Google Translate s'immisce au sein de Google Docs

28 juillet 2010 à 11h24
0
0096000003408054-photo-google-docs-translate.jpg
Google continue de multiplier les fonctionnalités de sa suite bureautique hébergée et présente cette fois l'intégration de son outil de traduction Google Translate. C'est ainsi qu'à partir d'un document donné il sera possible de choisir de traduire le texte dans 53 langues différentes. Le processus de traduction créera une copie du document original.

Au mois de mai 2009, Google Translate avait fait son apparition au sein du Gmail Labs pour traduire les courriers électroniques reçus dans sa boite mail. L'intégration au sein de Google Documents permet alors indirectement de pouvoir rédiger son courrier pour le traduire et l'envoyer par la suite.

Si cette fonctionnalité fonctionne plutôt bien (avec tout de même les aléas d'une traduction automatisée), notez que le processus de traduction ne sera pas automatiquement généré si vous reprenez la rédaction du document source. Il aurait en effet été intéressant de synchroniser les traductions à chaque nouvelle modification afin de favoriser davantage le travail collaboratif.

03408052-photo-google-docs-translate.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Enfin des nouvelles de Squadron 42, le mode solo de Star Citizen ?
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
Freebox Pop : la fibre, l'expérience TV et le répéteur Wi-Fi à l'honneur de la campagne d'affichage de la box
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
scroll top