Test The Division 2 : Ubisoft parfait la formule et fait mouche

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
01 avril 2019 à 18h15
10
Trois ans après l'épisode inaugural, Ubisoft et Massive Entertainment dégainent The Division 2. Une suite cousue de fil blanc, qui ne laissait d'ailleurs augurer qu'une pâle copie carbone du premier opus. Mais se serait oublier que le studio suédois a beaucoup appris en trois ans. Au point de rendre un devoir parfait ? Pas si loin du compte.

Il faut dire que si le concept de shoot & loot était relativement nouveau en 2016, bien des prétendants se sont depuis bousculés au portillon pour voler sa couronne à The Division. Un jeu qui, passé les premières heures de la découverte, a sonné creux pour tous les joueurs à la recherche d'un véritable défi et d'un contenu end game conséquent.

C'est ainsi à la dure que Massive a dû apprendre ses leçons. Un mal nécessaire, en cela que cette suite corrige presque tous les défauts de son aîné. Point bonus : le nouveau triple A d'Ubisoft arrive quelques semaines après le tollé Anthem. De quoi ramasser sans avoir à se baisser tous les joueurs déçus de la proposition de Bioware.





Washington dissident

Changement de décor. New York désormais reprise après qu'un virus ait décimé la moitié de sa population et engendré une véritable guerre civile, The Division 2 file au sud, mais toujours sur la côte Est : à Washington D.C - la capitale fédérale du pays.

Le froid hivernal de Manhattan cède ainsi sa place au National Mall sous un soleil estival. Pour le profane, ne nous mentons pas, le changement paraîtra timide. Mais quelques heures suffisent pour apprécier à leur juste valeur ces nouveaux environnements, beaucoup plus variés - bien que moins verticaux - que ceux du premier opus.

The Division 2 test
Washington D.C offre des environnements très variés mais moins verticaux que New York. Crédits : Ubisoft

Mais on y fait quoi dans The Division 2, au juste ? Pour quiconque n'est pas familier avec le jeu service d'Ubisoft, laissez-moi le résumer comme suit. Vous souvenez-vous votre tendre enfance lorsque, juste après avoir regardé un film d'action, vous sortiez dans le jardin en vous prenant pour un super soldat défendant la veuve et l'orphelin ? C'est ça, The Division 2. Jouer au soldat sur un immense terrain de jeu, et rendre service au tout-venant pour purger la Capitale des différentes factions belliqueuses qui tentent de tirer parti des ravages causés par le Poison Vert.

« Comme dans tout bon jeu de rôle, l'aire de jeu est divisée en plusieurs zones. Et comme dans tout bon jeu Ubisoft, ces zones sont contrôlées par une faction particulière »



Comme dans tout bon jeu de rôle, l'aire de jeu est divisée en plusieurs zones. Et comme dans tout bon jeu Ubisoft, ces zones sont contrôlées par une faction particulière qu'il vous appartiendra de foutre à la porte. Particulièrement vastes, ces zones disposent chacune d'un refuge que vous améliorerez au gré des missions et services rendus à la population. Le tout n'étant motivé que par une seule et unique chose : le loot.

The Division 2 test
Le loot : le nerf de la guerre. Crédits : Ubisoft

Du loot comme s'il en pleuvait

On n'est pas là pour enfiler des perles dans The Division. Et vous comprendrez rapidement que votre équipement revêtira une importance capitale lorsqu'il s'agira de grignoter la barre de vie de vos antagonistes. Aussi pour rendre la boucle de gameplay plus intéressante (la fameuse carotte au bout du bâton), Ubisoft a mis les petits plats dans les grands. Non seulement il est impossible de tomber à court d'activités à mener, mais chacune vous fera crouler sous une montagne de loot. C'est dire si le turn-over de l'équipement de votre agent est important au fil de l'aventure ; il n'est pas rare de récupérer deux, trois armes toutes meilleures les unes que les autres au cours d'une seule et même mission.

The Division 2 test
The Division 2 est très généreux en termes de loot. Regardez voir le journal de combat situé en bas à gauche de l'écran. Crédits : Ubisoft

Un côté un peu épileptique, j'en conviens. Mais après tout c'est pour ça qu'on est là. Parce qu'il ne faudra pas compter sur le scénario pour vous accrocher au jeu. Autant l'écrire : The Division 2 est con comme un ballon. Poncifs militaristes succèdent à des scènes tout droit tirées des pires nanars des années 80. Mention spéciale à cet épisode de bravoure où, captif d'une faction ennemie, le Président des États-Unis parvient à se libérer de ses chaînes et à saisir un fusil d'assaut pour bolosser ses ravisseurs. Inoubliable de bêtise.

The Division 2 test
The Division 2 n'a pas grand-chose d'intéressant à raconter. Crédits : Ubisoft

Corollaire évident de ce manque de soin apporté à l'écriture : on enchaîne les missions sans plus de cérémonie, écoutant à peine nos interlocuteurs alors que l'on fonce dans le tas pour récupérer plus vite cette arme couleur violette qu'un ennemi a laissé tomber au loin. Un aspect encore décuplé lors du jeu à plusieurs (le coeur du jeu), où il faut en plus de cela composer avec l'imprévisibilité des joueurs avec qui vous accomplirez les objectifs.

Pourtant, et c'est la force de The Division 2, on ne s'ennuie jamais. Doté de bien plus de missions, objectifs, événements procéduraux qu'il n'en faut pour grimper au niveau 30 sans avoir besoin de grinder comme un goret, ce nouvel opus dispose à sa sortie d'un contenu gargantuesque. Et cela sans même parler du end game et de la Dark Zone - l'autre pan du gameplay de The Division 2.

The Division 2 test
Outre les missions principales et annexes, il est possible de mener à bien des actions permettant d'améliorer vos refuges. Crédits : Ubisoft

Un point sur les graphismes et le level design

The Division 2 est un jeu magnifique. Le moteur Snowdrop utilisé par Massive Entertainment donne un cachet incroyable aux rues de la capitale fédérale des États-Unis. Mention spéciale aux effets de lumière, qui produisent des faisceaux lumineux criants de vérité.

Mais peut-être plus encore que les graphismes, c'est la direction artistique qui impressionne ; et le level design encore plus particulièrement. Massive captive en parvenant à créer des environnements très bigarrés, et notamment dans les missions. Celles-ci vous feront visiter tous les monuments phares de Washington D.C, lesquels ont bénéficié d'un soin tout particulier lors de leur conception. C'est simple : il n'y a pas deux missions scénarisées qui se passent au même endroit. Une variété dans les décors d'autant mieux venue que le scénario se révèle particulièrement répétitif.


The Division 2 test

The Division 2 test

The Division 2 test
The Division 2 est très propre visuellement, et bénéficie d'un level design très inspiré. Crédits : Ubisoft

Les lieux sombres

Contrairement à son aîné qui ne disposait que d'une Dark Zone, The Division 2 en compte trois. Chacune ayant droit à son petit chapitre scénarisé introductif, et à une ambiance graphique propre. Disposées dans les quartiers les plus contaminés de D.C, ces zones inhospitalières représentent le terrain PvPvE de The Division 2. Vous serez confrontés non seulement à des ennemis puissants, mais aussi à d'autres joueurs, lesquels pourraient décider de renier les principes de la Division pour vous dépouiller de votre butin.

La seule façon pour vous de sécuriser votre mise ? Appeler un hélicoptère, qui met une bonne minute avant d'atterrir, en plus de prévenir tous les autres joueurs de la zone de la manoeuvre. Autant dire que la tension est à son comble lorsque, au même moment, plusieurs joueurs se regardent en chiens de faïence, le doigt sur la gâchette, guettant le moindre faux-pas.

The Division 2 test
Il existe désormais trois Dark Zones distinctes. Crédits : Ubisoft

Mais au concept original inauguré dans The Division premier du nom, cette suite apporte quelques nouveautés. À commencer par la normalisation de votre niveau (plus besoin d'attendre d'être suffisamment bien équipé pour se rendre dans la Dark Zone) et le statut de renégat (le fait d'intenter à la vie d'autres joueurs) qui doit être activé manuellement afin d'éviter les tirs amis accidentels.

Enfin pour les amateurs de PvP, The Division 2 inaugure un mode Conflits permettant des affrontements frontaux entre plusieurs groupes de quatre joueurs sur des modes Escarmouches et Domination. Un ajout un brin gadget, en cela que le gameplay de The Division 2 se prête assez mal à l'exercice d'un multijoueur compétitif nerveux, mais qui peut permettre aux insatiables de varier les plaisirs.

Un jeu qui se réinvente une fois le niveau maximum atteint

Il y a en réalité deux jeux dans The Division 2. Le premier, celui que vous parcourez lors de votre phase de leveling cède sa place au second, altérant totalement l'aire de jeu que vous venez de parcimonieusement nettoyer de toutes ses menaces. Une fois la dernière mission principale menée à son terme, une nouvelle faction ennemie baptisée Black Tusks viendra semer la pagaille et reprendre toutes les zones. Cruellement bien équipés, et dotés des mêmes atouts tactiques (drones, tourelles, boucliers, etc.) que les agents de la Division, les soldats des Black Tusks représentent le véritable défi de fin de jeu de The Division 2.

The Division 2 test
The Division 2 in a nutshell. Crédits : Ubisoft

C'est donc une seconde jeunesse pour le jeu de Massive Entertainment, où la progression par niveau laisse également sa place à un score d'équipement, qu'il vous faudra faire grimper par du loot de meilleure qualité pour avoir accès aux Forteresses (les donjons) les plus difficiles. De la même façon, atteindre le niveau maximum vous demandera de choisir une spécialité. Démolisseur, Tireur d'élite et Survivaliste ; trois nouveaux arbres de compétences qui s'accompagnent également d'une arme spéciale surpuissante mais dont les munitions se font rares. Bref : une somme considérable de nouveautés qui vous forcent à réapprendre les tenants et les aboutissants du gameplay, et qui renouvellent ainsi l'intérêt profond du jeu édité par Ubisoft.

Cela dit, The Division 2 n'échappe évidemment pas à l'effet "sac à PV" de ses antagonistes. Certains ennemis sont bien entendu trop résistants pour la mince armure qu'ils revêtent. Mais Massive a trouvé une astuce pour justifier la résistance de ses ennemis les plus retors : la localisation des dégâts. L'armure des adversaires peut tomber en lambeau si vous concentrez vos tirs sur une zone précise. Ce faisant, vos dégâts en seront décuplés, et la barre de vie de l'intéressé sera grignotée d'autant plus vite.

The Division 2 test
Les forteresses offrent un joli défi aux escouades les plus inexpérimentées. Crédits : Ubisoft

Pour la suite, l'éditeur promet un contenu aussi régulier que gratuit. Rompant considérablement avec ses habitudes, Ubisoft ne propose ici pas de Season Pass ou de DLC payant, au profit de mises à jour gratuites et des ajouts de contenu réguliers pendant au moins un an. À l'heure où sont écrites ces lignes, la mise à jour ouvrant les portes du World Tier 5 (le plus haut niveau d'équipement et de défis) est prête à être déployée (sortie prévue le 5 avril), et porte avec elle une nouvelle Forteresse : le Bassin Tidal.

The Division 2 test
Crédits : Ubisoft

The Division 2 : l'avis de Clubic

The Division 2 est une réussite presque totale. Des voix s'élèvent pour dénoncer le manque de nouveautés de cet opus, mais on leur répond amicalement que si les ajouts sont minces, c'est justement parce que Massive a pris le temps de corriger ses erreurs et d'ajuster sa trajectoire par rapport au jeu de 2016. En résulte une suite très équilibrée, au contenu gargantuesque et au potentiel d'amusement frôlant la perfection.

Shooter & looter parfaitement assumé, The Division 2 ne brille pas pour son scénario ni par sa narration. A contrario, le nouveau bébé d'Ubisoft est un jeu profondément généreux, qui vous fera crouler sous l'équipement autant que sa proposition visuelle vous fera parfois tomber de votre chaise.

Généreux, The Division 2 l'est d'ailleurs surtout sur son contenu : déjà conséquent à la sortie, et qui s'étoffera - gratuitement - pendant au moins un an. À la recherche d'un (bon) jeu service pour occuper votre temps libre ? The Division 2 semble être le meilleur choix possible en ce début d'année 2019.

The Division 2

8

Les plus

  • Un contenu vraiment généreux à la sortie
  • Très joli à regarder et à écouter
  • Un level design de folie
  • Combats simples mais grisants
  • Du loot du loot du loooooooooot...

Les moins

  • Scénario-prétexte très peu inspiré
  • ... trop de loot ?
  • Les affrontements PvP toujours pas palpitants

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
0
megadub
Le truc relou c’est qu’il faut attendre vendredi pour pouvoir continuer :o J’vais me venger en créant un autre perso en attendant <br /> Sinon, effectivement, il y a toutes les bonnes recettes du premier avec des petits trucs sympa en plus : les points d’intérêt, la recharge auto des munitions et tout sans avoir à ouvrir un coffre de la cache, les munitions qui sont droppés pour éviter les embouteillages dans le coffre de recharge en multi, etc.
Noxiious
J’étais dubitatif de le prendre à la sortie du jeu ayant vécu celle de The division 1 qui était pas top. Mais j’ai été agréablement surpris autant au niveau de l’immersion (sound design/richesse du monde) et du contenu. Pour moi le seul b-mol de ce jeu serait les déplacements, je suis souvent bloqué par 5 cm de détritus, impossible d’escalader une barrière à certains endroits (alors que 2 cm à gauche c’est bon) et d’autres petites choses du genre. Vivement le reste du contenu!
Popoulo
D1 proposait pas mal de contenu si on prenait la peine de le faire. Pour avoir fait la béta privée et publique, jamais rencontré ce genre de bug. Le reste du contenu ? Faut déjà torcher tout ce que l’actuel propose, ce qu’à priori, tu n’as pas fait. Comme de multiples détracteurs, tu as test le jeu sur une vidéo de streamer non ?
megadub
Il y a bien les bugs dont il parle… après 72h de jeu tu crois que je l’ai assez testé ? <br /> J’ai même eu hier un script qui ne s’est pas déclenché, j’ai du relancé la partie pour pouvoir débloquer l’entrée dans la DZ <br /> Par contre, effectivement D1 avait énormément évolué et D2 profite bien entendu de ces évolutions
Noxiious
Calme tes ardeurs gamin et apprends à lire par la même occasion. Je n’ai eu aucune réelle critique vis-à-vis de D2 et je suis loin d’en être un détracteur. Toi par contre, tu as l’air d’être un bon braindead fanboy.<br /> Et sort un peu de ta cave, D1 à sa sortie, était loin d’avoir un contenu riche. Il s’est étoffé avec le temps pour finir en un très bon jeu. J’ai pris la peine de faire le contenu, Tier 4 pour l’instant, je pense avoir fait assez d’heures à l’heure actuelle pour émettre mon avis et ce n’est certainement pas Kevin, 12 ans, keyboard warrior à ses heures perdues qui va me faire une leçon.
cogno_de_tu_madre
Et les freezes permanents même avec une config correcte , comme avec TD1 , on en parle ?
megadub
Aucun freeze pour ma part, ni avec TD1 du reste
Blues_Blanche
J’ai joué à la beta, ça m’a bien plu. A voir si c’est aussi bien pour ceux qui ont fait le 1.
Feladan
Et comme de multiple fanboys, tu ne prends pas en compte son ressentis et son expérience sous prétexte que TOI, tu n’as pas vu.<br /> Comme dit dans d’autres news, je partage son point de vu. Et j’ai bel et bien joué à TD1 (longtemps) et TD2 (beta et release par prêt de compte).<br /> Mais c’est pas la première fois que tu balances le “lol t’as pas joué c’est clair”. Tu me l’as même fait je crois sur une autre news.<br /> Quitte à faire le fanboy, essais à minima de renouveler ton … “argumentaire”. Cela commence à être flagrant quand tu n’as plus rien à dire … ^^’<br /> Mention spéciale pour “D1 à sa sortie avait pas mal de contenu”. J’ai bien lol. Même actuellement, je ne qualifierai pas ça de “pas mal de contenu”.
renard38
Clairement une reussite,pas comme D2 ou anthem…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Google vous permet de vous connecter sur Firefox et Edge grâce à une clé de sécurité
🔥 Huawei P30 et P30 Pro : bientôt la fin de l'offre Sonos One gratuite
Porsche se lance dans l'e-sport avec la Porsche Esports Supercup
🔥 Bons plans Huawei : notre sélection smartphones P20, P30, Honor 8x et Mate 20 de la semaine
Apple Music pourrait bientôt être compatible Google Chromecast
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page