Un rapport tente de faire le lien entre le pouvoir chinois et des hackers nationalistes

le 19 février 2013 à 15h59
0
Un rapport émanant d'un cabinet américain affirme que de nombreux actes de piratage contre des installations américaines ont été réalisés par une équipe chinoise. Cette dernière, baptisée Unité 61398, serait directement reliée à l'Armée populaire de Chine.

00FA000005064984-photo-securite-chine-web-internet-logo-sq-gb.jpg
Selon le cabinet d'experts en sécurité Mandiant, plusieurs des attaques menées à l'encontre des Etats-Unis seraient le fait d'une organisation appartenant à l'Armée de libération du Peuple, l'armée régulière chinoise. En traquant plusieurs signaux et certaines signatures de cyberattaques, le rapport américain aboutit à une conclusion.

Il estime ainsi que l'unité 61398 opérait depuis un immeuble situé à Shanghai, précisément dans le quartier de Pudong. Cette cellule aurait donc agi depuis 2006 afin de dérober des données de plusieurs sociétés américaines. Un propos démenti par un porte-parole du ministre chinois des affaires étrangères, doutant des preuves avancées par le cabinet américain.

Pourtant, la thèse de cellules actives de hacking noyautées par un pouvoir central n'est pas nouvelle. En Estonie, certains propos émanant d'hacktivistes ont permis de tisser un lien entre ceux qui ont réalisé une attaque contre les systèmes d'information et les dirigeants d'un Etat. En Russie donc, un groupe appelé Nachi (dissous dans sa forme initiale selon certaines rumeurs) était ainsi connu pour être composé de « hackers nationalistes ». Par exemple, en 2009, Konstantin Goloskokov, un activiste du groupe de la jeunesse russe Nashi avait expliqué qu'il faisait bien partie de l'équipe qui avait attaqué les sites d'Estonie.

Pour la Chine, une doctrine a été présentée voilà plusieurs années par deux colonels chinois (Qiao Liang et Wang Xiangsui) dans un ouvrage intitulé « La guerre hors limites - l'art de la guerre asymétrique entre terrorisme ». Ces officiers évoquaient alors clairement l'idée d'intégrer dans l'armée régulière des bataillons de personnes chargées de mener un cyber-espionnage des activités des autre Etats. Il est donc imaginable que de telles unités aient été créées pour mener des actions hors de leur territoire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Hackers
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

L'UE s'attaque au trafic en ligne d'espèces sauvages
Amazon Game Studios se sépare discrètement de dizaines d'employés
Mazda ne veut plus d'écrans tactiles dans ses véhicules
Une nouvelle Nvidia Shield aperçue dans la console développeur de Google Play
OnePlus 7 Pro : l'édition limitée Almond disponible le 25 juin
Dark mode auto, lazy loading, paywalls : la liste des fonctionnalités de Chrome 76 s'allonge
Microsoft brevète un stylet transformable en oreillette
Apple : de nouveaux MacBook (Air, Pro...) d'ici la fin d'année
Volkswagen investit 900 millions d'euros pour la production de batteries, avec Northvolt AB
Déjà un million de Honor 20 écoulés... rien qu'en Chine
scroll top