Intel Core i5 750, Core i7 860/870 (Lynnfield) et P55

le 08 septembre 2009 à 06:00
 0

Asus Maximus Formula III - Republic of gamers



0000004600054969-photo-logo-asus.jpg
Clairement orientée haut de gamme, la Maximus Formula III d'Asus appartient à la fameuse série « Republic of gamers » du fabricant. Elle se destine donc avant tout aux joueurs, avec divers ornements spécialement pensés pour eux. Au format ATX, avec un PCB noir aux embouts arrondis, la carte adopte logiquement le nouveau socket LGA1156, le chipset Intel P55 et propose quatre emplacements mémoire DDR3. Ces derniers sont dotés, sur une seule de leur extrémité de clips automatique : il n'est donc plus nécessaire d'abaisser ou de relever les ergots de rétention pour la bonne mise en place des barrettes. C'est pratique d'autant que cela évite de venir percuter la carte graphique lors des opérations d'installation de mémoire.

Avec un étage d'alimentation à 16 phases, la Maximus Fomula III propose les traditionnels connecteurs ATX 24 broches et ATX 12 volts. Le chipset Intel P55, et ce n'est pas une surprise, prend ici place à l'emplacement habituellement réservé au southbridge alors que la carte mère adopte un refroidissement passif. Un simple radiateur recouvre le P55, alors que deux radiateurs reliés par un caloduc surmontent les composants de l'alimentation. En guise de décoration, un troisième radiateur, fixé à l'extrémité du caloduc, se situe juste au dessus du premier slot PCI-Express 16x et voit son logo « Republic of gamers » s'illuminer de rouge à la mise sous tension du système.

000000C302394320-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-1.jpg
000000C302394322-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-2.jpg

Carte mère Asus Maximus Formula III

Dotée de trois connecteurs PCI-Express 16x de seconde génération, la carte offre deux ports PCI et deux ports PCI-Express 1x. Il est à noter que les trois PCI-Express 16x ne sont pas câblés sur... 16x. Avec une carte graphique, le premier slot opère en 16x, avec deux cartes graphiques, la configuration retombe à des deux connecteurs PCI-Express rouge retombent à 8x alors que le troisième slot est câblé sur 4x.

En terme de composants additionnels, la carte se distingue à plusieurs niveaux : le contrôleur réseau Gigabit est une puce Realtek, un RTL8110SC interfacé... en PCI ! La gestion du firewire revient à une puce VIA VT6308P. Quant à la partie stockage, aux six ports Serial-ATA 3 Gb/s pris en charge par le P55, Asus ajoute deux contrôleurs JMicron. Le premier gère en direct deux lecteurs optiques : ce sont les connecteurs blancs sur la carte mère, le second gère deux disques durs additionnels : les ports rouge en bas de la carte mère qui profitent du RAID. Enfin, il existe un connecteur eSATA géré par un troisième contrôleur. La partie audio est confiée à une carte fille, que l'on installera sur le premier connecteur PCI-Express 1x. Baptisée SupremeFX X-Fi, cette carte son dissimule un composant HD Audio signé VIA, référence VT2020. C'est la couche logicielle fournie par Asus qui apporte en effet les fonctionnalités propres aux Sound Blaster X-Fi de Creative Labs.

000000D202394334-photo-asus-maximus-formula-iii-supremefx.jpg

Carte son SupremeFX III

Au niveau des fonctionnalités annexes, Asus propose diverses petites choses comme un bouton de mise en marche directement sur la carte mère, un bouton de reset à proximité ou encore un système de diagnostic à base de diodes. On retrouve une fonction d'overclocking simple qui consiste à simplement sélectionner le processeur duquel on souhaite se rapprocher, un logiciel à installer sous Windows pour améliorer le temps de latence de sa connexion réseau pour un meilleur ping lors des parties en ligne ou encore la fonction ROG Connect. Il s'agit ici de relier, via un câble USB fourni, sa machine à un ordinateur portable. Sur ce dernier, via l'installation du logiciel adéquat, on peut consulter et modifier l'ensemble des paramètres de sa carte mère. C'est pratique, mais pas forcément ultime : monopoliser un port et un câble USB semble une aberration quand tout aurait pu transiter par la connexion réseau par exemple... et bien sûr les logiciels ROG Connect ne fonctionnent que sous Windows.

000000DC02391716-photo-asus-rog-connect-1-maximus-formula-iii.jpg
000000DC02391718-photo-asus-rog-connect-2-maximus-formula-iii.jpg

Logiciel Asus ROG Connect

Et Asus de proposer un bouton sur la carte mère baptisé « Go Button » : celui-ci permet de démarrer la carte en mode de secours afin d'éviter les problèmes de configuration mémoire. Si jamais le système ne démarre pas une pression sur ce contacteur configure la mémoire de façon à éviter tout plantage pour pouvoir démarrer le système.

000000C802394324-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-3.jpg
000000C802394326-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-4.jpg
000000C802394332-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-7.jpg

Détails de l'Asus Maximus Formula III

Terminons avec quelques mots sur la connectique de la carte. En externe on retrouve 9 ports USB 2.0, un connecteur Firewire, un connecteur RJ45, un port PS/2, une prise eSATA, un bouton Clear CMOS et un bouton ROG Connect. Avec trois connecteurs pour des sondes thermiques, la Maximus Formula III comporte sept prises pour contrôleur des ventilateurs boîtier ou celui du processeur.

000000F002394380-photo-asus-maximus-formula-iii-rog-8.jpg

Connectique extérieure de la Maximus Formula III
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Processeurs Intel

Intel revoit le design du panneau de contrôle de ses iGPU. L’idée est de lui permettre d’adopter une apparence plus attrayante… et surtout un peu plus « gamer friendly ».
L’approvisionnement - déjà limité - en processeurs Intel abordables devrait empirer au cours du second trimestre 2019, avance le quotidien financier DigiTimes. Parmi les lignées de processeurs qui pourraient être les plus impactées : les puces entrée de gamme, essentiellement destinées aux Chromebooks, et les Core i3, relaie le site spécialisé TechPowerUp.
Le constructeur d’ordinateurs portables Fujitsu a laissé s’échapper ce qui ressemble à l’intégralité des nouveaux processeurs Coffee Lake Refresh de chez Intel.
Spoiler : ça craint. Quelques mois après avoir été abondamment secoué par les failles Meltdown et Spectre qui touchent ses processeurs, Intel se retrouve de nouveau dans la tourmente après la découverte d’une nouvelle faille touchant toutes les générations de puces Intel Core.
Intel présente en vidéo Lakefield, une nouvelle famille de SoC gravés en 10 nm. Sa particularité ? Elle repose notamment sur le design Foveros, présenté par Intel en décembre, qui permet littéralement d’empiler des composants les uns sur les autres pour créer une puce SoC plus compacte, sans pour autant sacrifier les performances ou l’efficacité énergétique de l’ensemble.
En décembre dernier, Intel profitait de son événement Architecture Day pour présenter les grandes lignes de sa Gen11, sa nouvelle architecture pour solutions iGPU. On apprend aujourd’hui qu’un benchmark de cette dernière a fuité durant le weekend, il préfigure de performances potentiellement substantielles pour les futurs GPU intégrés d’Intel… AMD et ses solutions Vega 10 n’auraient qu’à bien se tenir.
Pour commencer l’année sur de bonnes bases, Intel lance un nouveau processeur Pentium Gold nommé G5620. Sa particularité : il est cadencé à 4 GHz.
Si Intel n'est pas encore prêt à lever le voile officiellement sur les variantes laptops de ses processeurs de neuvième génération, la firme doit néanmoins s'atteler au travail de paperasse précédant chaque lancement international de nouvelles puces. Un moyen comme un autre de découvrir le futur lineup Notebook des bleus... avec un peu d'avance.
Il est des choses étranges en ce bas monde et le Core i9-9900KFC, nouvelle créature d'Intel, en fait indéniablement partie. Listée par le logiciel AIDA 64, cette puce au nom cocasse n'est pas sans évoquer la célèbre chaîne de restaurants spécialisée dans le poulet frit. Mais bigre, que peut bien vouloir désigner cette surprenante dénomination "KFC" ?
Les soucis d'AMD il y a quelques années semblent désormais être ceux d'Intel (du moins en partie). Le fondeur de Santa Clara se trouve dans l'inconfortable position de devoir faire un choix entre un nombre important de cœurs et des fréquences élevées sur ses derniers processeurs hautes performances.
Inutile de préciser qu’Intel s’adresse ici à un marché de niche ? Avec son monstrueux processeur embarquant 28 coeurs pour 56 threads, le fondeur vise avant tout les professionnels.
Intel souhaite visiblement nous proposer sous peu une mouture basse consommation de son Core i9-9900K. Repéré sur Yahoo Auctions par Tom's Hardware US, un échantillon technique mis aux enchères est présenté par son propriétaire comme un Intel Core i9-9900T. La puce profiterait notamment d'un TDP calé à seulement 35 Watts. Ses performances, elles, resteraient notables en dépit de fréquences largement abaissées par rapport au modèle original.
Intel s'apprête à lancer un NUC équipé d'un Core i3-8121U de génération Crimson Canyon. Premier Intel Core gravé en 10 nm, note TechPowerUp, il sera couplé à 8 Go de RAM ainsi qu'à une puce vidéo Radeon RX 540 "Polaris" pour donner vie à un PC ultra compact pensé avant tout pour une utilisation bureautique/multimédia et du gaming occasionnel. L'appareil devrait compter parmi les premiers à profiter d'une puce gravée selon le nouveau protocole d'Intel, dévoilé il y a quelques semaines.
21/01 | Mini-PC
Aux côtés de l'Intel Core i9-9980XE, vendu à 1979 dollars, s'établira prochainement l'i9-9990XE à un tarif précis que l'on n'aura probablement jamais la chance de connaître. Plus puissant, on apprend en effet d'AnandTech qu'il ne sera pas proposé à la vente grand public, Intel préférant destiner son énorme processeur aux assembleurs... et ce uniquement au travers de ventes aux enchères.
15/01 | 5G
Fort du rachat de Nervana l’an dernier, Intel profite de l’expertise de ce fondeur spécialisé dans la conception de processeurs spécialisés dans l’intelligence artificielle pour mettre le pied à l’étrier.
08/01 | CES 2019
scroll top