FlexiFLESH : une appli pour pirater les sextoys connectés ?

31 mars 2017 à 14h47
0
Le tournant numérique pris par les fabricants de sextoys ces dernières années, qui n'ont cessé d'innover créant des sextoys reliés au smartphone et même reliés entre eux via Internet, ne manque pas de susciter des questions : qu'en est-il de la sécurité ? La marque Wevibe a même été accusée d'espionner les utilisateurs de l'un de ses modèles et de collecter des données sur la fréquence et la durée des utilisations à leur insu.

Cette fois, l'inquiétude a de quoi monter d'un cran : la société FlexiSPY, spécialisée dans les spywares, a annoncé avoir créé le premier logiciel permettant de pirater des sextoys connectés.

FlexiFLESH permet de prendre le contrôle des sextoys connectés



C'est le site EconomieMatin qui a découvert, vendredi 31 mars 2017, la mise en vente de ce logiciel : FlexiFLESH. Développé par FlexiSPY, il se propose de pirater une vaste gamme de sextoys connectés, y compris les très communs Lush, Lovesense ou encore We-Vibe 4Wingman. Mais l'entreprise annonce une dizaine de modèles compatibles.

01F4000008374556-photo-piratage-ban.jpg

Vendu au prix de 349,99 euros, le logiciel permettrait, selon l'entreprise, de prendre le contrôle total du sextoy connecté... A l'insu de celui ou celle qui le porte. L'utilisateur de FlexiFLESH peut ainsi, via son smartphone désormais connecté à l'appareil, l'allumer, l'éteindre ou encore en changer les vibrations à sa guise. Selon FlexiSPY, il s'agit là d'une nouvelle dimension de "jeux sexuels" entre adultes consentants. Mais il est évident que ça pose de gros problèmes.

Une vulnérabilité présentée à la DefCon 2016



FlexiSPY exploite ici une vulnérabilité de la connexion Bluetooth de ces appareils, vulnérabilité qui avait été découverte et présentée à la conférence DefCon d'août 2016 à Las Vegas. Il semblerait que, depuis, les constructeurs n'aient pas réalisé de mise à jour du logiciel et que la faille soit encore active et exploitable.

Le problème, bien évidemment, est que désormais, n'importe qui, y compris des inconnus, peuvent prendre le contrôle d'un appareil aussi intime qu'un sextoy à l'insu de la personne qui l'utilise. Une introduction dans la vie privée qui n'aurait pas trop de mal à être qualifiée d'agression sexuelle... Et qui a toutes les chances de se terminer devant un tribunal.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top