MWC 2014 : Interview Blackphone : "Android a des portes ouvertes que nous avons fermées"

26 février 2014 à 10h38
0
A l'ère de PRISM et des diverses révélations sur les pratiques de la NSA, la notion de vie privée est au cœur de nombreux débats. Le constructeur Geekphone, en association avec Silent Circle, a récemment annoncé la commercialisation prochaine du Blackphone, un smartphone spécifiquement pensé pour garantir la vie privée des utilisateurs. Après une vidéo de présentation, Rodrigo Silva-Ramos, co-fondateur et PDG de Geekphone, a accepté de répondre à nos questions.

01F4000007194128-photo-rodrigo-silva-ramos.jpg


PrivatOS, le système du Blackphone, est un fork d'Android. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Rodrigo Silva-Ramos : Android a une série de portes ouvertes que nous avons jugé plus prudent de fermer. A partir du moment où vous allumez le Blackphone vous avez la possiblité de chiffrer toute la base de données.

Dois-je rentrer un compte Google à la première utilisation ?

RSR : Pas du tout! Vous entrez votre compte Blackphone. Il y a un lecteur de codes barres afin de lire un code fourni avec la boite. Cela téléchargera toutes les applications incluses, lesquelles seront enregistrées et associées à la première connexion sur le compte Blackphone.

Très bien, donc j'imagine qu'il n'y a pas le répertoire de Google Play... ?

RSR : Vous avez le choix de l'installer, avec la possibilité de télécharger des applications. Toutefois il faudra donner des permissions pour chacune de ces dernières. Vous pouvez par exemple spécifier que la messagerie Hangouts n'accède pas à la caméra.

Et qu'en est-il des informations de l'utilisateur retournées vers les développeurs au travers de Google Play ?

RSR : Elles ne sont plus du tout renvoyées et c'est très important. Si un jour nous diffusons quelques informations, alors nous n'aurons pas bien fait notre boulot. Et soyons clairs, il peut arriver que nous laissions une porte ouverte. C'est la raison pour laquelle l'intégralité de notre code est publié et peut être téléchargé et passé au crible par un ingénieur.

Et concernant les appels téléphoniques, ces derniers sont également chiffrés ?

RSR : Oui tout à fait. Ces derniers sont effectués par VoIP. C'est une connexion de point à point. Il faut forcément une connexion data ou Wi-Fi.

Et si mon correspondant ne dispose pas d'un Blackphone, le chiffrement fonctionne-t-il ?

RSR : Avec le Blackphone sont incluses trois licences d'utilisation des applications de Silent Circle pour les communications chiffrées gratuites pendant deux ans.

Celles-ci peuvent être distribuées à votre entourage. Ces applications sont disponibles sur iOS et sur Android.

Et après ces deux ans, quel est le coût de ces licences ?

RSR : Nous avons calculé que les licences incluses à l'achat du Blackphone ont un coût de 1500 dollars donc entre 1200 et 1300 euros.

07073384-photo-blackphone.jpg


Et si je souhaite appeler une ligne fixe ?

RSR : Cela fonctionne aux États-Unis et nous l'aurons dans les prochains mois en Europe. C'est bien prévu.

Quand verrons-nous un Blackphone en France ?

RSR : Vous pourrez le voir si vous êtes développeur aux alentours du mois d'avril et pour les utilisateurs finaux, ce sera dans le courant du mois de juin. Nous venons d'ouvrir les pré-commandes.

En partenariat avec un opérateur ?

RSR : Nous annonçons la signature d'un accord avec un premier opérateur européen : KPN pour la Belgique, la Hollande et l'Allemagne.

Peut-on dire qu'il y a un paradoxe entre votre solution propriétaire très sécurisée et les standards ouverts de type WebRTC ?

RSR : Je pense que l'on peut avoir des solutions chiffrées sur WebRTC. Le problème c'est que les sociétés impliquées au sein de WebRTC sont majoritairement celles qui font de l'argent sur les données des utilisateurs.

Nous sommes contre l'idée de commercialiser des informations.

Avec le Blackphone, avez-vous inclus des services sécurisés, comme une messagerie par exemple ?

RSR : Nos partenaires américains spécialistes de la sécurité ont coupé leur service d'email en septembre parce que pour eux, il n'est plus possible de garantir la vie privée de l'utilisateur. Il y a plusieurs problèmes avec les méta-données.

Ils ont créé une nouvelle alliance - The Dark Mail Alliance - avec les gens de Lavabit. Ces travaux seront sûrement inclus avec le Blackphone par la suite. Toutefois rien ne sera public tant que nous ne pourrons pas garantir la confidentialité des emails.

Au niveau législatif, y a t-il un pays où le Blackphone ne sera pas le bienvenu ?

RSR : Sûrement! mais nous ne pouvons pas gérer ça. Nous sommes basés en Espagne, en Suisse et aux États-Unis. Nos partenaires américains ont offert plusieurs téléphones à des femmes afghanes. Je ne sais pas comment cela va être utilisé. On ne peut pas contrôler cela et ce n'est sans doute pas notre rôle.

Je vous remercie.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Firefox 75 est de sortie et refont la barre de recherche
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
scroll top