8000003660386-photo-0000013.jpg
00C8000003660426-photo-0000033.jpg

L'écran d'accueil et ses Hubs


Les raccourcis ne sont pas figés : il est tout à fait possible de les déplacer à loisir en laissant son doigt appuyé sur une icône, puis en la faisant glisser à l'endroit souhaité (à la manière d'iOS). Au besoin, on peut également ajouter des raccourcis vers ses programmes préférés ou vers des favoris Web sur la page d'accueil.

Dit papa, c'est quoi un « hub » ?

Sur l'écran d'accueil, Microsoft a placé six « hubs ». Qu'est-ce qu'un « hub » ? Cette appellation désigne les rubriques principales de l'écran d'accueil (contacts, photos, musique et vidéo, Marketplace, Office, Jeux) qui agrègent automatiquement du contenu via le Web. Pour bien comprendre le concept, nous allons détailler l'ensemble des fonctionnalités principales qui sont proposées par chacun des six « hubs » principaux.

Tout d'abord, dans le « hub » contact, un flux d'actualité Facebook mis à jour en temps réel vient s'ajouter au carnet d'adresses du téléphone (qui comprend cette fois les contacts Facebook). Il est également possible de consulter le « mur » d'un contact en particulier et/ou d'ajouter des informations sur ce dernier.

Dans le « hub » photo, on trouve les photos contenues dans le terminal ainsi que l'ensemble des dernières photos qui ont été postées par ses contacts Facebook. Cette fois encore, le « hub » ne se contente pas des données présentes dans la mémoire du téléphone : il y ajoute des flux provenant des réseaux sociaux.

00C8000003660586-photo-0000014.jpg
00C8000003660588-photo-0000010.jpg
00C8000003660590-photo-0000016.jpg

Hubs contact, photo, musique et vidéo


Comme son nom l'indique, le « hub » musique et vidéo (Zune) regroupe l'ensemble des pistes musicales et des séquences vidéo qui sont présentes dans la mémoire du téléphone. On y trouve également une fonction Web majeure puisque c'est aussi ici qu'on accède à l'ensemble des services Zune Pass. Moyennant un abonnement de 9,99 € par mois, on peut accéder à un catalogue de plus de 8 millions de titres en téléchargement ou en streaming.

Pour télécharger des programmes ou des chansons, il faut se rendre dans le « hub » Marketplace qui n'est autre qu'un équivalent de l'AppStore d'Apple. Pour plus de détails sur le Market, consultez le chapitre dédié au multimédia et aux applications.

Pour sa part, le « Hub » Office est un transfuge de Windows Mobile. Il propose une petite suite embarquée compatible Word, Excel et PowerPoint (plus de détails dans le chapitre consacré à la bureautique).

Enfin, le « Hub » jeux regroupe l'ensemble des fonctionnalités Xbox Live intégrées nativement sur Windows Phone 7. Sur l'écran d'accueil, on peut voir l'avatar que l'on a créé sur Xbox 360 (pour peu que l'on dispose de cette console).

00C8000003660598-photo-0000017.jpg
00C8000003660624-photo-0000041.jpg
00C8000003660628-photo-0000018.jpg

Hubs Marketplace, Office et Jeux


Ecran de verrouillage

Après avoir actionné le bouton de verrouillage, ou à l'issue d'un temps donné, le téléphone se verrouille automatiquement. Pour accéder à nouveau au système, il faut faire glisser l'écran de verrouillage vers le haut après avoir appuyé sur la touche « Power ». On retrouve donc un système similaire à celui que l'on trouve sur Bada OS (de Samsung).

L'écran de verrouillage ne se contente pas d'éviter les mauvaises manipulations, il affiche également toute une série d'informations telles que l'heure, la date, les appels en absence, les SMS et MMS reçus, etc.

00C8000003660630-photo-0000019.jpg
00C8000003660632-photo-0000020.jpg
00C8000003660634-photo-0000021.jpg

Ecran de verrouillage

Interactions avec le téléphone (touches matérielles, saisie)

Les touches matérielles

Dès la première conférence d'introduction de Windows Phone 7 qui s'est tenue en février dernier au Mobile World Congress de Barcelone, Microsoft a indiqué que tous les Windows Phone seraient équipés de trois touches matérielles (ou tactiles). Dans les faits, avec tous les mobiles commerciaux, ces commandes ont été placées en dessous de l'écran. La première (Back) permet de revenir à l'écran de menu précédent, ou à la page Web précédente lorsqu'on navigue sur le Web. La seconde (Windows) renvoie instantanément à l'écran d'accueil en toutes situations. Enfin, on trouve également une touche « Rechercher » qui permet d'effectuer des recherches contextuelles (contacts dans le carnet d'adresses, par exemple), ou des recherches Web (sur Bing).

0258000003659244-photo-wp7-20phone-20frame-20start-20screen-20green-20fr.jpg


Des touches matérielles ou tactiles de ce type accompagneront toujours les Windows Phone.


De plus, Microsoft a exprimé son souhait de proposer systématiquement une touche dédiée à l'appareil photo de manière à capturer rapidement les instants du quotidien sans pour autant devoir passer par les menus du téléphone. Sur la tranche, on trouve également les classiques touches « Power » et « volume ». En bref, dans les grandes lignes, l'éditeur de Redmond suit la charte technique que Google avait mis en place pour Android trois ans plus tôt.

La saisie sur Windows Phone 7

Windows Phone 7 propose un clavier tactile qui reprend le style minimaliste du système d'exploitation. On remarque également le son particulier qui est émis à chaque frappe de touche. Le timbre aurait sa place dans un jeu éducatif tel qu'Adibou. On n'aime ou on n'aime pas, mais dans tous les cas, les choix de Microsoft ne laissent pas indifférent.

00C8000003660646-photo-0000022.jpg
00C8000003660648-photo-0000023.jpg
00C8000003660650-photo-0000024.jpg

Le clavier tactile est pratique et l'intégration d'un système de propositions basé sur un dictionnaire est une bonne chose


Exit la pléthore de modes de saisie que proposait Windows Mobile, ici, la donne de base est à prendre ou à laisser. Microsoft s'est limité au clavier tactile classique. La chose n'est pas dramatique puisqu'à l'usage, ce mode de saisie se montre assez efficace, même s'il arrive souvent qu'on actionne les lettres médianes par inadvertance. Pour corriger les petites erreurs de frappe, on dispose d'un dictionnaire intégré qui soumet un ensemble de propositions. La première proposition peut être validée automatiquement en actionnant la touche « espace ». Le système est globalement identique à celui qui est proposé par Android.

Petite originalité : il est possible d'accéder à un panneau regroupant un ensemble de smileys. Pratique pour gagner du temps lors de l'écriture de SMS, d'emails, ou sur les réseaux sociaux. Sympathique.

Pour finir, le clavier peut être utilisé en mode portrait ou en mode paysage. Dans le second cas, il devient plus confortable dans la mesure où les touches gagnent en largeur. Toutefois, on peut critiquer le fait que le clavier paysage ne profite pas mieux de la largeur de l'écran ! À gauche et à droite de ce dernier, de larges bandes sont réservées au menu ainsi qu'à la barre de notifications (réseau, niveau de batterie, etc.). Dommage.

0226000003660664-photo-clavier.jpg

En revanche, on regrette vraiment que le clavier paysage ne profite pas mieux de la largeur de l'écran.

Internet : navigateur Web, client mail

Un nouveau navigateur totalement réecrit

Exit Pocket Internet Explorer : Microsoft a intégralement réécrit le navigateur. La nouvelle application se nomme... roulements de tambour... Internet Explorer ! Le moins que l'on puisse dire est que ce nouveau butineur nous fait rapidement oublier le programme presque impraticable qui régnait à l'époque de Windows Mobile 5 et 6... Bémol toutefois, il est basé sur le moteur de rendu d'Internet Explorer 7.0, un moteur largement perfectible aux dernières nouvelles.

Désormais, les chargements s'effectuent relativement rapidement, les défilements de page sont fluides et l'interprétation du code est assez fidèle à ce que l'on pourrait obtenir sur un navigateur de bureau. Microsoft a véritablement fait de gros efforts pour se hisser au niveau de la concurrence. Le résultat est là puisqu'Internet Explorer Windows Phone n'a presque rien à envier à Safari (iOS) ou Chrome Lite (Android).

012C000003660700-photo-0000026.jpg
012C000003660702-photo-0000028.jpg

00C8000003660694-photo-0000025.jpg
00C8000003660696-photo-0000027.jpg
00C8000003660698-photo-0000029.jpg

Internet Explorer Windows Phone n'a presque rien à envier à Safari (iOS) ou Chrome Lite (Android)


Concernant les fonctionnalités, nous avons bien sûr droit aux désormais classiques zooms multipoints, rotations basées sur l'accéléromètre et autres reformatages automatiques des paragraphes par double tap. En revanche, pour l'heure, Flash n'est pas encore disponible. Interrogée sur ce point, Microsoft ne donne pas de précisions concernant une éventuelle date de sortie. Flash reste bien prévu via un plug-in qui devrait être fourni par le biais du Windows Marketplace (tout comme sur Android Froyo). Microsoft oblige, on s'attendait à voir débarquer Silverlight, mais cette fois encore, il faudra prendre son mal en patience.

Le client mail

Tout d'abord, le client email de Windows Phone propose une série de profils préconfigurés pour Windwos Live Hotmail, Exchange, Yahoo Mail. À cela s'ajoute un mode manuel (pop / smtp / imap) qui est parfois complété par un profil préconfiguré par l'opérateur lorsque le téléphone est commercialisé en pack. Autre bonne nouvelle, le push mail est supporté avec l'ensemble des comptes email.

00C8000003660760-photo-0000008.jpg
00C8000003660756-photo-0000030.jpg
00C8000003660758-photo-0000031.jpg

Une interface pas toujours très claire, et pas d'affichage sous forme de thread


Côté interface, on retrouve le plus pur style « Metro » avec ses polices de caractères contrastées et ses petits effets de perspective. On peut filtrer ses courriels pour les afficher tous, ou extraire les mails urgents ou non lus. La prise en main du client mail demande un petit temps d'adaptation. Tout n'est pas forcément très clair au premier abord, et l'absence d'affichage sous forme de fil de discussion (pour un même contact) n'arrange pas les choses. Autre gros regret : on ne dispose pas d'une boite unifiée. Si deux comptes distincts (Gmail et Live, par exemple) sont paramétrés sur le téléphone, il faut constamment basculer d'un mail à l'autre pour gérer ses boites.

Où est passé le tethering ?

Le tethering est une technique qui permet de partager la connexion internet du mobile sur un ou plusieurs ordinateurs via Wi-Fi, Bluetooth ou USB (un seul ordinateur dans les deux derniers cas). Cette fonctionnalité était pourtant bien présente sur Windows Mobile et est disponible sur la plupart des autres OS mobiles concurrents comme iOS (payant en natif ou gratuit via Cydia), Android (natif en 2.2) et Bada. Malheureusement, pour l'heure, il ne faudra pas compter dessus avec la première mouture finale de Windows Phone 7. Il ne reste plus qu'à espérer que la mise à jour prévue pour le début d'année 2011 corrige cet oubli.

Téléphonie, SMS, MMS, IM

La couche téléphonie

Pour accéder à l'interface de numérotation, il suffit de se rendre sur l'écran d'accueil pour sélectionner le menu téléphonique. Par défaut, le menu s'ouvre sur l'historique des derniers appels composés. En gardant son doigt appuyé sur un nom, on ouvre un menu contextuel qui propose de supprimer le contact de l'historique. L'idée est bonne, mais on aurait apprécié de pouvoir également composer un SMS / MMS depuis l'historique. Sur la partie basse de l'écran, trois boutons permettent d'ouvrir le carnet d'adresses, de faire apparaitre le pavé numérique virtuel tactile à neuf touches, ou de composer automatiquement le numéro du répondeur. L'interface proposée par Microsoft dispose de son identité propre (on s'éloigne enfin des éternels menus par l'onglet emprunté à l'iOS) et sait rester simple et intuitive.

00C8000003660800-photo-0000034.jpg
00C8000003660802-photo-0000035.jpg
00C8000003660804-photo-0000036.jpg

Interface téléphonique


Le gestionnaire SMS / MMS

Pour composer un SMS ou un MMS, l'utilisateur peut au choix partir d'une fiche contact du carnet d'adresses, ou lancer le raccourci dédié placé en page d'accueil. Dans les deux cas, le principe de composition reste identique a ce qu'on à l'habitude de voir sur mobile. Tapez les premières lettres d'un contact ou son numéro de mobile (ou fixe), rédigez votre message et cliquez sur « envoyer », Windows Phone 7 se chargera du reste. Pour envoyer un MMS, il suffit d'actionner le bouton permettant de joindre un fichier (photo, par exemple) à l'envoi. Contrairement au client mail, ici, l'affichage se fait bien sous forme de fil de discussion. Il est simplement dommage de ne pas avoir différencié les deux interlocuteurs par des couleurs différentes.

00C8000003660806-photo-0000037.jpg
00C8000003660810-photo-0000039.jpg
00C8000003660812-photo-0000040.jpg

Interface de réception des SMS et MMS et affichage par fil de discussion.


Et la messagerie instantanée dans tout ça ?

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, aucun client Live Messenger n'est présent nativement au sein de Windows Phone ! Microsoft a pourtant bien promis que cette application serait disponible à la sortie de l'OS, mais on peut légitimement se questionner sur la formule commerciale qui sera retenue par les opérateurs de téléphonie mobile. En effet, la première application « officielle » disponible sera conçue par Miyowa, une société française à laquelle on doit des programmes tels que le fameux Windows Live Messenger By Orange qui nécessitait la souscription d'une option (payante) auprès de l'opérateur... Cette formule sera-t-elle retenue avec Windows Phone 7 ? Nous devrions en savoir un peu plus dans les jours prochains.

La bureautique mobile : oui, mais...

0280000003659182-photo-officehub-us-web.jpg

Une véritable petite suite bureautique mobile

Microsoft n'a pas oublié de doter ses Windows Phone d'un élément qui faisait la force de Windows Mobile. Ce nouveau système d'exploitation est accompagné d'une suite bureautique Office comprenant les versions mobiles de Word, Excel et PowerPoint. Il est donc possible d'ouvrir les principaux fichiers .doc, .docx, .xls, .xlsx ou .ppt. Lorsqu'on connaît le prix d'une application de ce type chez la concurrence (QuickOffice sur iOS, par exemple), on ne peut que se réjouir de la présence d'un tel programme. Office ne se contente pas de jouer le rôle de visionneuse : il est également possible d'éditer un document, ou d'en créer un nouveau (avec Word ou Excel uniquement).

Les puristes reprocheront peut-être l'impossibilité de créer un document PowerPoint, mais dans tous les cas, la petite taille de l'écran ne se prête pas vraiment à l'exercice. Quant à elle, la version mobile de Word permettrait aisément de réaliser des frappes au kilomètre de façon confortable... si l'on avait pu disposer d'un clavier Bluetooth.

00C8000003660814-photo-0000041.jpg
00C8000003660820-photo-0000043.jpg
00C8000003660822-photo-0000046.jpg

La suite bureautique mobile


C'est précisément sur ce point que le bât blesse. En effet, après de nombreux essais, nous n'avons pas été en mesure d'appairer (et donc, d'utiliser) aucun de nos claviers Bluetooth (Microsoft Keyborad Elite for Bluetooth et Think Oustide) sur deux Windows Phone distincts (HTC Trophy et LG Optimus).

Notre LG Optimus (modèle commercial) est affecté par un bug qui rend impossible la simple détection des claviers Bluetooth ou de l'ensemble des autres périphériques Bluetooth. Ce bug semble uniquement affecter notre unité de test. LG nous a rapidement fait parvenir un second Optimus 7 dont la pile Bluetooth fonctionne parfaitement (même si Windows Phone oblige, elle reste incompatible avec les claviers sans fil).

Le Trophy fait mieux : il parvient bien à lister les deux claviers, mais dans tous les cas, l'association est impossible. Pour le Think Oustide, l'interface Windows Phone indique la mention « matériel non supporté ». Les essais avec le clavier Microsoft (Keyboard Elite for Bluetooth) se soldent systématiquement par l'erreur : « association impossible »... Nous sommes en attente des précisions de la part de Microsoft.

Enregistrez vos documents dans le « nuage »

Autre point étrange : avec cette version Office les fonctionnalités « Cloud » se résument à Share Point, une sorte d'intranet en ligne qui nécessite l'utilisation d'un serveur onéreux généralement réservé aux entreprises qui en ont les moyens. On ne trouve pas de support natif de SkyDrive (comme avec les photos) ou d'Office Webapp. Pour envoyer des fichiers dans son terminal, ou les en extraire, il faut impérativement passer par l'email... pas très pratique.

00C8000003660816-photo-0000042.jpg
00C8000003660826-photo-0000048.jpg
00C8000003660824-photo-0000047.jpg

SharePoint, note vocale sous OneNote et fichier Excel


Adobe acrobat

Aucun lecteur de PDF n'est présent nativement, pour ouvrir ses fichiers, il faudra télécharger une visionneuse sur le Marketplace. À l'heure où nous écrivons ces lignes, cette dernière est disponible.

00C8000003660832-photo-0000068.jpg
00C8000003660834-photo-0000070.jpg
00C8000003660836-photo-0000071.jpg

Installation d'Adobe Reader

Contact, calendrier, et réseaux sociaux

Contacts et réseaux sociaux

Sur Windows Phone, le gestionnaire de contacts prend la forme d'un « hub » qui agrège de nombreuses informations provenant du Web. En effet, en plus des contacts importés automatiquement depuis un service mail (Gmail ou Exchange, par exemple), on retrouve l'ensemble de ses contacts FaceBook. À noter qu'à la manière de ce que propose la sourcouche « Sense » d'HTC sur Android, il est possible de lier une ou plusieurs fiches contact identiques provenant de flux différents (Gmail, Yahoo, Exchange, FaceBook) pour éviter de surcharger son carnet d'adresses avec des doublons. Si ce point permet de gagner en clarté, l'intégration moyenne de Facebook joue les troubles fête. En effet, le carnet d'adresses grossi à mesure que s'ajoutent automatiquement les mises à jour des contacts Facebook que l'on ne souhaite pas forcément conserver ! Gageons que la mise à jour promise pour début 2011 corrigera ce petit souci. Autre point regrettable : il est impossible d'envoyer une fiche contact à un proche de quelque manière que ce soit !
0280000003659172-photo-peoplehub-us-web.jpg

Outre l'ajout automatique de contacts dont on se serait bien passé, les interactions avec FaceBook sont très nombreuses. Il est possible de suivre l'actualité de ses proches ou de poster des informations sur son profil. Bien sûr, depuis la fiche contact d'un utilisateur de FaceBook, on accède également au « mur » de la personne en question. Pour clore le chapitre consacré aux réseaux sociaux, rappelons que pour l'heure, seul FaceBook est nativement supporté. Twitter n'est pas encore de la partie, il faudra prendre son mal en patience.

À noter également qu'il est possible d'ajouter les informations relatives à ses comptes Linkedin et Viadeo, mais attention : rien n'est proposé côté téléphone. Pour intégrer ces deux réseaux sociaux, il faut au préalable associer les comptes Linkedin et/ou Viadeo à un compte Windows Live via un navigateur Web traditionnel.

Le calendrier

Le style minimaliste voulu par Microsoft pour Windows Phone 7 ne passe pas vraiment inaperçu dans l'agenda. Ici, le graphisme se limite à une couleur de fond quadrillée par un ton contrasté. Côté fonctionnalité, on se place toujours sous le signe la simplicité. Deux uniques modes d'affichage sont proposés. L'utilisateur a le choix entre une grille horaire, ou une vue mensuelle. Pour un nouvel événement, il est possible de renseigner de nombreux critères tels que le lieu, les participants, le nombre d'occurrences ou le calendrier concerné. En effet, l'agenda peut être synchronisé avec Windows Live, Google Calendar ou Exchange.
00C8000003659178-photo.jpg
00C8000003659180-photo.jpg

Calendrier et carnet d'adresses


Pas de synchronisation PIM en local !

Il peut être utile de rappeler qu'aucune possibilité de synchronisation des PIM en local n'a été prévue par Microsoft. L'utilisation de Zune (disponible pour Windows uniquement pour le moment) ne permet pas de lever cette limite : Microsoft précise que le terminal peut uniquement être synchronisé en mode OTA avec un service « Cloud ». Amateur d'Outlook s'abstenir.

Le multimédia (audio, photo, vidéo) et les applications

Le Market Place

Pour télécharger de nouveaux programmes (jeux, utilitaires, etc.) ou de la musique, il faut passer par le Marketplace. Il s'agit d'un kiosque d'applications similaire à l'Appstore ou à l'Android market, même si pour le moment, très peu d'applications sont disponibles (Microsoft se garde bien de communiquer un chiffre officiel). Dans le lot, on trouve bien sûr un ensemble de gratuiciels ou de logiciels commerciaux. Petite originalité bienvenue par rapport à la concurrence : les logiciels commerciaux sont toujours accompagnés d'une version d'évaluation.
0280000003659166-photo-marketplacehub-us-web.jpg

Côté ergonomie, sur l'écran d'accueil du Market, Windows Phone propose trois rubriques principales qui filtrent les applications, les jeux ou les fichiers audio. Enfin, en fonction du modèle de téléphone, il est possible de trouver une rubrique personnalisée qui regroupe l'ensemble des programmes spécifiques qui sont proposés par le constructeur.

00C8000003660852-photo-0000080.jpg
00C8000003660854-photo-0000081.jpg
00C8000003660856-photo-0000082.jpg

Aperçu du Marketplace


Après avoir choisi une rubrique principale, Marketplace propose de filtrer les programmes ou pistes audio par catégories, popularité, sorties récentes, gratuité, etc. L'interface est plutôt réussie et pour une fois, on n'a pas le sentiment de se trouver nez à nez avec un sempiternel clone de l'AppStore d'Apple. En revanche, si la forme est plutôt réussie, rappelons que le fond laisse encore à désirer dans la mesure où peu de programmes sont disponibles. Nul doute que les mobinautes les plus gourmands en applications resteront sur leur faim.

Zune mobile : tout pour la musique et les vidéos

Le hub « Zune » qui est présent sur la page d'accueil permet d'accéder au contenu audio et vidéo présent dans la mémoire du téléphone. Pour envoyer ses médias dans la mémoire interne du téléphone, il est impératif de passer par le logiciel Zune (disponible uniquement sous Windows pour le moment) puisque pour l'heure, il est impossible d'accéder au stockage via un mode « mass storage » USB. Pour la musique, l'utilisateur peut également envisager de souscrire un abonnement Zune Pass pour télécharger des titres, ou écouter de la musique en streaming. Même si Microsoft n'a pas encore fait d'annonces sur les labels proposés, on parle de 8 millions de titres disponibles dès l'ouverture du service (le 21 octobre).
0280000003659162-photo-musicvideoshub-us-web.jpg

Côté interface, Zune propose d'accéder instantanément aux pistes audio, aux séquences vidéos, aux podcasts, au Marketplace (qui propose des pistes musicales en plus des applications) ou au tuner FM (pour peu que le smartphone en soit équipé). Autre point particulièrement appréciable : à l'instar du Zune HD (un baladeur multimédia commercialisé uniquement outre-Atlantique), il est possible de synchroniser sa musique en Wi-Fi !

Le gestionnaire photo

Les photos sont accessibles depuis un second « hub » média. Le concept de canaux d'informations « vivants » prend à nouveau tout son sens dans la mesure où la partie photo ne se contente pas d'afficher les fichiers présents dans la mémoire du téléphone. Le terminal télécharge automatiquement les derniers clichés qui ont été postés par les contacts Facebook ou Windows Live (via SkyDrive). En plus de l'affichage de la totalité des clichés, pour trouver plus facilement un élément, Windows Phone propose des tris par date ou par photos favorites.
0280000003659164-photo.jpg

Côté partage, une photo peut être transmise par MMS, par mail ainsi que sur FaceBook, PlayTo et SkyDrive. En revanche, pour le moment, aucune transmission via Bluetooth n'a été prévue. Autre point d'ombre : il est impossible d'effectuer une sélection multiple de photos ! Pour envoyer une grappe de fichiers, il faut les sélectionner un à un, et refaire la procédure à zéro...

00C8000003660866-photo-0000049.jpg
00C8000003660868-photo-0000050.jpg
00C8000003660870-photo-0000052.jpg

Aperçu hub photo


La capture photo et vidéo

L'interface de capture photo et vidéo est simple à prendre en mains, mais elle n'est pas simpliste pour autant. Avant de déclencher la capture, on peut agir sur un niveau de zoom (numérique), et choisir de basculer du mode photo au mode vidéo. En plus de ces fonctions basiques, une rubrique regroupe un ensemble de réglages fins permettant d'agir sur la luminosité, la balance des blancs ainsi que la résolution. Microsoft propose également différents effets de couleur (sépia, monochrome, négatif, etc.) ainsi qu'un mode anti vibrations. Ces fonctionnalités ne sont pas exhaustives, elles pourront changer en fonction des constructeurs (par exemple, chez LG, on trouve un raccourci vers ScanSearch, une application de réalité augmentée similaire à Aroundme sur iOS). Autre point majeur : Microsoft souhaite que tous les Windows Phone soient dotés d'une touche physique permettant d'accéder instantanément à la couche photo.

Zune desktop : du neuf avec du vieux

Le programme Zune n'est pas vraiment nouveau puisqu'il accompagnait déjà le Zune HD, un baladeur concurrent de l'iPod Touch commercialisé uniquement outre-Atlantique. En revanche, cette fois, le programme est capable de prendre en charge les appareils Windows Phone. L'interface est assez réussie, même si une petite période d'adaptation est nécessaire pour bien cerner tous les tenants et les aboutissants de l'application.

Côté fonctionnalités, Zune s'inspire très largement d'iTunes. Il est possible de gérer et synchroniser sa bibliothèque musicale (podcast compris), ses photos ou ses fichiers vidéo (aucun module de réencodage n'est proposé).

0226000003661142-photo-zune.jpg


En bref, même si les débuts sont prometteurs, tout n'est pas encore parfait. Tout d'abord, pour l'heure, le programme n'est pas encore disponible sous Mac OS. Le twiit d'un responsable de Microsoft laisse penser que la situation devrait se débloquer dans les mois (années ?) à venir, mais en attendant, il faudra prendre son mal en patience.

D'autre part, aucune fonction de synchronisation locale PIM n'a été prévue. En clair, il n'est pas possible de synchroniser les contacts ainsi que le carnet d'adresses avec Outlook ! Un comble lorsqu'on sait qu'il s'agit d'un logiciel phare fourni par l'entreprise qui a donné naissance à Windows Phone...

0226000003661144-photo-zune2.jpg

GPS, cartographie et recherche locale

Bing Maps

Tous les Windows Phone sont équipés de l'application Bing Maps. Il s'agit d'un programme de cartographie qui s'appuie sur le service éponyme de Microsoft (disponible en version Web à l'adresse suivante ). Dans la pratique, Bing Maps propose des fonctionnalités globalement similaires à la version de base de Google Maps. Le programme est idéal pour la navigation piétonne, mais il ne faudra pas compter sur lui pour la navigation routière puisqu'aucune fonction de guidage 3D et vocale n'est présente (contrairement à Google Navigation sur Android). Le programme est plutôt réussi, les recherches sont rapides et les cartographies (en vue aérienne ou en vue vectorielle) sont très précises. D'autre part, il est bien possible de demander le calcul d'un itinéraire. En revanche, la boussole numérique ne semble pas encore avoir été mise à profit. Il n'est donc pas possible de demander une orientation automatique de la carte en fonction des points cardinaux. Quoi qu'il en soit, Bing Maps est plutôt efficace. Triangualation GSM oblige, les positionnements s'effectuent relativement rapidement (compter entre 5 et 10 secondes sur notre terminal de test).

00C8000003660874-photo-0000054.jpg
00C8000003660876-photo-0000055.jpg
00C8000003660878-photo-0000056.jpg

00C8000003660880-photo-0000058.jpg
00C8000003660882-photo-0000059.jpg
00C8000003660884-photo-0000060.jpg

Bing Maps


La recherche de points d'intérêts situés à proximité

Lors des premières présentations officielles, Microsoft avait mis l'accent sur la possibilité d'effectuer des recherches de point d'intérêts locaux en appuyant simplement sur la touche physique « rechercher » que l'on trouve sur la partie basse de tout terminal Windows Phone 7 qui se respecte. Sur les prototypes présentés, la touche permettait de soumettre une requête pour trouver des occurrences correspondantes sur le Web (Bing Search), dans les actualités (Bing News), ou dans une base de données de points d'intérêts locaux. À titre d'exemple, il suffisait de taper le mot clef « pizza » pour trouver instantanément l'ensemble des pizzerias situées à proximité après quoi, on pouvait automatiquement lancer un itinéraire sur Bing Maps. Cette fonctionnalité de géolocalisation pourtant bien pratique a totalement disparu avec les terminaux finaux destinés au marché français. Interrogée sur ce point, Microsoft a confirmé que dans un premier temps, la recherche de points d'intérêts situés à proximité serait uniquement disponible pour le marché américain.

Le service Xbox Live s'invite sur mobile

Xbox Live débarque sur mobile !

Autre nouveauté par rapport à Windows Mobile : cette fois, le service Xbox Live fait son apparition sur mobile ! Microsoft la met clairement en avant puisque par défaut, la rubrique est accessible depuis l'écran d'accueil. Après avoir saisi les informations relatives au compte Xbox Live, le smartphone télécharge instantanément l'avatar ainsi que l'ensemble des succès obtenus sur sa console Xbox 360.

0280000003659126-photo-gameshub-us-web.jpg


Xbox Live : des facilités de portage grâce à XNA

Microsoft ne compte pas s'arrêter au simple affichage des informations Xbox Live sur mobile. Dans un premier temps, de nombreux jeux devraient rapidement débarquer sur les terminaux Windows Phone. Microsoft annonce que grâce aux kits de développement XNA, les jeux Arcade ou Indy Games de la Xbox 360 pourront être rapidement portés sur Windows Phone 7. Cette affirmation semble se vérifier. Contacté par nos soins, le studio « Press Start » nous a confirmé avoir porté la version Xbox 360 de Twin Blandes sur le nouvel OS nomade de Microsoft en deux semaines par un unique programmeur.

00C8000003660906-photo-0000067.jpg
00C8000003660904-photo-0000066.jpg
00C8000003660914-photo-0000065.jpg

Menus Xbox Live


Trois écrans et un nuage

Le 2 juin dernier, lors du ReMIX 2010 (une conférence Microsoft) Eric Rudder, vice-président stratégie technique de Microsoft, nous avait fait la démonstration de ce qu'il appelait « trois écrans et un nuage ». Dans un futur proche, on peut imaginer pouvoir commencer un même jeu sur sa console Xbox 360 ou son PC, l'interrompre puis, poursuivre sa partie sur son téléphone mobile ! Ce concept qui nous rappelle un peu les VMU de la défunte Sega Dreamcast est aussi original que prometteur, mais il est encore trop tôt pour savoir si les développeurs en tireront réellement parti.



Le meilleur est à venir ?

Même si Microsoft n'a fait aucune annonce sur le sujet, l'intégration du Xbox Live sur Windows Phone laisse augurer le meilleur pour la suite. Par exemple, à l' avenir, les développeurs pourront proposer de réelles interactions entre le téléphone et la console de jeu. À la manière de Nintendo qui avait eu l'idée de raccorder sa Game Boy Advance au GameCube via un câble de liaison, on peut imaginer que certains jeux Xbox 360 utilisent un jour un Windows Phone pour proposer des fonctionnalités additionnelles (affichage d'informations sur un écran annexe, etc.). On se situe là dans le domaine de la pure spéculation, l'avenir nous dira si Microsoft compte s'aventurer dans cette voie.

Windows Phone 7 : tout n'est pas encore parfait

Copier coller et gestion des tâches

Ce sujet a été largement commenté sur le Web : oui, cette première version de Windows Phone ne propose pas encore de copier-coller ni de gestion des tâches. Microsoft parle de l'intégration native de la première fonction dans une mise à jour publiée en début d'année 2011. En revanche, pour l'heure, la gestion des tâches ne fait pas encore l'objet d'une déclaration officielle. Il faudra donc prendre son mal en patience pour le copier-coller, et allumer quelques cierges pour le multitâche. On attendait mieux d'un système sorti avec un tel retard par rapport à la concurrence.

Mémoire : plus de carte amovible, pas de mode mass storage

Selon Microsoft, le système Windows Phone, utilise la mémoire de la carte de stockage. Techniquement, il serait donc impossible de retirer une carte SD à chaud sans mettre en péril la stabilité du système ! Ce problème a été résolu de façon simple par les constructeurs : aucun des Window Phone que nous avons pu voir ne propose d'accès à la carte mémoire. On retrouve donc une configuration similaire à l'iPhone : l'espace de stockage et le téléphone forment un tout indissociable. Pire encore : aucune mode « stockage de masse USB » n'est proposé. Pour gérer ses fichiers, il faut toujours passer par des services « Cloud », sauf pour les fichiers multimédia (musiques, photos, vidéos) qui nécessitent impérativement l'utilisation du logiciel Zune.

WP7 : l'extrémiste du minimalisme

Certes, le choix délibéré d'opter pour une interface minimaliste ne plaira pas forcément à tout le monde. Les gouts et les couleurs sont dans la nature, et ne se discutent pas. Certains mobinautes crieront au génie quand d'autres utilisateurs prendront leurs jambes à leur cou. En revanche, le côté « extrémiste » de ce minimaliste est nettement plus critiquable. Les designers ont tellement épuré le système que l'ensemble des informations que l'on souhaite garder à portée de mains disparaissent à tout bout de champ ! Par exemple, pour afficher les informations critiques telles que le niveau du signal, ou le pourcentage de charge de la batterie, il faut faire un tap sur la partie haute de l'écran ! Pire encore : certaines applications obligent de retourner sur le home pour afficher ces minimums syndicaux ! Est-il bien raisonnable de sacrifier l'aspect pratique sur l'autel de l'esthétisme minimaliste ? Au final, on se fait surprendre lorsque la batterie est pratiquement épuisée, et on n'est pas en mesure de connaitre l'état du réseau lorsqu'on surf sur le Web... Carton rouge.

00C8000003660952-photo-0000003.jpg
00C8000003660984-photo-0000013.jpg
00C8000003660976-photo-0000074.jpg

Les icônes batterie et réseau se masquent automatiquement. À droite, l'icône batterie reste active lorsque la charge est épuisée.


Pas d'explorateur de fichiers

Pour certains, cet outil est indispensable alors que pour d'autres, un explorateur est totalement accessoire sur mobile. L'iOS avait et fait toujours l'objet de critiques en raison de l'absence d'un tel utilitaire (hors Jailbreak). Nous n'alimenterons pas le débat, mais quoi qu'il en soit, avec Windows Phone, il faudra faire sans. La première mouture du nouvel OS de Microsoft ne placera pas la barre plus haut qu'Apple : il est tout simplement impossible de gérer les fichiers stockés dans la mémoire du téléphone. De plus, Microsoft ne facilite pas vraiment les échanges : rappelons qu'il est impossible d'envoyer une image en Bluetooth, que le mode « mémoire USB » est absent, et que le simple fait d'envoyer une fiche contact (par mail, ou Bluetooth, par exemple) n'a pas été prévu.

Applications en grand nombre = joyeux bazard

L'écran d'accueil regroupe les six « hubs » proposés par Microsoft ainsi qu'un ensemble de raccourcis personnalisables. Tous les autres programmes ainsi que le menu des paramètres se trouvent dans une sorte de « menu démarrer » accessible en effectuant un défilement latéral depuis la home. Ce dernier se présente sous la forme d'un simple listing trié par ordre alphabétique. Tout fonctionne au mieux lorsqu'on dispose d'un nombre limité d'applications. Quand on fait le plein, le menu programme accuse une surcharge qui met rapidement l'ergonomie à mal. La possibilité de créer soi même des « Hubs » sur le menu d'accueil en vue de classer ses applications par catégories aurait pu éviter le problème. Il ne reste qu'à espérer qu'une prochaine mise à jour ajoute une fonctionnalité similaire.

00C8000003660954-photo-0000006.jpg
00C8000003660956-photo-0000077.jpg
00C8000003660982-photo-0000011.jpg

L'OS n'a pas été pensé pour accueillir un grand nombre d'applications (à gauche : menu programmes, à droite : organisation du menu d'accueil).



Un Marketplace qui crie famine !

Cette critique a au moins l'avantage d'apporter une solution au problème évoqué dans le paragraphe précédent : pour le moment, on ne trouve que peu d'applications sur le Market. Microsoft se garde bien de communiquer sur le nombre des programmes présents au lancement en répétant à qui veut bien l'entendre que la qualité prime toujours sur la quantité. Si les arguments sont louables, ils prennent une forme d'aveu d'échec à une époque ou les concurrents directs capitalisent d'ores et déjà 70 000 (Android) et 250 000 (iOS) applications. Une éventuelle compatibilité Windows Mobile ou des facilités de portage via .NET framework auraient permis d'attendre la relève. Microsoft a préféré repartir de zéro avec Windows Phone 7, il faudra en assumer les conséquences.

Aperçu des HTC Trophy et LG Optimus 7

Au lancement, trois des principaux constructeurs commercialiseront cinq mobiles sur l'Hexagone. Samsung proposera l'Omina 7, HTC commercialisera une large gamme avec ses Mozart, HD7 et Trophy. Pour sa part, LG ouvre le bal avec l'Optimus 7. Pour clôturer cet article, nous vous proposons de découvrir les Trophy et Optimus 7 en photos.

HTC Trophy

L'HTC Trophy est mû par un processeur Cortex A8 cadencé à un gigahertz. Il est équipé de 512 Mo de mémoire vive, et propose un espace de stockage de 8 Go (inamovible). L'écran LCD capacitif de 480 x 800 (9.6 cm) offre un excellent rendu des couleurs, mais il n'est pas oléophobique (les traces de doigt ne se nettoient pas facilement).

012C000003661350-photo-dsc-0117-border.jpg
012C000003661352-photo-dsc-0122-border.jpg

Pour ce qui est de la partie photo, HTC a doté son poulain d'un APN de 5 mégapixels épaulé par un petit flash LED. Windows Phone oblige, on retrouve bien une touche dédiée qui permet d'accéder instantanément à la couche photo sans avoir à jongler avec les menus tactiles. Sous la partie basse de l'écran, on trouve également les fameuses touches « Back », « Windows » (home) et « Rechercher ». Sur le Trophy ces commandes sont assurées par des touches tactiles.

Enfin, dans les entrailles de la bête viennent se loger batterie et carte SIM. Ne cherchez pas la carte SD, elle est tout simplement inaccessible. La mémoire de stockage fait partie intégrante du téléphone, tout comme sur iPhone.

012C000003661326-photo-dsc-0124-border.jpg
012C000003661328-photo-dsc-0126-border.jpg


LG Optimus 7

On ne note pas de différences fondamentales entre l'appareil de LG et celui d'HTC. Pour éviter les complications liées aux spécificités matérielles, Microsoft impose des spécifications strictes. Cet Optimus est également doté d'un processeur cadencé à un gigahertz ainsi que d'un écran capacitif de 480 x 800. Par rapport au Trophy, LG a boosté la capacité de stockage. Cette fois, on dispose de 16 Go pour stocker ses fichiers.

012C000003661330-photo-dsc-0127-border.jpg
012C000003661332-photo-dsc-0131-border.jpg

La mémoire est également indissociable du terminal (en raison d'une limitation technique liée à WP7, d'après Microsoft). En démontant le cache arrière (métallique chez LG, plastique chez HTC), on accède à la batterie ainsi qu'a l'emplacement SIM. Dernière remarque importante : sur notre modèle de test (une version commerciale), le circuit Bluetooth est totalement inopérant. Ce bug semble uniquement affecter notre unité de test. LG nous a rapidement fait parvenir un second Optimus 7 dont la pile Bluetooth fonctionne parfaitement (même si Windows Phone oblige, elle reste incompatible avec les claviers sans fil). Enfin, contrairement au Trophy, les trois touches dédiées à Windows Phone 7 placées à la base de l'écran sont dotées d'un contact physique (cliquable) très agréable.

012C000003661334-photo-dsc-0133-border.jpg
012C000003661336-photo-dsc-0128-border.jpg

Conclusion

00A0000003661008-photo-mobile-1.jpg
Windows Phone 7 est loin d'être un mauvais OS mobile, mais pour l'heure, le système accuse un retard certain sur la concurrence. Si bien que tardive, la date de commercialisation n'est pas forcément à remettre en cause, les imperfections et autres oublis gênants mettent Windows Phone 7 en porte-à-faux face aux OS nomades concurrents qui arrivent à maturité (iOS ou Android). En l'état, Windows Phone aurait presque été parfait s'il était sorti deux ans plus tôt. Pour pouvoir prétendre rivaliser avec ces mastodontes, il faudra attendre le multitâche, le copier-coller, le tethering, la recherche locale ainsi que la disponibilité de nombreuses applications via Marketplace. Il faudra également apporter une solution à la problématique de la gestion des fichiers présents dans la carte mémoire, et aux déconvenues constatées avec les interfaces sans fil (pas de clavier Bluetooth ni de SSID Wi-Fi masqués ?).

Impossible également de conclure sans aborder les choix esthétiques qui ont été faits par Microsoft. L'interface minimaliste cubiste façon « Pong » risque fort de ne pas plaire à tout le monde. Nous l'apprécions
00A0000003661010-photo-startdefault-us-blue-web.jpg
vraiment, et trouvons que les effets d'animation 3D et autres zooms (lors des changements de menus) confèrent un aspect futuriste qui donne une personnalité forte au système. Toutefois, il s'agit là d'un avis qui ne fait pas forcément l'unanimité sur les forums, ou dans d'autres médias spécialisés. Tous les goûts et les couleurs sont dans la nature, chacun pourra apprécier (ou non) l'aspect visuel de Windows Phone 7. Dans tous les cas, une chose est certaine : on s'éloigne enfin des innombrables clones d'Android ou d'iOS dépourvus d'originalité.

En bref, Windows Phone 7 offre d'ores et déjà une véritable alternative aux personnes qui sont allergiques à Android ou iOS, et qui ne cherchent pas forcément à pousser les limites de leur Smartphone dans leurs derniers retranchements. Quant à eux, les mobinautes les plus exigeants attendront probablement de prendre connaissance des ajouts apportés par la prochaine mise à jour (prévue pour début 2011) pour franchir (ou pas) le pas.
Modifié le 19/05/2021 à 13h43
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Bbox fibre : 6 millions de foyers éligibles dès le 2 novembre
Shazam disponible sur Windows Phone 7
Amazon offre un accès gratuit à EC2
France Loisir et Chapitre.com dévoilent l'Oyo, leur lecteur de livres numériques
240 millions de licences Windows 7 vendues la première année
Licenciements en vue chez Nokia, malgré des résultats encourageants
Winamp disponible en bêta sur Android
Facebook Disconnect : une extension de Chrome pour les anti-Facebook
NVIDIA baisse le prix des GeForce GTX 460 et 470
FnacBook : la Fnac lance sa liseuse et marche sur les traces d'Amazon
Haut de page