Nintendo : baisse des ventes rime-t-elle vraiment avec piratage ?

22 avril 2010 à 18h42
0
00FA000003132992-photo-phoenix-wright.jpg
Mardi dernier, le site du quotidien japonais The Asahi Shimbun a révélé une étude, réalisée par Nintendo, concernant la baisse des ventes des produits de la firme de Kyoto à travers le monde.

On y apprend que Nintendo déplore une baisse de ses ventes à hauteur de 7% au Japon, 11% aux Etats-Unis, et 45% pour l'Europe, entre avril et décembre 2009. Selon l'article, l'entreprise explique ces chiffres principalement par le piratage, et cite une autre étude, américaine cette fois-ci, qui présente l'Italie, l'Espagne et la France comme trio de tête des pays européens les plus adeptes du téléchargement illégal.

L'article explique également qu'en juin 2009, Nintendo a mené une étude sur 10 sites étrangers, spécialisés dans les roms de jeux, et a constaté 238 millions de téléchargements illégaux, ce qui représenterait selon la firme un manque à gagner de 10,7 milliards de dollars. Un chiffre énorme obtenu en multipliant le nombre de téléchargements pirates par le prix moyen d'un produit de la marque. Quand on sait que le chiffre d'affaire de la société, pour l'année fiscale 2008-2009, était environ de 14 milliards de dollars, la méthode de calcul apparait comme plutôt douteuse.

Un manque à gagner conséquent et un historique lourd de Nintendo face au piratage, le rapport entre la baisse des ventes et l'abus de linkers apparaît comme évidente à la lecture de l'article, relayé massivement depuis sa publication.

Pourtant, contacté par nos soins, Nintendo énonce un point de vue différent de celui proposé par le site japonais : « La version anglaise du journal Asahi, qui indique que Nintendo a accusé le matériel enfreignant le droit d'auteur d'une baisse des ventes européennes, est incorrecte. Dans la version originale japonaise de l'article, il est clair que c'est le point de vue du journaliste qui est affiché, et non pas celui de Nintendo. ». Selon l'éditeur de jeux, le journaliste d'Asahi Shimbun aurait donc pris quelques raccourcis dans son analyse.

En somme, si Nintendo suit bel et bien de près l'évolution du piratage de ses produits dans le monde, il n'accuse pas ouvertement ce dernier d'être responsable de la baisse de ses ventes.

Reste que l'Europe, et en particulier la France, est toujours dans la ligne de mire de Nintendo, qui est toujours en procès contre les revendeurs de linkers. Nintendo France s'était vu débouté, le 3 décembre dernier, par le tribunal de Grande Instance de Paris dans l'affaire qui opposait la firme aux revendeurs de cartouches permettant de pirater des jeux de DS. La société nipponne avait fait appel 5 jours plus tard, et l'affaire est toujours en cours.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top