Spypen Memo

22 octobre 2001 à 13h43
0
0096000000050691-photo-spypen-memo.jpg
Plawa, une société allemande inconnue en France, fait importer depuis peu sa gamme d'appareils photos numériques d'entrée de gamme dans l'hexagone par Comtrade, à qui l'on doit l'importation des produits Altec Lansing et Terratec (entre autres). Le Spypen Memo qui se présente comme un "appareil photo pour les espions" peut séduire, nous allons voir ce que vaut vraiment un tel produit.

Caractéristiques

S'il fallait classer le Spypen Memo, cela serait plutôt dans la catégorie des Webcams portables (voir notre comparatif) que dans celui des appareils photos numériques, ses caractéristiques sont là pour en témoigner:

Le Spypen Memo fonctionne soit en mode autonome grâce à des piles AAA(LR03), soit connecté au PC par le biais du port USB. En mode autonome, il dispose de deux résolutions 640 x 480 (VGA) et 320 x 240 (CIF).
Les 8Mo de mémoire RAM embarqués permettent de stocker en fonction de la résoluton choisie, respectivement 28 et 107 photos. La mémoire n'est pas de type "flash" ce qui signifie que si on enlève les piles, ou si celles-ci sont épuisées, les photos seront perdues.

En mode autonome, il est aussi possible d'utiliser le Spypen Memo comme un dictaphone, on peut alors y stocker un maximum de 13 minutes d'enregistrement.

Point positif pour un produit de ce type : la présence d'un flash amovible (voir photo). Rares sont en effet les appareils photos d'entrée de gamme possédant un flash.

Lorsqu'il est connecté au PC, le Spypen Memo est capable d'une plus grande variété de résolutions mais toujours dans la même plage : 640 x 480, 352 x 288, 320 x 240, 176 x 144, 160 x 120. Il peut dans ce mode fonctionner en tant qu'appareil photo à mobilité très réduite du fait du câble USB ou bien en mode "webcam" grâce à un support que l'on assemble un peu comme un lego. En mode Webcam, la fréquence d'acquisition varie de 9 à 30 images par seconde en fontion de la résolution choisie.
00C8000000050687-photo-spypen-capture-sans-clairage.jpg
00C8000000050688-photo-spypen-capture-avec-clairage.jpg

Deux captures : sans éclairage puissant et avec

L'interface utilisateur

012C000000050686-photo-spypen-interface-webcam.jpg
Disons le tout de suite, l'interface du logiciel qui permet la récupération des photos et la capture de vidéos est la moins bonne qu'il nous aie été donné de voir. Le graphisme des icônes est tellement obscur qu'il est nécessaire de placer le curseur au dessus pour avoir un descriptif de leur fonction.

Autre exemple : lorsqu'on déclenche le téléchargement des photos depuis l'appareil vers le disque dur, rien n'indique l'état d'avancement de l'opération et la première fois, on penserait presque à un plantage.

Il est possible de stocker les photos téléchargées dans des albums mais je n'ai pas encore trouvé comment transférer une image de l'appareil dans un album sans passer par le répertoire de stockage temporaire du logiciel. Bref, on se demande pourquoi les développeurs n'ont pas fait un meilleur travail sur ce qui est tout de même un des éléments principaux après le matériel dans le succès d'un produit.

L'offre logicielle

Quatre logiciels du catalogue de l'éditeur ArcSoft sont fournis avec le Spypen:

012C000000050690-photo-spypen-photo-fantasy.jpg
- Photo fantasy qui permet de plaquer des photos de visages prises avec le Spypen sur des modèles qui représentent des hommes musclés, des femmes sensuelles, des sportifs ou des personnages célèbres. Le logiciel est simple à utiliser mais la durée de vie n'excède pas quelques utilisations (quand on s'est vu une fois en "Rambo", on se dit qu'on est mieux au naturel ;-)

- Photo Printer est un assistant pour l'impression de photos. Très simple à utiliser, il permet de régler le contraste ou la luminosité, d'effectuer des recadrages, d'imprimer plusieurs photos sur une même page ou encore d'entourer une photo d'un cadre.

- Photo Studio 2000 est un concurrent direct de PaintShop Pro, encore une fois simple d'utilisation et possédant une interface ergonomique. Une bonne vingtaine de filtres d'effets sont possibles pour transformer une photo.

- Vidéo Impression est quant à lui un logiciel de montage vidéo dont les possibilités sont réduites aux fonctions basiques : édition des séquences, enchaînements et insertion de texte.

L'offre logicielle est globalement de bonne facture et se distingue par une prise en main rapide pour les débutants tout en ne sacrifiant pas trop aux fonctionnalités. Dommage qu'aucun logiciel de publication automatique sur le Web des images prises par la Webcam ne soit fourni.

Après l'effet de surprise...

012C000000050689-photo-spypen-photo-en-ext-rieur.jpg
..., après avoir été comme un gamin en déballant le Spypen Memo, en me remémorant l'époque ou je jouais encore à l'agent double, après les quelques minutes où l'on délire en s'imaginant dans la peau de 007, on se rend compte que cet appareil photo pour espion n'est pas grand chose d'autre qu'une webcam portable d'entrée de gamme et que son concurrent direct n'est autre que l'Aiptek Palm Cam tellement le principe de fonctionnement, la technologie employée et les fonctions proposées sont similaires.

Le Spypen Memo n'est pas plus facile à transporter ou à camoufler qu'une Aiptek Palm Cam. Il est même presque plus encombrant car alors que l'on pouvait ranger le modèle Aiptek dans la poche d'une chemise, le Spypen, lui, en dépasse largement.

Le Spypen Memo n'est pas non plus plus pratique à manipuler lors de la prise de vue. En effet, la tenue à pleine main n'est pas naturelle et on a un peu de mal à cadrer, sans compter que les angles du viseur ne sont pas nets.

La forme atypipque du Spypen n'arrange pas non plus l'utilisation en mode Webcam puisque lorsque le cable USB est connecté il exerce un effort qui fait pencher l'appareil, une orientation précise étant assez difficile à obtenir... et à maintenir.

Et, argument décisif, le Spypen Memo est proposé à un prix quasiment double (prix conseillé : 1090F) de celui de la Webcam Aiptek, en ne proposant aucune fonctionnalité supplémentaire ce qui fait vraiment trop cher. A un prix guère supérieur, la logitech quickcam traveller est bien plus agréable à utiliser autant au niveau de la prise en main que de l'interface utilisateur et la capture en mode Webcam se fait à 30 images par secondes en 640x480.

Reste que la qualité du capteur optique est plutôt bonne et au dessus de son concurrent direct de chez Aiptek, même dans un environnement un peu sombre la capture est acceptable (ce qui est rare). Ne nous emballons tout de même pas, on est loin de ce qu'est capable de faire un appareil photo numérique d'entrée de gamme comme l'Agfa ePhoto CL20 qui est dans le même ordre de prix.

On peut également rappeler pour justifier ce gros écart de prix la présence d'un flash amovible qu'aucun des concurents dans cette gamme de prix ne propose. A vous de voir son utilité!
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

120Go chez Western Digital
Les publications du Muséum d'Histoire naturelle sont en ligne
Tendances du 5ème sommet International du Capital Risque.
L’ART publie la 5ème édition de son Observatoire des télécoms
Sony dévoile le T415, un nouvel assistant de poche
Démo FIFA 2002 : changer les options
Ouf.... Clubic est de retour ;-)
Boursorama  reste en régie chez Hi-Media
Artemis et l’AFNOR présentent leur offre commune de formations
Teradata et Autometric lancent une solution géospatiale CRM
Haut de page