Pebble Time : la montre connectée couleur profite de KickStarter

Aurélien Audy
25 février 2015 à 11h50
0
La jeune société californienne Pebble vient d'annoncer le troisième opus de sa montre connectée, la Pebble Time. Si l'esprit initial plus authentique que la moyenne est conservé (écran à encre électronique non tactile, boutons physiques), ce nouveau modèle présente la particularité de passer en couleur. Mais surtout, Pebble opte à nouveau pour une campagne de financement participatif, et réalise un coup d'éclat en récoltant 1 million de dollars en moins de 30 minutes.

Si le passage à de l'encre électronique couleur (64 nuances) constitue la plus visible des nouveautés, ce n'est bien évidemment pas la seule. La Pebble Time est 20% plus fine que la première itération (9,5 mm seulement), et sa coque arrière est incurvée pour une meilleure ergonomie. Le verre est fait de Gorilla Glass, renforcé par une bordure en acier inoxydable : la montre est étanche, suffisamment pour faire « une course sous la pluie, une bataille de bombes à eau ou une brasse ».

0280000007921509-photo-a361fd85680fccb17de65c13aa3e73bd-original.jpg

Pebble indique fournir un bracelet en silicone souple avec chaque Pebble Time, mais précise que tout bracelet standard de 22 mm s'adaptera sans souci. Le système de fermoir semble proche de celui à ressort habituel, qualifié ici de quick release : le changement de bracelet peut se faire en 10 secondes.


Trois autres points importants : l'autonomie de sept jours (à mettre en face des 19 h présumées de l'Apple Watch ?), la présence d'un micro capable de renvoyer des réponses vocales aux notifications reçues (SMS Hangouts, Gmail, Facebook Messenger, Whatsapp et une centaine d'autres applications) et la refonte de l'interface dite Timeline Interface (un bouton passé, un autre présent, un troisième futur).

012C000007921503-photo-7dd40fe7146aeb5dfedd8810f80cac54-original.jpg
012C000007921507-photo-98c00b932c4f333987b796a130a97a59-original.jpg

Pebble précise que ce système de réponse vocale aux notifications ne fonctionne qu'avec Gmail pour les utilisateurs de smartphone sous iOS 8. Android (4.0 et plus) est donc mieux loti. Ce micro, qui ne compromet en rien l'étanchéité de la montre, pourra aussi servir à prendre des notes audio : mais attention, Pebble recommande de ne pas parler sous l'eau... La Time profitera bien sûr des 6 500 applications dédiées et plus de 26 000 développeurs faisant partie de la communauté.

Quand KickStarter se transforme en super magasin


Derrière cette annonce d'un produit prometteur, tout du moins singulier dans un marché où l'on peine à différencier les acteurs en lice, l'autre fait marquant c'est le recours à une campagne de financement participatif KickStarter. Et ce n'est pas tant la fulgurance du succès (1 million de dollars en moins de 30 minutes, plus de 8 millions en 24 h, à ce jour) qui surprend, que la démarche même. Pourquoi une société qui a été capable de lever 26 millions de dollars depuis ses débuts et qui a écoulé ses montres comme des petits pains (400 000 en 2013, 1 000 000 en 2014) a-t-elle besoin du financement participatif pour lancer un nouveau produit ?


The Verge, très proche du sujet depuis le début, livre une analyse intéressante. Il y a d'abord un aspect sentimental : Pebble a fait ses premiers pas grâce à KickStarter, sorte d'amulette porte-bonheur, le fait d'y revenir prolonge l'histoire. Pebble sait qu'il peut miser sur une large communauté de supporteurs, qui vont investir très rapidement et les yeux fermés. Pour l'image de marque également, le financement participatif donne un côté David, face aux énormes Goliath que sont Apple et Android Wear.

Mais le financement participatif, c'est surtout une boutique en ligne super avantageuse ! Par rapport à n'importe quel autre magasin, KickStarter est de loin celui qui grignote le moins sur les marges. D'après The Verge, Pebble donne 10 cents sur chaque dollar perçu : 5 cents pour KickStarter, 3 à 5 cents pour Stripe, l'organisme qui gère les paiements.

01C2000007921543-photo-kickstarter.jpg

Avec un distributeur classique du type de Best Buy, c'est entre 35 et 50 cents (soit la moitié de ses gains) que Pebble devrait reverser ! Et avec un distributeur plus virtuel que Best Buy (sans boutique physique) tel qu'Amazon ? Les marges seraient davantage préservées, mais Pebble ne toucherait son argent qu'après le début des ventes (deux à trois mois après). Le montant des pré-commandes ne peut pas être utilisé comme capital de départ pour financer la fabrication des premiers lots de montres. Même chose si Pebble avait entrepris sa propre campagne de pré-commande : le constructeur ne peut encaisser l'argent qu'à l'expédition du produit. KickStarter s'est donc imposée comme la solution la plus pertinente pour à la fois rassembler beaucoup d'argent et vite.

Les premières Pebble Time seront livrées en mai à 179 $.

Montre connectée : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
scroll top