Jeu vidéo : de plus en plus d'offres à pourvoir chaque année en France

Alexandre Boero Contributeur
23 avril 2019 à 18h25
0
Observatoire_Emploi_Jeu_Video.png

Régions, entreprises, métiers... L'Observatoire de l'emploi du jeu vidéo pour l'année 2018 fait état de certaines évolutions et de la bonne santé du secteur.

L'Observatoire de l'emploi du jeu vidéo, publié ce mois d'avril pour l'année 2018, nous permet d'avoir une large vision du marché en France. L'étude, fruit d'une collaboration entre l'Afjv (Agence française pour le jeu vidéo), Gaming Campus et Les Echos Start, se base sur la quasi-totalité des offres d'emploi et de stage porposés par l'industrie du jeu vidéo en France pour l'année 2018, soit 1 931 offres proposées en CDD, CDI, stage et alternance.

La région Île-de-France, terre d'accueil du jeu vidéo

Sur les 572 entreprises de jeux vidéo en France, 290 (51 %) se concentrent en Île-de-France. La région Auvergne-Rhône-Alpes est deuxième, mais bien plus loin, avec 72 sociétés (13 %), devant la région Occitanie et ses 49 entreprises (9 %), la Nouvelle-Aquitaine (35 sociétés, 6 %) et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (31 firmes, 5 %).

Progression-offres-jeu-vidéo.png
Évolution des offres d'emploi jeu vidéo depuis 2015 (Source : AFJV - Gaming Campus 2019)

Ces chiffres sont-ils reportés sur la concentration locale des offres d'emploi ? À quelques pourcents près, oui. Sur les 1 931 annonces recensées en 2018 dans l'Hexagone, la région Île-de-France en totalise 60 %, avec 1 152 offres. Une nouvelle fois, c'est la région Auvergne-Rhône-Alpes qui fait office de dauphine, avec 16 % des annonces pour quelque 302 offres.

Si l'écart entre la région francilienne et les autres est très important, il tend à se réduire depuis maintenant quatre ans. L'étude nous montre que depuis 2015, l'Île-de-France a perdu 12 % des annonces postées, ce qui bénéficie à des régions comme l'Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle-Aquitaine.

Progression-offres-emploi-région-jeu-vidéo.png
Progression de la répartition des offres d'emploi par région depuis 2015 (Source : AFJV - Gaming Campus 2019)

Si les offres sont réelles, les CV peuvent manquer à l'appel

Les développeurs (618 offres en 2018, 32 % au total) et les infographistes (555 offres, 29 %) se tirent la bourre en ce qui concerne les talents les plus recherchés dans l'industrie du jeu vidéo. Les chiffres officieux, eux, auraient même tendance à donner l'avantage aux infographistes, dont le recrutement s'opère davantage par réseau plutôt que via un processus classique d'embauche.

Les métiers liés à la conception (scénariste, game designer, etc) concentrent 9 % des offres recensées (172 au total), juste devant les métiers du commerce et du marketing (170 offres).

Face au nombre croissant d'annonces postées depuis 2015 (+37 %), la demande par catégorie de métier demeure stable, ce qui permet à l'une d'entre elles en particulier de se dégager. Il s'agit du data management, catégorie absente encore en 2016 mais qui représente désormais 1 % des offres. Cette compétence fait appel à de multiples secteurs comme le marketing, la statistique, mais aussi la programmation. Elle englobe les métiers de data manager, data scientist, data analyst, tracking data analyst... Bref, vous l'aurez compris, elle témoigne de la percée et de la considération par les professionnels de la data ces dernières années, ce qui entraîne la création de nouveaux métiers.

Ubisoft, symbole français du jeu vidéo

Si l'industrie française du jeu vidéo compte quelque 572 entreprises enregistrées à la fin du mois de mars 2019, il apparaît qu'Ubisoft occupe une large partie des offres d'emploi publiées en 2018, avec 119 annonces rien qu'en Île-de-France. Sa filiale Ivory Tower, développeur de The Crew 2, a posté 58 annonces en Auvergne-Rhône-Alpes l'an dernier, soit plus que sa maison-mère sur la région.


Répartition-contrats-jeu-vidéo.png
Répartition des contrats proposés en 2018 (Source : AFJV - Gaming Campus 2019)

Le CDI, premier contrat proposé... surtout en Île-de-France

Notons enfin que s'il n'est pas roi, le contrat à durée indéterminée (CDI) reste une priorité dans l'industrie du jeu vidéo, avec 760 offres en 2018 (39 %), portées notamment par l'importance des développeurs. Suivent les stages (565 offres, 39 %), le CDD (502 offres, 26 %) avec une très forte demande au niveau des infographistes, puis les freelance (75 offres) et l'alternance.

Le CDI concentre davantage d'offres en 2018 (39 %) que les années précédentes (31 % en 2017, 33 % en 2016) tandis que les CDD sont davantage privilégiés dans d'autres régions que l'Île-de-France, où le CDI reste le premier type de contrat signé.

Evolution-2016-jeu-vidéo.png
Évolution depuis 2016 (Source : AFJV - Gaming Campus 2019)

1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des députés proposent de taxer les véhicules en fonction de leur poids
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
La nouvelle Livebox d'Orange est enfin dévoilée !
Red Dead Redemption 2 : la version PC réclamera
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Le gouvernement américain bannit huit nouvelles entreprises chinoises de la tech
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top