Déjà huit satellites détecteurs de bateaux pour la start-up bretonne Unseenlabs !

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
03 janvier 2023 à 13h05
7
unseenlabs bro 4 © unseenlabs
Oh tiens, d'ici j'entends les bateaux ! Crédits : Unseenlabs

Les Rennais auront les yeux tournés vers les États-Unis aujourd'hui, pour le décollage de Falcon 9 et le déploiement de leur huitième « BRO ». Un petit satellite aux capacités importantes pour la surveillance des océans, dotée d'une technologie maîtrisée par cette équipe française qui ne cesse de s'agrandir.

Il ne sera pas seul sous la coiffe de SpaceX.

Tous à bord du transporteur

L'année démarre comme la précédente s'était terminée : par un décollage de la fusée Falcon 9 de SpaceX. Mais celui-ci n'est pas dédié à la constellation de connectivité Starlink, c'est un vol « Transporter », un ensemble de déployeurs de satellites accrochés à un mât central, envoyés en orbite polaire à 525 km d'altitude.

Ils sont 114 passagers en tout sur ce vol, satellites de tous horizons avec des petits véhicules cargos déployeurs privés, 36 « SuperDove » pour l'opérateur américain d'observation terrestre Planet, trois satellites radar de l'entreprise finlandaise Iceye, une voile solaire française dont on reparlera… et un « BRO », pour « Breizh Reconnaissance Orbiter », de la start-up rennaise Unseenlabs.

C'est le huitième déjà en trois ans : une petite constellation bretonne, discrète, mais de plus en plus efficace ! Ce satellite, avec jusqu'à six autres envoyés cette année, permettra de survoler plusieurs fois par jour les mêmes zones du globe pour ne rien rater de l'activité sur les océans.

C'est loin, mais c'est BRO

Les BRO utilisent une technologie unique (et brevetée) de détection des émissions radiofréquence. Un unique satellite est capable, en survolant une zone depuis l'orbite, de pointer à moins d'un kilomètre de précision une source d'émissions… Ce que l'entreprise transforme, pour ses clients, en un performant outil de détection des bateaux sur les océans du globe.

En effet tous les navires émettent des signaux de différente nature, et c'est valable également pour les « dark vessels », les bateaux qui coupent leur transpondeur pour ne pas être repérés. Unseenlabs s'est fait une spécialité de les débusquer et de les suivre grâce à leur signature électronique : pêche illégale, navires pirates, transbordeurs pétroliers ou trafiquants ont bien du mal à échapper aux satellites bretons.

Une réussite pour la start-up dont les clients se multiplient, des États aux grandes compagnies maritimes. Chaque satellite vient donc améliorer cette capacité.

Unseenlabs déployeur BRO Exotrail et GomSpace © Unseenlabs
Bro-8 est fabriqué avec l'aide du Suédois GomSpace et sera éjecté via un dispositif Exolaunch (visible sur la table). Crédits : Unseenlabs

Une BRO-chette bien discrète

Le succès d'Unseenlabs, fondé en 2015, a permis à l'entreprise de doubler ses effectifs en 2022 et de compter maintenant 50 employés… Et son P.-D.G., C. Galic, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Même si, avec ses activités, la PME garde une discrétion naturelle, car elle attire les convoitises.

En novembre, Unseenlabs s'est associé à Secure-IC pour offrir une toute première solution de chiffrement avec un protocole capable de résister à de futures attaques informatiques grâce à des technologies quantiques. Les Breizh satellites ont la cote !

Source : Unseenlabs

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
5
philouze
« C’est loin, mais c’est BRO »<br /> Seuls les vrais auront la ref
bennukem
Les « vrais » … imbus de leur personne?
bennukem
Du coup, on va savoir où se trouvent les boat-people dès leurs départs de Libye et éviter les noyés qui dérivent sur les plages européennes ?
ebottlaender
Pour le coup ce doit être parmi les cas les plus difficiles, parce que ce ne sont pas des gens sur un zodiac suranné qui émettent grand chose en radiofréquence (leurs portables eux-mêmes n’ont pas de réseau donc…). Ce ne sont pas vraiment les dark vessels au centre des enjeux d’Unseenlabs, mais il faudrait voir avec eux, si le système pouvait permettre de sauver des vies je suis certain qu’ils participeraient.
Popoulo
@bennukem : comme s’ils ne savaient pas ou/quand/quoi/comment lol.
philouze
les « vrais » qui ont l’âge disons
oximini
Ont-ils des limitations spécifiques ? Eu égard par exemple aux navires militaires ?
ebottlaender
Tout dépend lesquels ^^<br /> Ils font très attention à ne pas vendre les données à n’importe qui.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Sur Android, l'IA de Google va bientôt permettre de
Ce nouvel émulateur promet tous les jeux Xbox 360 sur PC (et sur Xbox Series)
Ce SSD Samsung 870 QVO 1To chute de prix chez Amazon
SNCF : place au tout numérique, les petites bornes jaunes tirent leur révérence
Entre promotion et ODR, le chargeur à induction duo Samsung 15W est à moins de 10 €
Comment héberger votre site web à moindre coût ?
Images explicites : comment Google Images va évoluer pour protéger les plus jeunes
Après les Soldes, les promos continuent chez RueDuCommerce avec la Samsung Galaxy Tab A8
Quick Delete, cette nouvelle fonctionnalité de Chrome qui pourrait vous éviter la honte
Économisez 540 € sur le PC portable gamer Medion Erazer Beast X30 et sa RTX 3070 Ti
Haut de page