FlexiFLESH : une appli pour pirater les sextoys connectés ?

le 31 mars 2017 à 14h47
0
Le tournant numérique pris par les fabricants de sextoys ces dernières années, qui n'ont cessé d'innover créant des sextoys reliés au smartphone et même reliés entre eux via Internet, ne manque pas de susciter des questions : qu'en est-il de la sécurité ? La marque Wevibe a même été accusée d'espionner les utilisateurs de l'un de ses modèles et de collecter des données sur la fréquence et la durée des utilisations à leur insu.

Cette fois, l'inquiétude a de quoi monter d'un cran : la société FlexiSPY, spécialisée dans les spywares, a annoncé avoir créé le premier logiciel permettant de pirater des sextoys connectés.

FlexiFLESH permet de prendre le contrôle des sextoys connectés



C'est le site EconomieMatin qui a découvert, vendredi 31 mars 2017, la mise en vente de ce logiciel : FlexiFLESH. Développé par FlexiSPY, il se propose de pirater une vaste gamme de sextoys connectés, y compris les très communs Lush, Lovesense ou encore We-Vibe 4Wingman. Mais l'entreprise annonce une dizaine de modèles compatibles.

01F4000008374556-photo-piratage-ban.jpg

Vendu au prix de 349,99 euros, le logiciel permettrait, selon l'entreprise, de prendre le contrôle total du sextoy connecté... A l'insu de celui ou celle qui le porte. L'utilisateur de FlexiFLESH peut ainsi, via son smartphone désormais connecté à l'appareil, l'allumer, l'éteindre ou encore en changer les vibrations à sa guise. Selon FlexiSPY, il s'agit là d'une nouvelle dimension de "jeux sexuels" entre adultes consentants. Mais il est évident que ça pose de gros problèmes.

Une vulnérabilité présentée à la DefCon 2016



FlexiSPY exploite ici une vulnérabilité de la connexion Bluetooth de ces appareils, vulnérabilité qui avait été découverte et présentée à la conférence DefCon d'août 2016 à Las Vegas. Il semblerait que, depuis, les constructeurs n'aient pas réalisé de mise à jour du logiciel et que la faille soit encore active et exploitable.

Le problème, bien évidemment, est que désormais, n'importe qui, y compris des inconnus, peuvent prendre le contrôle d'un appareil aussi intime qu'un sextoy à l'insu de la personne qui l'utilise. Une introduction dans la vie privée qui n'aurait pas trop de mal à être qualifiée d'agression sexuelle... Et qui a toutes les chances de se terminer devant un tribunal.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top