Test Intel ARC Alchemist A750 et A770 : les cartes graphiques d'Intel peuvent-elles concurrencer AMD et NVIDIA ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
23 février 2023 à 11h40
19
Intel ARC A750 Limited Edition © Intel
Intel ARC A750 Limited Edition © Intel

Intel aura eu des problèmes pour mener à bien son projet de retour sur le marché de la carte graphique dédiée. Des problèmes qui semblent toutefois appartenir au passé puisque nous avons posé nos mains sur deux modèles de cartes ARC Alchemist. Une signée de la société américaine elle-même et, l’autre, conçue par son partenaire, Acer.

Intel Arc A750
  • Design sobre et agréable
  • Compacité (relative) de la carte
  • Performances satisfaisantes
  • Ray tracing/XeSS prometteurs
  • Intel ARC Control agréable
  • Pilotes encore imparfaits
  • Performances inégales
  • Resize-BAR très important
Acer Predator BiFrost Intel Arc A770 OC
  • Performances satisfaisantes
  • Compacité (relative) de la carte
  • Ventilation efficace et discrète
  • Ray tracing/XeSS prometteurs
  • Logiciel Predator bien vu
  • Pilotes encore imparfaits
  • Performances inégales
  • De faibles gains vs. l'A750
  • Resize-BAR très important

Alors que la précédente tentative d’Intel en matière de carte graphique dédiée s’est soldée par un échec – le projet Larrabee stoppé en 2010 – ARC est donc arrivé à son terme. La gamme Alchemist promet même d’être la première d’une belle série de GPU avec, déjà calés, les Battlemage, Celestial et Druid. Il est trop tôt pour parler de ces derniers, mais penchons-nous de suite sur ces cartes ARC A750 LE d’Intel et Predator BiFrost ARC A770 OC d’Acer.

Acer Predator BiFrost Intel ARC A770 OC © Nerces
Acer Predator BiFrost Intel ARC A770 OC © Nerces

Fiche technique Intel Arc A750

Résumé

Mémoire vidéo
8Go
Type de mémoire
GDDR6
Sorties vidéo
HDMI 2.1, DisplayPort (x3)

Performances

Fréquence de base
2 050MHz
Fréquence Boost
2 400MHz
Processeurs de flux
3584
Mémoire vidéo
8Go
Interface mémoire
256 bit
Type de mémoire
GDDR6
Consommation
225W

Affichage

Définition d'affichage maximale
7680 x 4320 pixels

Connectivité

Sorties vidéo
HDMI 2.1, DisplayPort (x3)
Nombre d'écran(s)
4
Connecteur(s) d'alimentation
PCI Express 6 Broches, PCI Express 8 Broches

Caractéristiques physiques

Longueur
267mm
Largeur
110m
Epaisseur
41mm
LED
Non
Type de refroidissement
Actif (fansink)

Fiche technique Acer Predator BiFrost Intel Arc A770 OC

Résumé

Mémoire vidéo
16Go
Type de mémoire
GDDR6
Sorties vidéo
DisplayPort (x3), HDMI 2.1

Performances

Fréquence de base
2 200MHz
Processeurs de flux
4096
Mémoire vidéo
16Go
Interface mémoire
256 bit
Type de mémoire
GDDR6
Consommation
225W

Affichage

Définition d'affichage maximale
7680 x 4320 pixles

Connectivité

Sorties vidéo
DisplayPort (x3), HDMI 2.1
Nombre d'écran(s)
4
Connecteur(s) d'alimentation
PCI Express 8 Broches
Bus
PCI Express 4.0 16x

Caractéristiques physiques

Longueur
267mm
Largeur
118mm
Epaisseur
41mm
LED
LED RGB
Type de refroidissement
Actif (fansink)
Si l'A770 LE a souvent été mise en avant, Intel met aujourd'hui l'accent sur l'A750 LE © Intel
Si l'A770 LE a souvent été mise en avant, Intel met aujourd'hui l'accent sur l'A750 LE © Intel

Intel a plus d’une corde à son ARC

Absent depuis plus de vingt ans du marché de la carte graphique dédiée, Intel se contentait de concevoir des iGPU – solutions graphiques intégrées à ses processeurs – dont les performances n’ont rien à voir. Pour autant, cela lui a permis de garder un pied dans ce monde et, ce faisant, de revenir un peu plus facilement. Nous l’avons dit, le retour d’Intel est d’ailleurs ambitieux avec plusieurs générations de GPU au programme des prochaines années.

L'avenir d'Intel dans le GPU semble déjà tout tracé © Intel
L'avenir d'Intel dans le GPU semble déjà tout tracé © Intel

Ambitieux, mais malgré tout limité en ce sens qu’il n’est pas question pour Intel de concurrencer AMD et NVIDIA sur le très haut de gamme. Intel l’a déjà souligné à plusieurs reprises : il cherche plutôt à tourner autour d’une enveloppe thermique de 200 – 250 watts et d’en tirer les meilleures performances possibles. Alors que l’on parle de plus en plus de sobriété énergétique, ce discours est bien sûr parfaitement défendable.

© Intel
© Intel

Dans les faits, cela se traduit sur la première génération ARC Alchemist par la sortie de deux GPU distincts conduisant à quatre variantes. Nous laissons de côté les A380 et A580 (GPU ACM-G11) qui se cantonnent au strict entrée de gamme, pour nous focaliser sur les A750 et A770 (GPU ACM-G11). L'A770 existe en deux versions selon qu'il est associé à 8 ou 16 Go de mémoire vidéo. Notez que la configuration 8 Go semble toutefois extrêmement rare.

Quatre versions de GPU ARC Alchemist sont pour le moment commercialisées © Intel
Quatre versions de GPU ARC Alchemist sont pour le moment commercialisées © Intel

A750/A770 : 21,7 milliards de transistors, 32 Xe-cores

À côté d’un ACM-G11 que nous n’évoquerons donc pas davantage, Intel a dessiné l’ACM-G10 qu’il ne grave d’ailleurs dans ses propres structures. La fabrication de la puce est sous-traitée au géant du secteur, TSMC. Le processus 6 nm est ici employé et pour loger l’intégralité de ses 21,7 milliards de transistors, la puce occupe 406 mm². Rappelons que le très haut de gamme de NVIDIA (l’AD102 de la RTX 4090) intègre 76,3 milliards de transistors sur une surface de 608,5 mm².

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel

XVE et XMX sont les deux principales unités fonctionnelles d'un cœur Xe © Intel

Pas question d’entrer dans des détails trop techniques, mais sachez que l’ensemble de la gamme ARC Alchemist repose sur l’architecture Xe-HPG laquelle n’est, c’est logique, pas si éloignée des principales concurrentes. Intel évoque une organisation en render slices – 8 dans le cas de notre ACM-G10 – avec, pour chacune d’elles, de multiples unités chargées de la géométrie, de la rastérisation ou du texturing. À côté de cela, on retrouve les ROP, les unités de ray tracing et les Xe-cores.

Schéma général du GPU des ARC A750 et A770 © Intel
Schéma général du GPU des ARC A750 et A770 © Intel

Sans mauvais jeu de mots, les Xe-cores constituent le cœur du GPU Intel. Au nombre de 4 par slice, ils sont conçus autour de 16 unités vectorielles (XVE) et 16 unités matricielles (XMX). Les XVE réalisent 16 opérations FP32 par cycle d’horloge et Intel met en avant l’efficacité de sa gestion de multiples threads. Pour les XMX, Intel évoque principalement des capacités de calcul jusqu’à 16 x supérieures à celles d’unités classiques, là encore, pour une efficacité augmentée.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel

Media Engine et Display Engine sont deux fonctionnalités que nous n'abordons pas : elles ne se distinguent guère de la concurrence © Intel

De la gestion du ray tracing

Il y a cinq ou six ans, nous n’aurions jamais évoqué à ce point le ray tracing, mais sous l’impulsion de NVIDIA, une large part de l’industrie graphique s’est penchée sur cette technique. Malgré la relative modestie de ses GPU ARC Alchemist, Intel ne fait pas l’impasse. Nous l’avons d’ailleurs dit, au sein d’un unique render slice, Intel a disposé des unités ray tracing. Celles-ci sont au nombre de 4 par render slice, soit un total de 32 – comme le nombre de Xe-core – pour l’ACM-G10.

Schéma du principe des rastérisation, projection de rayons et rendu hybride © Intel
Schéma du principe des rastérisation, projection de rayons et rendu hybride © Intel

Là encore, nous n’avons pas la prétention d’entrer dans d’infinis détails techniques. Il est toutefois intéressant de se pencher sur certaines des fonctionnalités imaginées par Intel, par exemple, la mise en place d’unités d’organisation des tâches – thread sorting unit – dont le but est de répondre à un des défis du ray tracing : l’absence d’homogénéité de la charge. Afin que le GPU n'attende pas le calcul des rayons dans l’ordre, la thread sorting unit arrange les choses au mieux.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel

Le pipeline d'accélération et l'unité d'ordonnancement sont au cœur du rendu ray tracing sur l'architecture Xe-HPG © Intel

De manière plus générale, c’est un des traits principaux de l’architecture ray tracing mise en place par Intel, la société américaine insistant largement sur la nécessité d’opérer un travail asynchrone pour répondre à l’absence d’homogénéité évoquée précédemment. De fait, malgré la jeunesse de l’architecture Intel et son manque d’expérience en la matière, la compagnie estime être en mesure de concurrencer les poids lourds du secteur. Nous verrons cela bien sûr.

Une bonne façon d'illustrer le besoin d'ordonner le résultat du rendu ray tracing © Intel
Une bonne façon d'illustrer le besoin d'ordonner le résultat du rendu ray tracing © Intel

Super-échantillonnage et synchronisation

Des innombrables présentations et autres documents préparés par Intel, nous retiendrons encore deux points avant de passer à la revue de détail des deux cartes. En effet, Intel a grandement insisté – et il n’est pas le seul – sur la nécessité de synchroniser les différentes tâches pour une image aussi parfaite que possible. L’adaptive sync (synchronisation entre carte graphique et moniteur) est donc logiquement de la partie, même si Intel préfère insister sur le smooth sync.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel

Adaptive sync et smooth sync assurent la synchronisation de la chaîne graphique © Intel

L’idée est ici de réduire la perception de déchirement (tearing) de l’image lorsque la synchronisation verticale est désactivée. Il n’est pas question de magie et Intel n’évoque qu’une atténuation de cette tendance à casser l’image. Pour ce faire, un filtre dithering est appliqué : il vient en partie floutter la zone incriminée. Reste qu’au-delà de ces questions de synchronisation, nous attendions surtout Intel du côté du super-échantillonnage, elle répond présente avec l’XeSS.

Les différents modes de XeSS via l'exemple de Shadow of the Tomb Raider © Intel
Les différents modes de XeSS via l'exemple de Shadow of the Tomb Raider © Intel

Alors qu’AMD vient taquiner le maître NVIDIA, Intel se mêle à la lutte avec une technologie open-source. L’XeSS fonctionne sur ses GPU comme sur ceux des concurrents. Le principe reste le même avec le rendu d’une image dans une définition limitée pour ne pas surcharger le GPU et l’implication d’algorithmes pour la calculer dans une définition plus importante de sorte que l’utilisateur ait, par exemple, l’impression de jouer en 4K quand son GPU s’est contenté de rendre du 1 440p.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Intel

Schéma de fonctionnement de XeSS avec interconnexion entre la frame rendue et l'historique des frames © Intel

Pour son XeSS, Intel se rapproche de la solution de NVIDIA en combinant données spatiales (les pixels avoisinants) et données temporelles (les vecteurs de mouvement depuis la frame précédente). Hélas, comme ses concurrentes, la société américaine garde le fonctionnement exact de sa technologie secret et insiste simplement sur l’utilisation des unités XVE et XMX afin d’accélérer le traitement des données et réduire les effets de flou et de ghosting liés au super-échantillonnage.

Deux cartes « LE » sont lancées par Intel, mais l'A750 est la plus disponible © Intel
Deux cartes « LE » sont lancées par Intel, mais l'A750 est la plus disponible © Intel

L’Intel ARC A750 Limited Edition dans le détail

Pour ce dossier, Intel nous a fait parvenir son propre modèle d’A750. Une carte pour laquelle on sent une inspiration certaine des Founders Edition de NVIDIA, les ingénieurs d’Intel étant même allés encore un peu plus loin côté sobriété. La carte est uniformément noire, sans excroissance, sans effet particulier et si elle ressemble comme deux gouttes d’eau à l’A770 LE, Intel a décidé de faire plus sobre en retirant les liserés de LED RVB présents autour des ventilateurs de cette dernière.

Intel ARC A750 LE © Nerces
Intel ARC A750 LE © Nerces

Un design d'une remarquable sobriété : Intel a souhaité la jouer « pro » © Nerces

Pour le coup, l’ARC A750 LE est toute simple et la seule illumination est celle du logo Intel ARC sur le dessus de la bête. La sobriété se confirme avec un carénage qui ne laisse apparaître aucune vis et qui, malgré l’utilisation de plastique, démontre un travail soigné. Les deux ventilateurs de 85 millimètres trônent sur la face avant des deux cartes Intel. Ils disposent chacun de 15 pales alors que leur taille réduite permet à Intel de limiter la longueur des cartes à 26,7 centimètres.

Vue « éclatée » d'une carte LE avec, à gauche, la chambre à vapeur © Intel
Vue « éclatée » d'une carte LE avec, à gauche, la chambre à vapeur © Intel

Pour rafraîchir ses GPU, Intel associe à ces ventilateurs une chambre à vapeur qui évacue la chaleur, laquelle est conduite au moyen de quatre caloducs plats vers l’extrémité de la carte. La chambre à vapeur se montre particulièrement efficace et englobe aussi bien le GPU que les puces de mémoire vive. Des puces qui, selon le cas, sont de 1 Go (A750/A770) ou 2 Go (A770) sachant qu’il est toujours question de huit composants de GDDR6.

Intel ARC A750 LE © Nerces
Intel ARC A750 LE © Nerces

L'alimentation est assurée par un duo de connecteurs 8 + 6 broches © Nerces

Notons que notre carte de test se contente d’un duo de prise d’alimentation 8 + 6 broches quand la version A770 emploie deux prises 8 broches. Il s’agit d’ailleurs de la principale différence entre les deux cartes conçues par Intel. En effet, sur la tranche, on trouve les indispensables connecteurs d’affichage : 3 DisplayPort 2.0 et 1 HDMI 2.1. Rien que de très classique.

Seule petite touche de fantaisie, le logo intel ARC s'illumine © Nerces
Seule petite touche de fantaisie, le logo intel ARC s'illumine © Nerces

Zoom sur l’Acer Predator BiFrost ARC A770 OC

Unique partenaire d’Intel clairement identifié, Acer est aussi un nouveau venu dans le monde de la carte graphique. Plus habituée à concevoir ses propres PC, la marque a décidé de s’éloigner du design de référence d’Intel pour un produit qui respire le travail de qualité. Les caractéristiques de la Predator BiFrost ARC A770 OC sont très proches de l’A770 LE d’Intel. Le GPU est bien sûr identique, la mémoire embarquée également, mais Acer a accéléré un peu le GPU (+100 MHz à 2,2 GHz).

Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces

Une carte au dessin bien différent du modèle de référence © Nerces

Reposant sur un PCB identique à celui d’Intel, la solution de refroidissement d’Acer est le principal élément de différenciation. Acer adopte une chambre à vapeur directement en contact avec le GPU et les puces mémoire et quatre caloducs sont aussi de mise pour évacuer la chaleur vers l’extrémité de la carte. En revanche, les ventilateurs Intel de 85 mm sont remplacés par un Aeroblade 3D de 5ᵉ génération au centre et un Predator 3D de 2ᵉ génération sur le côté.

Contrairement l'Intel A750, le logo n'est pas lumineux sur l'Acer A770 © Nerces
Contrairement l'Intel A750, le logo n'est pas lumineux sur l'Acer A770 © Nerces

En métal, l’Aeroblade 3D dispose de 89 pales qu’Acer définit comme « les pales métalliques les plus fines au monde ». D’une épaisseur de 0,08 mm, elles autorisent un large flux d’air et leur efficacité est renforcée par une ailette axiale incurvée proche du moyeu. Le Predator 3D paraît plus classique, mais ce ventilateur de 92 mm a des atouts certains comme sa conception en fibre de verre pour limiter les vibrations et la courbure de ses pales pour accentuer la pression statique.

Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces

Comme Intel, Acer s'est contenté de connecteurs d'alimentation classiques © Nerces

Notons que le carénage d’Acer est plus léger que celui d’Intel : on aboutit à une carte d’à peine plus de 800 g quand l’Intel ARC A750 LE est à 1 070 g. Acer est aussi plus « festif » avec davantage de LED RVB : tout semble partir du Predator 3D et la lumière est diffusée au reste de la carte. Enfin, rien de que de très classique côté connectique avec les 2 prises d’alimentations 8 broches à l’intérieur et les 3x DisplayPort 2.0 / 1x HDMI 2.1 à l’extérieur.

Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces

Les différents onglets de gestion du Predator BiFrost avec, au centre, les trois niveaux prédéfinis de puissance GPU/rotation des ventilateurs © Nerces

Terminons par un commentaire sur l'accompagnement logiciel de la carte d'Acer. En plus de l'Intel ARC Control sur lequel nous reviendrons, le fabricant livre son Predator BiFrost, un soft pour gérer la carte, définir la puissance délivrée au GPU, ajuster la vitesse des ventilateurs. Il est possible de jouer sur l'éclairage des LED – voire de les couper – et de surveiller en temps réel les principales données. Du classique, mais c'est complet et bien présenté.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces

Nos deux cartes d'abord passées au crible par HWInfo © Nerces

Protocole de test

En toute logique, pour évaluer nos deux modèles d’Intel ARC, nous avons gardé la configuration déjà utilisée sur tous les derniers tests de cartes graphiques. Celle-ci met donc à contribution de la DDR5, mais reste sur la 12ᵉ génération de processeur Intel. Le Resizable BAR est activé dans le BIOS.

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces

Nous enchaînons ensuite avec les multiples onglets de CPU-Z © Nerces

Configuration de test

  • Carte mère : ASUS ROG Maximus Z690 Hero
  • Processeur : Intel Core i9-12900K
  • Mémoire : Kingston Fury DDR5-4800 CL38 (2x 16 Go)
  • SSD « système » : Kingston KC3000 2 To
  • Refroidissement : ASUS ROG Ryujin II 360
  • Alimentation : be quiet! Straight Power 11
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces
Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces

Avant de conclure cet état des lieux avec GPU-Z © Nerces

Notre plateforme tourne sur Windows 11 Professionnel 64-bit en 22H2 22621.1265. Intel nous a fait parvenir ses derniers pilotes, mais nous n’avons pas eu le temps de basculer sur les 31.0.101.4125. Cela dit, les améliorations semblent faibles par rapport à nos 31.0.101.4123. Le chipset Z690 tournait sur les Intel 10.1.18838.8284, les GeForce sur les pilotes NVIDIA 528.49 tandis que les Radeon étaient sur les AMD 22.11.2, les 23.2.1 étant instables.

Remarque : Il est important de préciser que pour atteindre leur niveau de performances le plus élevé, les cartes ARC A750 et A770 ont besoin que le Resizable BAR soit activé dans le BIOS comme nous avons indiqué l'avoir fait sur notre configuration de test.

© Intel
© Intel

La chose n'a l'air de rien, mais elle implique de disposer d'une carte mère et d'un processeur récents comme l'indique Intel dans le document ci-dessus. Une limitation qui contraint nettement l'utilisation d'un A750 ou A770 comme solution de mise à jour d'un PC un peu ancien.

Sans le resizable BAR, les cartes ARC A750 et A770 fonctionneront, mais avec une baisse des performances comprises entre 25 et 30 %.

Intel ARC A750 LE © Nerces
Acer ARC A770 OC © Nerces

Sans LED, c'est l'Intel ARC A750 et, toute de RVB vêtue, c'est l'Acer ARC A770 © Nerces

De la mise à jour des pilotes

Pendant des années, Intel a été critiqué pour le suivi discutable de ses pilotes graphiques. Gênant dans le cas d’iGPU, ce problème est catastrophique sur des cartes graphiques dédiées et nous sommes heureux de constater que de notables progrès ont été réalisés alors que les pilotes graphiques Intel sont maintenant unifiés GPU et iGPU.

Le rythme des mises à jour est bien plus soutenu qu'autrefois © Nerces
Le rythme des mises à jour est bien plus soutenu qu'autrefois © Nerces

En premier lieu, soulignons de nombreuses améliorations d’interface. Elle est plus moderne et plus pratique qu’autrefois. En l’espace de quelques versions, nous avons pu vérifier qu’Intel tient compte des remarques et que les mises à jour se succèdent à un rythme bien plus soutenu : la prise en charge des derniers jeux sortis n’en est que meilleure.

Intel ARC A750 LE © Nerces
Intel ARC A750 LE © Nerces

Une interface plus claire pour gérer jeux et surveillance matérielle © Nerces

De nombreux outils sont à présent disponibles pour surveiller le bon fonctionnement des cartes, mais aussi en ajuster les performances et se lancer dans un overclocking facilité par l’échauffement limité des GPU. Bien sûr, il conviendra de vérifier tout cela sur la durée, mais Intel semble ici sur la bonne voie.

Avec Studio, Intel tente de s'attirer les faveurs des streamers © Nerces
Avec Studio, Intel tente de s'attirer les faveurs des streamers © Nerces

Qu’en est-il des performances ?

Placées en concurrentes des RTX 3000/RX 6000, les ARC Alchemist semblent avoir une génération de retard sur les produits AMD/NVIDIA. Toutefois, compte tenu des tarifs actuels, ce n’est pas forcément un problème. Tout dépendra du rapport puissance/prix.

Nous avons comparé les ARC A750 et A770 à une GeForce RTX 3050, une Radeon RX 6600 et une GeForce RTX 3060 Ti. Hélas, nous n’avions plus de Radeon RX 6600 XT ou de GeForce RTX 3060 sous la main. Des GeForce RTX 3080/3080 Ti ont été ajoutées comme base de référence.

3DMark

Performances observées sur 3DMark © Nerces
Performances observées sur 3DMark © Nerces

Pour ne pas changer nos habitudes, nous débutons avec 3DMark et l’utilisation des scènes TimeSpy Extreme et Port Royal. Dans un cas comme dans l’autre, nos deux ARC sont diablement efficaces, la « petite » est au niveau de la RTX 3060 Ti quand la « grande » est même un peu au-dessus. Les RTX 3050 et RX 6600 sont largement distancées.

Blender Benchmark

Performances observées sur Blender Benchmark © Nerces
Performances observées sur Blender Benchmark © Nerces

Particulièrement favorable aux solutions NVIDIA, le test Blender vient remettre les pendules à l’heure et la RTX 3060 Ti est clairement au-dessus du lot. Preuve de l’efficacité NVIDIA sur ce logiciel, la RTX 3050 fait presque jeu égal avec les ARC alors que la RX 6600 est nettement détachée. Notons l’écart presque imperceptible entre l’A750 et l’A770 sur cet outil.

Cyberpunk 2077

Performances observées sur Cyberpunk 2077 © Nerces
Performances observées sur Cyberpunk 2077 © Nerces

Connu pour sa gourmandise, Cyberpunk 2077 ne fait pas de cadeau à nos prétendantes. Celles-ci ne déméritent cependant pas en venant parfaitement s’intercaler entre les RTX 3050 / RX 6600 d’un côté et la RTX 3060 Ti de l’autre. Le jeu de CD Projekt RED ne sera pas à son aise sur les modèles ARC, mais il reste jouable, à condition de ne pas dépasser le 1 080p. L’écart entre l’A750 et l’A770 reste faible.

Cyberpunk 2077 et le ray tracing

Performances observées sur Cyberpunk 2077 en mode ray tracing © Nerces
Performances observées sur Cyberpunk 2077 en mode ray tracing © Nerces

Technique de rendu poussée par NVIDIA, le ray tracing est plus à son aise avec les GeForce. Preuve en est, la RTX 3050 distance nettement la RX 6600 d’AMD. À ce petit jeu, la RTX 3060 Ti est intouchable, mais retenons le comportement très correct des solutions Intel/Acer. Elles sont rattrapées par la RTX 3050, mais creusent nettement l’écart avec la RX 6600. Reste qu’à 47 images par seconde de moyenne sur l’A770 en 1 080p, ce n’est pas jouable.

Far Cry 6

Performances observées sur Far Cry 6 © Nerces
Performances observées sur Far Cry 6 © Nerces

Sur le jeu d’Ubisoft Montréal, les ARC impressionnent encore un peu plus. Si Far Cry 6 est favorable aux cartes AMD par rapport aux NVIDIA, nous pouvons rajouter les ARC à cette liste : l’A770 vient talonner la RTX 3060 Ti tandis que l’A750 est largement devant les RTX 3050 et RX 6600.

Forza Horizon 5

Performances observées sur Forza Horizon 5 © Nerces
Performances observées sur Forza Horizon 5 © Nerces

Le jeu de Playground Games est moins à l’avantage des GPU Intel. L’A770 d’Acer s’impose comme une bonne solution de milieu de gamme, mais la RTX 3060 Ti est un net cran au-dessus. De plus, les RTX 3050 et RX 6600 ne déméritent pas : elles viennent encadrer une A750 un peu décevante. Notons que, pour la première fois, un jeu est vraiment agréable en 1 440p sur l’A770.

Marvel’s Guardians of the Galaxy

Performances observées sur Marvel's Guardians of the Galaxy © Nerces
Performances observées sur Marvel's Guardians of the Galaxy © Nerces

Problème technique sur l’A750 : malgré une mise à jour firmware et l’utilisation de plusieurs pilotes, les résultats sont alarmants en ray tracing. L’A770 s’en sort un peu mieux, mais est encore bien inférieure à la RX 6600 en 1 080p. Au lancement, le jeu nous dit que les pilotes sont « trop anciens » ?! Il ne reste plus qu'à attendre une mise à jour.

Red Dead Redemption 2

Performances observées sur Red Dead Redemption 2 © Nerces
Performances observées sur Red Dead Redemption 2 © Nerces

Changement de jeu et changement de bibliothèque pour un résultat assez stupéfiant sur le Vulkan de Red Dead Redemption 2. En effet, l’A750 fait jeu égal avec la RTX 3060 Ti et l’A770 la dépasse systématiquement, même en 4K, définition d’image évidemment injouable. Les « petites » cartes d’AMD et NVIDIA sont bien sûr nettement distancées. À 71 ips de moyenne en 1 440p sur l’A770 c’est, là encore, jouable au-delà du Full HD.

Total War Warhammer 3

Performances observées sur Total War Warhammer 3 © Nerces
Performances observées sur Total War Warhammer 3 © Nerces

Sans doute vexée par ses résultats lors du précédent test, la RTX 3060 Ti reprend un net avantage sur les ARC à la faveur du test Battlefield de Total War Warhammer 3. Nous retiendrons tout de même le bon comportement des solutions ARC qui devancent sans problème les RTX 3050 et RX 6600 avec des performances en 1 440p équivalentes à ce que proposent ces dernières… en 1 080p simplement.

Coup de projecteur sur le procédé XeSS

Loin de pouvoir se confronter à AMD ou NVIDIA sur tous les plans, Intel a toutefois le mérite de se focaliser sur des points bien précis. D’un côté, la mise au point de GPU au rapport qualité/prix intéressant, nous l’avons vu. De l’autre, se pencher sur la question logicielle.

Intel annonce régulièrement de nouvelles prises en charge de son XeSS © Intel

Alors que nous avons déjà parlé des pilotes graphiques unifiés et de l’aspect théorique du XeSS, il nous faut maintenant vérifier le gain de performances réalisé en activant la solution de super-échantillonnage d’Intel, concurrente des DLSS et FSR de NVIDIA/AMD.

Shadow of the Tomb Raider

Performances XeSS observées sur Shadow of the Tomb Raider © Nerces
Performances XeSS observées sur Shadow of the Tomb Raider © Nerces

Vous l’aurez sans doute déjà constaté de vous-mêmes, il est délicat de commenter l’amélioration visuelle des solutions de super-échantillonnage tant les choses sont subjectives. L’XeSS nous a semblé efficace dans sa gestion des effets d’escalier sur tout ce qui est cordage ou filin. En ultra-qualité, il nous paraît très difficile de faire la différence avec le rendu natif.

Performances XeSS observées sur Shadow of the Tomb Raider © Nerces
Performances XeSS observées sur Shadow of the Tomb Raider © Nerces

Comportement intéressant de l’XeSS qui vient fluidifier l'animation. Nous affichons deux séries de valeurs afin de permettre une comparaison entre l’A750 et l’A770 laquelle apparaît comme une évolution « proportionnelle » de la petite sœur. En revanche, si les trois autres modes apportent un petit quelque chose, l’ultra-qualité – moins fluide que le natif – est discutable.

Intel, arc-bouté sur la consommation ?

Malgré un processus de gravure (6 nm) en retard sur ses concurrentes directes, Intel insiste sur l’efficacité énergétique de ses puces. La société américaine ne cherche d’ailleurs pas à vendre de GPU avec un TDP supérieur à 250 watts. Qu’est-ce que ça donne sur cette première génération ?

Consommation électrique

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces

Prises de manière brute, les valeurs de consommation électrique des cartes ARC sont conformes à ce qu’a annoncé Intel en charge (autour de 200 – 230 W) et très décevantes au repos (36 – 38 W). Ce dernier point est d’autant plus gênant qu’il limite l’extinction des ventilateurs alors que les cartes sont pourtant bien des semi-passives.

Par rapport à la concurrence, Intel semble encore avoir des progrès à faire puisque la RX 6600 d’AMD se comporte bien mieux et que même la RTX 3060 Ti de NVIDIA reste sous l’A750. Bien sûr, ces valeurs de consommation ne prennent tout leur sens qu’une fois ramenées aux performances obtenues et au coût initial de la carte.

Efficacité et « rentabilité »

Intel ARC A750 LE et Acer ARC A770 OC © Nerces

De manière on ne peut plus logique, nous enchaînons sur deux indicateurs de l’efficacité des cartes ARC: les performances par Watt et les performances par Euro en prenant à chaque fois la mesure 3DMark TimeSpy Extreme que nous divisons d’abord par la consommation enregistrée et, ensuite, par le MSRP (prix public conseillé par le fabricant) au lancement de chaque carte concernée.

Si la consommation des cartes A750/A770 était pour le moins inquiétante, leur rapport performances par Watt n’est pas si éloigné de celui de la RTX 3060 Ti. Au passage, la RX 6600 prend un petit avantage et la RTX 3050 est nettement à la traîne. Plus important compte tenu du positionnement d’Intel, le rapport performances par euro est bel et bien en faveur de la carte A770 d’Acer et, plus encore, de l’A750 d’Intel qui est sans hésitation possible la mieux placée des cartes graphiques actuellement sur le marché.

Encore un petit effort côté pilotes et le « cadeau » ne sera vraiment pas mal © Intel
Encore un petit effort côté pilotes et le « cadeau » ne sera vraiment pas mal © Intel

Acer Predator BiFrost ARC A770 OC et Intel ARC A750 LE, l’avis de Clubic

8

Après un lancement plus difficile que prévu, les Intel ARC Alchemist sont en mesure de prendre leur envol. Il ne faut toutefois pas les surestimer et l’A750 est conçue pour jouer en 1 080p, sans forcément activer toutes les options graphiques. Déçus par la quasi-obligation d'activer le resizable BAR qui limite aux cartes mères récentes, nous avons été agréablement surpris par la prise en charge du ray tracing, mais cette option n'est pas viable pour autant.

En revanche, la mise sur le marché de l’A750 à 320 euros était déjà un signe fort alors que des cartes moins costaudes (RX 6600 / RTX 3050) sont sensiblement plus chères. Un signe fort qu’Intel a décidé d’accentuer avec une baisse à moins de 290 euros dont on devrait bientôt pouvoir profiter en France. Nous vous suggérons donc de patienter encore un peu ce qui, pour ne rien gâcher, laissera le temps à Intel de peaufiner encore ses pilotes.

Les plus

  • Design sobre et agréable
  • Compacité (relative) de la carte
  • Performances satisfaisantes
  • Ray tracing/XeSS prometteurs
  • Intel ARC Control agréable

Les moins

  • Pilotes encore imparfaits
  • Performances inégales
  • Resize-BAR très important
GrosBill 269,99€ Voir l'offre
Cybertek 269,99€ Voir l'offre
GrosBill 269,99€ Voir l'offre
Cybertek 269,99€ Voir l'offre
7

Attendue par certains joueurs comme le Messie, Intel risque d’en décevoir plus d’un de part son positionnement. Même sur notre A770 signée Acer, il n’est effectivement pas question de venir concurrencer des modèles comme les RTX 3070 / RX 6700XT. Les solutions ARC Alchemist doivent être vues comme de l’entrée de gamme « ++ » ou du milieu de gamme « light ». En ce sens, malgré la nécéssité d'activer le resizable BAR, l’A770 est un modèle qui tient la route. Elle est derrière la RTX 3060 Ti, mais sans être ridiculisée.

Nous regrettons tout de même que son positionnement tarifaire ne soit pas aussi agressif que celui de sa petite sœur. L’A770 peine à justifier leur écart de prix alors qu’elle ne permet généralement que d’ajouter une ou deux options graphiques tout en restant campé sur le 1 080p. À une cinquantaine d’euros de moins, elle aurait sans doute connu un destin bien différent et les bugs logiciels encore présents auraient été moins gênants.

Les plus

  • Performances satisfaisantes
  • Compacité (relative) de la carte
  • Ventilation efficace et discrète
  • Ray tracing/XeSS prometteurs
  • Logiciel Predator bien vu

Les moins

  • Pilotes encore imparfaits
  • Performances inégales
  • De faibles gains vs. l'A750
  • Resize-BAR très important
Amazon 374,98€ Voir l'offre
GrosBill 332,99€ Voir l'offre
Cybertek 332,99€ Voir l'offre
Acer 399,9€ Voir l'offre
Amazon 374,98€ Voir l'offre
GrosBill 332,99€ Voir l'offre
Cybertek 332,99€ Voir l'offre
Acer 399,9€ Voir l'offre

Nerces

Spécialiste Hardware et Gaming

Spécialiste Hardware et Gaming

Tombé dans le jeu vidéo à une époque où il fallait une belle imagination pour voir ici un match de foot, là un combat de tanks dans ces quelques barres représentées à l'écran, j'ai suivi toutes les év...

Lire d'autres articles

Tombé dans le jeu vidéo à une époque où il fallait une belle imagination pour voir ici un match de foot, là un combat de tanks dans ces quelques barres représentées à l'écran, j'ai suivi toutes les évolutions depuis quarante ans. Fidèle du PC, mais adepte de tous les genres, je n'ai du mal qu'avec les JRPG. Sinon, de la stratégie tour par tour la plus aride au FPS le plus spectaculaire en passant par les simulations sportives ou les jeux musicaux, je me fais à tout... avec une préférence pour la gestion et les jeux combinant plusieurs styles. Mon panthéon du jeu vidéo se composerait de trois séries : Elite, Civilization et Max Payne.

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés ainsi que les marchands mis en avant sont susceptibles d'évoluer afin de toujours vous proposer le meilleur prix sur le produit concerné. 
Lire la charte de confiance
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (19)

Wen84
Reste à voir si les ventes vont suivre.
dredd
Pour des cartes qui jouent dans la même league que les 3050/3060ti au max (en jeu), l’OBLIGATION d’avoir une compatibilité ReBAR sous peine d’avoir des cartes inexploitables (réellement), devrait faire l’objet d’un encart de mise en garde et être un point négatif parce que que ça emtêche tout upgrade d’une plateforme un peu ancienne mais dont le CPU tient encore la route, ce à quoi servent TRES souvent les cartes graphiques concurentes de cette gamme. Ca veut dire que pour les gens dont le budget est serré, pour pouvoir profiter de ces carte à prix serré ben il leur faudra…claquer du fric dans une nouvelle config entière. Ce qui n’a, vous en conviendrez, pas beaucoup de sens.<br /> Donc, intrinsèquement, oui, ce sont de bonnes cartes dans cette gamme de rapport puissance/prix. Mais une fois la donnée ReBAR en main, tout s’effondre pour une très grande partie du public visé par ce type de carte.<br /> Pour de l’OEM, c’est une bonne solution alternative, pour le retail, c’est franchement bancal. Mais ceci dit, j’espère que ça se vendra, qu’Intel va persister parce que malgré tout leur archi tient la route et qu’on aura enfin un troisième acteur solide sur le marché. Le problème du ReBAR se resoudra tout seul avec les années et l’obligation même pour les petites bourses de changer de plateforme, mais pour le moment c’est pas le cas (et je sais de quoi je parle vu mon vieu tromblon que j’ai fini par agrémenter d’une RTX2080 d’occasion récement pour recommencer à jouer en 1080p de façon conformtable avec un CPU de…2012 ! (i7 2600k).
Loposo
Oui moyen, nvidia en pro est toujours loin devant, et gaming garde toujours de l avance.<br /> Mais bon vu le prix des gpu depuis quelques années ça va finir en gforcenow
Nerces
Tout à fait, c’est un oubli. Je corrige de ce pas !
cpicchio
Finalement, on peut retenir que pour une première génération les cartes Intel ne sont pas si mal que ça pour un ‘PC gamer entry’ et bien positionnées au niveau tarifaires.<br /> Que l’on n’aime ou l’on n’aime pas Intel, de la concurrence sur les cartes graphiques ne fera pas de mal car aujourd’hui, le consommateur se fait quand même plumer…
Philoctete
Merci pour cet article complet et très instructif !
lynaz
Quid de la fiabilité : J’ai joué le jeu en prenant une A770 résultat 2 mois artefacts graphiques direction RMA
dredd
Bonne question. Il faudra consulter les chiffres dans quelques mois en espérant que ce sera pas impossible à trouver. Mais ça a son importance. On peut difficilement maintenir des coûts bas sans à un moment donné rogner sur des process de qualité ou des matériaux etc. Et si TSMC a accepté des prix de production très bas alors j’imagine que de leur côté, ils vont tout faire pour miimiser les coûts et les pertes en chip defect (quite à moins tester ?).
Laurent_Marandet
Si l on peut utiliser ces cartes sous xenserver et le fork xcp-ng pour du vGPU sans payer une license de fou comme chez Nvidia pour ses cartes pro, j en prendrais une caisse de 6 !
Zimt
Et dire qu’il y a 24 ans de cela, Intel avait mis une claque surprise à tout le monde avec son i740… je continue à croire en eux.
_Reg24
Pour une première génération de CG, ça reste correct.<br /> Mais pour concurrencer des monstres comme la 4080 / 4090, là il y aura du taf, après tout dépend de leur objectif, si c’est de fournir des CG d’entrée / milieu de gamme, ou viser du haut / très haut de gamme.<br /> Intel, c’est très gros, donc ils ont les moyens financier pour tenter de rattraper la concurrence, développer ces cartes leur ont déjà surement conté des millions, donc ils ne vont pas abandonner ça.
Zimt
Quelqu’un ici pour nous faire un retour de terrain de l’Intel Arc A750 ??<br /> J’ai l’impression que ça reste un bon achat mais Intel a tellement foiré sa partie communication, que de vraies démos et feedback sont très rares. Merci
ayaredone
Je leur souhaite du succès, ce sera bon pour les consommateurs.
MHC
La ARC 750, si son prix vient vraiment à descendre sous la barre des 250 euros en promotion peut vraiment devenir un best seller.<br /> Ce serait vraiment le retour d’un véritable milieu de gammes dans une gamme tarifaire raisonnable correspondant à ce que type de produit et à ce que beaucoup de gens sont prêts à investir dedans.
kiwi5
il leur a fallu juste 1/4 de siecle…<br /> je ne m’en rappelle pas, je crois qu’il y a 24 ans c’etait encore la matrox, la 3dfx ou les ati rage pro qui nous faisaient baver (quoique 98 j’etais peut etre pas tout le temps devant le pc ?? )<br /> la comm etant faite a la sortie, beaucoup s’arretent aux premiers avis et ne cherchent pas plus loin, il me semble que les avis et les drivers sont de plus en plus positifs
zomurn
J’ai 3 ecrans…quid de l’eyefinity ou nvidia surround chez intel ? C’est possible ?
MattS32
kiwi5:<br /> il leur a fallu juste 1/4 de siecle…<br /> Non, Intel n’a pas travaillé tout ce temps à essayer de faire un GPU performant…
kiwi5
oui oui c’etait juste pour l’idee que cela parait comme hier 1998 alors que non <br /> (a l’epoque on savait ne pas tout prendre au pied de la lettre sur les forums :o )
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Les derniers tests

Carte graphique : tous les derniers tests