OS X 10.9 Mavericks : le dossier

le 23 octobre 2013 à 16h28
0

Sous le capot : de nouvelles optimisations


App Nap


Mavericks apporte son lot de technologies d'optimisation du système : on se souvient du Power Nap de Mountain Lion qui profitait des périodes de veille pour effectuer des synchronisations (mail, notes...), des téléchargements de mise à jour ou encore des sauvegardes Time Machine. OS X 10.9 ouvre cette fonctionnalité aux iMac et Mac Mini, à condition qu'ils disposent d'un SSD.

Mavericks introduit App Nap, une nouveauté originale qui consiste à baisser la consommation des programmes recouverts intégralement par une fenêtre ouverte. Une fois activé, App Nap peut réguler la fréquence de fonctionnement de l'application, le débit des accès disque et réseau, et sa priorité.

Le mot « intégralement » est important car lors de nos tests, même si le bout de l'ombre de la fenêtre est affiché, App Nap reste sans effet. L'exigence peut paraître un peu radicale : un seuil de tolérance n'aurait-il pas été bienvenu lorsque, par exemple, 90% des pixels sont recouverts ?

App Nap est également inopérant si une application lit de l'audio en tâche de fond. App Nap est une fonctionnalité « opt in » : les développeurs peuvent choisir ou non de l'intégrer. Au passage, le Moniteur d'Activité se dote d'un nouvel onglet Energie, affichant l'impact sur la batterie de chaque application ouverte, et indiquant l'activité d'App Nap.

01F4000006747894-photo-os-x-mavericks-app-nap.jpg

Timer Coalescing



La technologie Timer coalescing parlera forcément aux utilisateurs de Windows, puisque c'était une des nouveautés de Windows 7. La fonctionnalité consiste à regrouper les opérations de bas niveau en décalant légèrement l'exécution de ces tâches.

En conséquence, les périodes d'inactivité du processeur sont suffisamment longues pour qu'il puisse basculer en mode basse consommation, alors que le déclenchement à répétition de ce mode pourrait justement réduire l'autonomie. On pourra ironiser et noter que la photocopieuse de Cupertino fonctionne aussi de temps en temps. Cependant, comme l'ajout de l'ASLR (Address Space Layout Randomization) dans Lion pour améliorer la protection contre les malwares, une technologie censée préserver la batterie est toujours bonne à prendre.

012C000006747906-photo-os-x-timer-coalescing-1.jpg


012C000006747900-photo-os-x-timer-coalescing-2.jpg


Mémoire compressée



La dernière évolution interne d'OS X 10.9 est la compression de la mémoire, qui réduit la taille des blocs inutilisés jusqu'à 50%, afin de maximiser la quantité disponible pour les applications les plus utilisées, et limiter le recours au swap. La compression emploie l'algorithme WKdm et peut fonctionner sur plusieurs cœurs simultanément.

0190000006747902-photo-os-x-compressed-memory.jpg


Nouveautés pour les développeurs



Les développeurs d'applications pour OS X ont quelques nouveaux frameworks à se mettre sous la dent, et notamment en ce qui concerne les jeux. On retrouve ainsi Sprite Kit, une des nouveautés d'iOS 7. Basée sur OpenGL et destinée à la gestion de sprites dans les jeux 2D, la bibliothèque prend en charge les propriétés physiques de ceux-ci (masse, gravité...), et les systèmes de particules pour la création d'explosions ou de fumée.

Le framework Game Controller, qui apporte la gestion de manettes de jeux à iOS (pad numériques et analogiques, gâchettes, boutons...) est également accessible aux développeurs Mac, et les périphériques commercialisés pour iPhone et iPad pourront être exploités sous OS X.

Naturellement, l'arrivée de Plans s'accompagne de l'intégration de Map Kit qui permet d'utiliser les données et les cartes d'Apple dans ses applications. AV Kit propose quant à lui un ensemble d'API pour gérer les derniers standards d'OS X en matière de lecture vidéo.

Sandboxing du Mac App Store : quelques concessions



Toujours sur le plan des API, Apple lâche un peu de lest sur ses règles de sandboxing. Petit rappel : depuis juin 2012, toutes les applications disponibles sur le Mac App Store tournent impérativement dans un bac à sable, isolé du reste du système, de la même manière que les apps iOS.

La décision, reportée à plusieurs reprises, avait froissé un certain nombre de développeurs dont les applications nécessitaient justement un accès total, notamment au système de fichiers. Certains éditeurs ont même retiré leur logiciel du Mac App Store, ou proposé une version bridée, en continuant de vendre l'application « complète » par leurs propres moyens.

Mavericks apporte 2 nouveaux frameworks, Media Library et iTunes Library, pour redonner un peu de contrôle sur certaines parties du système. Le premier autorise l'accès aux données des apps média d'Apple (iPhoto, iMovie, Garageband, Final Cut Pro, Aperture et Logic) ainsi qu'au dossier Vidéos de la bibliothèque utilisateur. Le second, comme son nom l'indique, permet d'accéder à la bibliothèque iTunes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Mac OS X
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
Google Duo permet désormais de partager des photos dans ses messages
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
Flight Simulator supportera le contenu créé par la communauté
Airbnb organise un hackathon à Paris pour recruter les meilleurs développeurs
Gears 5 : Microsoft fait la démo du mode construction et confirme l’absence de season pass
🔥 Soldes 2019 : les meilleurs bons plans, réductions et promotions chaque jour !
Test : Inokim Light 1, une trottinette robuste et fiable, mais trop chère
Une cyberattaque américaine aurait paralysé des dispositifs de contrôle militaires iraniens
Le patron de Foxconn pousse Apple à transférer sa production à Taiwan
scroll top