Le créateur du Bitcoin a-t-il été découvert ?

07 mars 2014 à 11h35
0
Traqué par la presse après des révélations publiées jeudi par le magazine Newsweek, un Japonais résidant aux Etats-Unis nommé Dorian Satoshi Nakamoto dément être le créateur de la crypto-monnaie la plus célèbre au monde, le Bitcoin.

00FA000007216528-photo-newsweek-bitcoin.jpg
C'est un nouveau rebondissement dans l'histoire du Bitcoin, qui ne concerne pas, cette fois-ci, de vol d'argent mais l'identité présumée du créateur de la monnaie virtuelle. Ce dernier, connu sous le nom de Satoshi Nakamoto, n'avait jamais été identifié et bon nombre d'internautes estimaient d'ailleurs qu'il s'agissait d'un pseudonyme derrière lequel se cachait une personne ou même un groupe de personnes.

Mais selon Newsweek, il n'en serait rien et Satoshi Nakamoto existerait bel et bien : il s'agirait en réalité de Dorian Satoshi Nakamoto, un Japonais de 64 ans naturalisé Américain, et résidant en Californie.

« Je ne peux pas en parler »

Leah McGrath Goodman, la journaliste de Newsweek qui a retrouvé la trace de cet homme, explique avoir épluché les archives nationales américaines en espérant dénicher des pistes dans les enregistrements de citoyens américains naturalisées. Elle est partie du postulat que Satoshi Nakamoto n'était pas un pseudonyme, mais une vraie personne.

Après avoir trouvé des données concordantes concernant Dorian Satoshi Nakamoto, elle a tout d'abord pris contact avec lui par email, pour discuter de sa passion, à savoir les trains miniatures qu'il fabrique lui-même. De fil en aiguille, elle a tenté d'aborder le sujet du Bitcoin, sans succès : « Je ne suis plus impliqué là-dedans, je ne peux pas en parler. D'autres personnes s'en occupent désormais. Je n'ai plus de lien avec ça. » Insistante, la journaliste a ensuite tenté de prendre contact avec des membres de la famille de Dorian Satoshi Nakamoto.

« Mon frère est un abruti »

Seul Arthur Nakamoto, le frère de Satoshi, a accepté de parler à la journaliste. Il a en premier lieu décrit son frère comme un « homme brillant, très concentré et éclectique dans sa manière de penser. Intelligent, doué en mathématique, ingénierie, informatique. Ce que vous voulez qu'il fasse, il peut le faire. »

Mais il a également fait un constat un peu plus étonnant : « Mon frère est un abruti. Ce que vous ne savez pas à son sujet, c'est qu'il a travaillé sur des dossiers classés. Sa vie a été un vide total durant un moment. Vous n'obtiendrez rien de lui, il niera tout. Il n'admettra jamais être à l'origine du Bitcoin. »

Des confirmations indirectes

Si Dorian Satoshi Nakamoto a tout de même laissé entendre à mots couverts qu'il était bien impliqué dans la création du Bitcoin, Gavin Andresen, le responsable technique de la Bitcoin Foundation, tend également à le confirmer. Il explique avoir été en contact par email avec Nakamoto dans l'optique d'améliorer le code du Bitcoin. « Travailler sur le code de base du Bitcoin est effrayant, car si vous cassez quelque chose, vous pouvez détruire ce projet de 8 milliards de dollars. C'est ce que nous avons fait par le passé » commente-t-il.

Même par email, communiquer avec Nakamoto n'est pas présenté comme une chose aisée. « C'était le genre de personne qui, pour la moindre petite erreur, pouvait vous traiter d'idiot et ne jamais plus vous reparler » explique Andresen. « A l'époque, il n'était pas certain que créer le Bitcoin était légal. Il est allé très loin pour protéger son anonymat. » Sakamoto s'est contenté de parler de code avec son interlocuteur, éludant toute question personnelle. « Ça n'était pas un grand bavard. »

Néanmoins, la Bitcoin Foundation a officiellement déclaré n'avoir « aucune preuve concluante que la personne identifiée est le concepteur du Bitcoin. »

Une chasse à l'homme discutable

Selon Newsweek, Sakamoto, qui vit dans une maison modeste de Temple City, disposerait d'une fortune estimée à 400 millions de dollars en bitcoins. Mais l'homme n'y a vraisemblablement jamais touché, pour des raisons inconnues.

Désormais, Dorian Satoshi Sakamoto est traqué par la presse, qui cherche à en savoir plus sur son implication dans la création du Bitcoin. Il a rapidement démenti être à l'origine de la monnaie virtuelle, expliquant avoir mal compris la question de la journaliste de Newsweek : « Lorsque j'ai dit que je n'étais plus impliqué et que je ne voulais plus en parler, je voulais dire que je ne travaillais plus dans l'ingénierie » a-t-il expliqué à un journaliste de l'AP. « Je ne travaille pas sur le Bitcoin, je ne sais rien à ce sujet. »

Les internautes, eux, réagissent souvent négativement aux révélations de Newsweek. Dans les commentaires de l'article publié jeudi, beaucoup estiment que l'enquête du magazine tient plus de la traque qu'autre chose. « C'est un article honteux qui expose cet homme et la vie de toute sa famille » peut-on y lire. « Publier son vrai nom, sa photo et l'endroit où il vit ? Pourquoi Newsweek n'embauche pas un tueur à gages, tant qu'on y est ? » écrit un autre lecteur, tandis qu'un internaute accuse la journaliste de « sacrifier la vie d'un homme pour faire avancer sa carrière. »

Il est vrai que l'exposition médiatique d'un homme qui pourrait être le créateur du Bitcoin peut s'avérer dangereuse, d'autant plus que la monnaie virtuelle est actuellement la cible d'attaque et de dénigrement de la part d'une partie des internautes. D'un côté, il y a les opposants aux crypto-monnaies, considérées comme instables et sources de pertes financières, et les spéculateurs et mineurs qui ont potentiellement perdus gros dans la faillite de Mt. Gox ou les piratages de porte-monnaie virtuels. De l'autre, les défenseurs de ces monnaies virtuelles, et ceux qui estiment qu'un choix d'anonymat doit, tout simplement, être respecté.

Le mystère autour de la création du Bitcoin et de Dorian Satoshi Sakamoto risque, désormais, de ne pas se lever davantage. Traqué, Sakamoto s'est rétracté et reste chez lui. Il y a des légendes d'Internet qu'il ne faudrait jamais chercher à vérifier, et celle du Bitcoin pourrait bien en faire partie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Un démantèlement des GAFA ?
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
La Renault ZOE 2 se lance (enfin !) officiellement

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top