🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT ! 🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Sabrent Rocket Nano Rugged : rapide, compact et résistant, le SSD externe (presque) parfait

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 décembre 2020 à 13h34
2
Sabrent Rocket Nano Rugged © Sabrent

Après le Rocket Nano commercialisé en fin d’année 2019, Sabrent a décidé de distribuer une version plus « robuste » de son SSD externe capable d’excellentes performances. Le Rocket Nano Rugged se prévaut d’une résistance aux chocs, à la poussière ainsi qu’aux projections de liquide. De quoi en faire le disque de transport parfait ?

Sabrent Rocket Nano Rugged
  • Des performances de très haut niveau (en USB 3.2 Gen 2)
  • Certification IP67 et résistance aux chocs
  • Très compact et tout léger
  • « Coque » de caoutchouc amovible
  • Câbles USB-C et USB-A fournis
  • Design élégant, finitions remarquables
  • Un peu plus cher que la moyenne
  • Pas le moindre logiciel de gestion
  • Aucun rangement pour les câbles
  • Pas de verrouillage des données

Encore confidentielle en France la firme américaine Sabrent met aujourd’hui un point d’honneur à faire connaître ses produits dans l’Hexagone. À Clubic, nous avons été impressionnés par les performances de ses SSD NVMe au format M.2 et nous avions à cœur de vérifier l’excellence supposée de ses disques externes. Très réputés outre-Atlantique, les Rocket Nano ont été complétés il y a peu par ce modèle rugged que Sabrent nous a fait parvenir : un modèle théoriquement capable de débits au niveau des meilleurs SSD externes auxquels il ajoute une protection « à toute épreuve ».

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces
Dans sa « coque » de caoutchouc aisément amovible © Nerces pour Clubic

Fiche technique du Sabrent Rocket Nano Rugged

Alors que les Rocket Nano existent en plusieurs coloris et en plusieurs capacités, Sabrent se montre un petit peu plus sélectif pour son modèle rugged. Si trois versions sont bel et bien commercialisées afin de prendre en compte les besoins de stockage des utilisateurs (500 Go, 1 To ou 2 To), il n’est plus question que d'un SSD gris métallisé. Il vient engoncé dans son caoutchouc de protection, lui aussi gris.

Le Sabrent Rocket Nano Rugged, c’est :

  • Capacité : 500 Go, 1 To ou 2 To
  • Interface : USB 3.2 Gen 2
  • Débits annoncés en lecture : 1000 Mo/s
  • Débits annoncés en écriture : 1000 Mo/s
  • Câble : 1x USB-C vers USB-C et 1x USB-C vers USB-A
  • Dimensions : 73 x 44 x 19 mm ou 66 x 38 x 13 mm avec / sans la coque de protection
  • Poids : 93 grammes ou 83 grammes avec / sans la coque de protection
  • Certification : IP67, protection contre les poussières et l’immersion temporaire (jusqu’à 1 m) durant 30 minutes.
  • Coloris : gris
  • Garantie : 5 ans, après enregistrement du produit (1 an sinon)
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à partir de 149,99 € (500 Go), 219,99 € (1 To) ou 389,99 € (2 To)

Sur le papier, le Rocket Nano Rugged doit donc offrir des performances de tout premier plan, au niveau des meilleurs SSD externes actuellement sur le marché. Sabrent prend toutefois le soin de préciser que ces débits ne peuvent être obtenus que dans les meilleures situations : à la condition expresse que le SSD soit connecté en USB 3.2 Gen 2. Notons que les informations de garantie sont les termes officiels de Sabrent aux États-Unis : en Europe, la garantie d’un produit doit être d’au moins deux ans et Sabrent ne peut évidemment pas s’y soustraire.

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces
Extrait de sa coque, le Rocket Nano Rugged est un joli petit « lingot » © Nerces pour Clubic

Petit, mais costaud

Esthétiquement parlant, le Rocket Nano Rugged ressemble beaucoup à son « grand frère », le Rocket Nano. Il en reprend l’essentiel du design, même si les dimensions sont sensiblement différentes. Ainsi, le SSD adopte la forme d’un petit « lingot » gris métallisé. Le Rocket Nano est plus en longueur tandis que le modèle Rugged est un peu plus ramassé, davantage trapu. Dans un cas comme dans l’autre, on retient surtout l’extrême compacité du SSD : nous ne sommes pas au niveau d’une clé USB bien sûr, mais il reste possible de glisser le Rocket Nano Rugged dans à peu près n’importe quelle proche, même avec sa protection en caoutchouc.

Cette dernière représente la différence principale entre les deux modèles de SSD. Alors que le Rocket Nano est déjà hermétique à la poussière et capable de résister à une immersion jusqu’à 1 mètre durant un maximum de 30 minutes, sa bande de caoutchouc permet au Rocket Nano Rugged d’ajouter une certaine résistance aux chocs. Il n’est bien sûr pas question de le lancer contre un mur ou de faire passer un bulldozer dessus. En revanche le faire tomber sur le sol à une hauteur d’un deux ou trois mètres ne pose aucun problème. De fait, le Rocket Nano Rugged est armé pour résister aussi bien aux petits tracas du quotidien qu’aux randonnées en forêt.

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces
Deux patins servent de pieds quand le Rocket Nano Rugged est extrait de sa « coque » © Nerces pour Clubic

Une versatilité que ses dimensions et, surtout, son poids sont évidemment là pour appuyer. Il est toutefois à noter que le Rocket Nano Rugged est sensiblement plus lourd que nombre d’autres SSD comme le My Passport SSD que nous testions il y a quelques jours : afin de le rendre plus solide que la majorité de ses concurrents, Sabrent a opté pour un boîtier en métal et nous flirtons ainsi avec les 100 grammes quand le modèle de Western Digital – intégralement en plastique – n’atteignait même pas les 60 grammes. Il s’agit d’un avis tout ce qu’il y a de plus personnel, mais nous sommes tout à fait prêts à faire avec 40 grammes de plus pour nous assurer d’une certaine résistance.

Afin de souligner la résistance de son bébé, Sabrent a scellé le boîtier du SSD – que l’on ne peut donc pas ouvrir – et renforcé le connecteur USB-C. Ce dernier est la seule ouverture visible sur la coque du produit. Il peut être relié à l’un des deux câbles fournis de sorte que l’on puisse connecter le SSD à un ordinateur en USB-A ou en USB-C. Compte tenu de la compacité de l’appareil, aucun emplacement n’a été prévu pour ranger les câbles. On regrettera surtout que Sabrent n’ait pas opté pour une solution « double » afin, comme Western Digital, de proposer un simple petit adaptateur pour l’USB-A : cela aurait permis de n’avoir qu’un seul câble.

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces
Le connecteur USB-C est la seule « ouverture » d'un SSD sinon parfaitement scellé © Nerces pour Clubic

Parmi les plus performants… en USB 3.2 Gen 2 bien sûr

Vous avez pu le voir sur la fiche technique du Rocket Nano Rugged, il se place théoriquement parmi les meilleurs des SSD externes actuellement sur le marché. Sabrent évoque des débits tournant autour du gigaoctet par seconde ce qui le met au même niveau que les Crucial X8, Samsung T7 Touch ou Western Digital My Passport SSD que nous avons pu tester.

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces

L’Américain ne s’embarrasse pas de précisions et évoque simplement « au moins 1000 Mo/s ». Des débits que nous avons donc cherché à retrouver en nous focalisant d’abord sur l’inévitable CrystalDiskMark, un outil tout ce qu’il y a de plus théorique, mais qui donne d’intéressantes indications. En lecture séquentielle, nous sommes légèrement au-dessus des performances avancées par Sabrent alors que nous sommes un peu en-dessous en écriture. D’excellents résultats donc.

Il est intéressant de noter que sur de petits fichiers le Rocket Nano Rugged fait globalement mieux que le Samsung T7 Touch et se situant même un petit cran au-dessus du My Passport SSD de Western Digital : moins rapide en lecture (23,72 Mo/s contre 27,86 Mo/s), il prend nettement le dessus en écriture (48,43 Mo/s contre 37,09 Mo/s).

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces

Nous en avons maintenant l’habitude, pour « vérifier » ces résultats théoriques, nous réalisons quelques tests pratiques via la copie de fichiers sous Windows 10. La source de ces fichiers est un SSD NVMe Corsair Force MP600. Là, reconnaissons une petite déception : le Rocket Nano Rugged fait un peu moins bien que le My Passport SSD en plafonnant à 648 Mo/s contre 658 Mo/s pour le modèle de Western Digital. Les performances sont donc sensiblement inférieures aux débits théoriques tout en restant de très haut niveau pour une utilisation au quotidien.

Il nous faut également souligner que toutes nos mesures ont été réalisées sans rencontrer le moindre problème de stabilité ou de constance. Ainsi, le Rocket Nano Rugged a tendance à s’échauffer sur de longues sessions de copie, mais sans jamais rendre le boîtier « brûlant » ou générer d’effet de throttling qui viendrait en réduire les performances. Un très bon point.

Sabrent Rocket Nano Rugged © Nerces
Près de 2 To de données qui ne vous laisseront jamais tomber ! © Nerces pour Clubic

Sabrent Rocket Nano Rugged (2 To) : l'avis de Clubic

À l’image de son excellent Rocket NVMe PCIe 4.0, nous propose aujourd’hui un autre remarquable SSD. Il n’est plus question de venir compléter la configuration de notre PC, mais ce modèle externe est simplement exceptionnel pour un usage nomade. Pourvu que vous puissiez le connecter en USB 3.2 Gen 2, il vous offrira des performances de premier plan. La certification IP67 est évidemment un atout très intéressant pour un produit que l’on sera amené à transporter quotidiennement pas forcément dans des conditions idéales. Pour ne rien gâcher, au contraire d’autres produits dits « résistants », le Rocket Nano Rugged conserve une taille de guêpe et ne dépasse par les 100 grammes. Puisque la perfection n’est pas de ce monde, on regrettera un surcoût important – mais justifié – par rapport au Rocket Nano et l’absence de logiciel pour accompagner ce SSD externe que nous vous recommandons malgré tout chaudement.

9

Encore peu connue en France, Sabrent est une marque américaine qui a décidé de prendre le marché du SSD à bras le corps. Le Rocket Nano Rugged devrait d'ailleurs permettre de faire un peu plus connaître la marque tant ses qualités sont nombreuses.

Si nous retenons le Rocket Nano Rugged, c'est d'abord pour sa certification IP67 qui en fait le compagnon idéal pour un stockage au quotidien que l'on garde toujours sur soi. Disponible en trois versions selon que l'on préfère disposer de 512 Go, de 1 To ou de 2 To d'espace disponible, le Rocket Nano Rugged n'existe en revanche qu'en une seule couleur.

Il s'agit donc un petit boîtier en aluminium très proche des Nano External de la même marque. Ses mensurations sont de 66 x 38 x 13 millimètres, sensiblement plus que son grand frère du fait de la présence d'un large cadre en caoutchouc. Celui-ci peut être retiré, mais, vous vous en doutez, c'est lui qui assure la certification de l'appareil.

Grâce à lui il est effectivement possible de dire que le Rocket Nano Rugged est protégé contre les poussières. Il assure aussi l'étanchéité du SSD de Sabrent : il résiste à une immersion complète jusqu'à un mètre durant une durée maximale de 30 minutes. Bien suffisant pour tenir face aux tourments des transports en commun ou aux dangers de la vie de bureau.Chose intéressante, cela ne grève pas trop le poids d'un SSD évidemment bien plus lourd que les Crucial X8 et autres Samsung T7 Touch. Reste qu'à exactement 93 grammes, on peut encore le glisser dans une poche sans risquer de la déformer, sans trop le remarquer.

Sabrent utilise une connectique USB-C qui, soulignons-le, n'est pas protégé sur le SSD. Ensuite, deux câbles sont fournis de sorte que l'on puisse le brancher en USB-C, mais aussi en USB-A. Bien sûr compatible SUB 3.2 Gen 2, il offre des performances de premier plan, en phase avec ce que propose la concurrence : 650 Mo/s en lecture et 550 Mo/s en écriture sur de gros fichiers.

Impossible en revanche d'en savoir plus quant aux composants embarqués dans ce produit ce qui nous amène à évoquer un défaut potentiel aux yeux de certains. S'il est possible de retirer le bandeau caoutchouc de protection, impossible d'ouvrir le SSD, mais ce n'est pas une surprise compte tenu de sa certification IP67 et du fait que les concurrents ne sont guère plus « accessibles ».

Les plus

  • Des performances de très haut niveau (en USB 3.2 Gen 2)
  • Certification IP67 et résistance aux chocs
  • Très compact et tout léger
  • « Coque » de caoutchouc amovible
  • Câbles USB-C et USB-A fournis
  • Design élégant, finitions remarquables

Les moins

  • Un peu plus cher que la moyenne
  • Pas le moindre logiciel de gestion
  • Aucun rangement pour les câbles
  • Pas de verrouillage des données

Performances 9

Échauffement 9

Endurance 10

Design 10

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Blues_Blanche
Certes c’est un peu chère, mais avec une grosse capacité. Du coup c’est pas un produit qu’on peut utiliser longtemps, un investissement. Associé à un gros disque 8To pour les sauvegardes et ça laisse quelques années d’utilisation. Dommage quand même pour le boîtier fermé, 4-6 vis n’auraient pas empêché la certification si c’était bien conçu. Ca devait être obligatoire.<br /> L’article est très bien écrit, mais je regrette la tendance actuelle sur Clubic de faire des présentations à rallonge. Une rédaction plus directe serait plus agréable à lire.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Test Acer Aspire Vero 15 (2022) : un laptop écolo qui ne fait pas encore suffisamment envie
Haut de page