Un rapport tente de faire le lien entre le pouvoir chinois et des hackers nationalistes

19 février 2013 à 15h59
0
Un rapport émanant d'un cabinet américain affirme que de nombreux actes de piratage contre des installations américaines ont été réalisés par une équipe chinoise. Cette dernière, baptisée Unité 61398, serait directement reliée à l'Armée populaire de Chine.

00FA000005064984-photo-securite-chine-web-internet-logo-sq-gb.jpg
Selon le cabinet d'experts en sécurité Mandiant, plusieurs des attaques menées à l'encontre des Etats-Unis seraient le fait d'une organisation appartenant à l'Armée de libération du Peuple, l'armée régulière chinoise. En traquant plusieurs signaux et certaines signatures de cyberattaques, le rapport américain aboutit à une conclusion.

Il estime ainsi que l'unité 61398 opérait depuis un immeuble situé à Shanghai, précisément dans le quartier de Pudong. Cette cellule aurait donc agi depuis 2006 afin de dérober des données de plusieurs sociétés américaines. Un propos démenti par un porte-parole du ministre chinois des affaires étrangères, doutant des preuves avancées par le cabinet américain.

Pourtant, la thèse de cellules actives de hacking noyautées par un pouvoir central n'est pas nouvelle. En Estonie, certains propos émanant d'hacktivistes ont permis de tisser un lien entre ceux qui ont réalisé une attaque contre les systèmes d'information et les dirigeants d'un Etat. En Russie donc, un groupe appelé Nachi (dissous dans sa forme initiale selon certaines rumeurs) était ainsi connu pour être composé de « hackers nationalistes ». Par exemple, en 2009, Konstantin Goloskokov, un activiste du groupe de la jeunesse russe Nashi avait expliqué qu'il faisait bien partie de l'équipe qui avait attaqué les sites d'Estonie.

Pour la Chine, une doctrine a été présentée voilà plusieurs années par deux colonels chinois (Qiao Liang et Wang Xiangsui) dans un ouvrage intitulé « La guerre hors limites - l'art de la guerre asymétrique entre terrorisme ». Ces officiers évoquaient alors clairement l'idée d'intégrer dans l'armée régulière des bataillons de personnes chargées de mener un cyber-espionnage des activités des autre Etats. Il est donc imaginable que de telles unités aient été créées pour mener des actions hors de leur territoire.

Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de rempli...

Lire d'autres articles

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page