Hive : comment la CIA a falsifié des certificats électroniques

10 novembre 2017 à 15h30
0
Wikileaks, le site fondé par Julian Assange, a une nouvelle fois frappé contre la CIA et ses techniques d'espionnage informatique. Après le Vault 7 qui a dévoilé diverses techniques et malwares utilisés par les agences du gouvernement américain, les premières révélations du Vault 8 expliquent comment la CIA a pu falsifier des certificats de sécurité pour faire fonctionner certains de ses programmes.

Parmi les certificats falsifiés, il y aurait même ceux de l'éditeur antivirus russe Kaspersky Lab. Ce dernier a récemment été accusé par le gouvernement américain d'espionner ses utilisateurs pour le compte du Kremlin, allégations niées en bloc par le fondateur Eugene Kaspersky.

Hive : l'outil de la CIA pour commander les spywares

Jeudi 9 novembre 2017, Wikileaks a une nouvelle fois dévoilé les preuves de l'espionnage de la CIA en publiant la première partie du Vault 8. Cette nouvelle série de révélations devrait, entre autres, fournir le code source du programme appelé Hive, qui est au centre des techniques d'espionnage de l'agence américaine : c'est Hive qui permet de contrôler les logiciels espions.

Wikileaks explique que grâce à Hive, la CIA peut communiquer avec ses logiciels espions sans attirer l'attention de l'utilisateur. Une nécessité si l'opération doit rester secrète. Pour ce faire, Hive permet, entre autres, de copier et falsifier les certificats électroniques d'authentification. Si le logiciel espion est découvert, l'utilisateur ne pourra ainsi pas le relier à l'agence américaine de manière simple et claire.

01F4000006100330-photo-le-fondateur-de-wikileaks-demande-l-europe-d-accueillir-snowden.jpg


Un piratage à l'étranger en prenant l'identité de Kaspersky Lab ?

L'une des principales découvertes du Vault 8 est la falsification des certificats de Kaspersky Lab : ça permettait à la CIA d'infecter des ordinateurs à l'étranger tout en faisant retomber la faute sur l'éditeur d'antivirus, en tout cas à première vue. Grâce à cette falsification de certificats, en effet, si la cible analyse le flux de données sortant, elle va attribuer ce flux au logiciel ou l'entreprise dont le certificat a été copié.

Kaspersky Lab, qui a analysé les premières données du Vault 8 de Wikileaks dès leur publication, a confirmé par communiqué de presse que Hive a permis de falsifier ses certificats d'authentification. Plusieurs autres entreprises et entités gouvernementales seraient également concernées.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top