Nasdaq hack : le FBI pointe des failles

21 novembre 2011 à 11h18
0
Les services chargés d'enquêter sur les récentes attaques informatiques survenues contre des serveurs utilisés pour les échanges du Nasdaq viennent de rendre leur rapport. Le FBI estime que la société a fait preuve de nombreux manques en matière de sécurité informatique de ses installations.

00FA000003983100-photo-nasdaq.jpg
Depuis 2008, la bourse chargée de la cotation Nasdaq appartient au groupe européano-américain Nasdaq OMX. En février dernier, des informations ont fait état de plusieurs attaques à l'encontre des réseaux de la société. Suite à cette série d'attaques, le FBI a été chargé de mener une enquête afin de déterminer les éventuelles failles dans le système.

Pour le FBI, le groupe Nasdaq OMX serait une cible facile pour des pirates expérimentés. Une source proche du dossier citée par l'agence de presse Reuters a même identifié certains points de faiblesses particulièrement éloquents. Premier point, la plupart des postes utilisés seraient munis de logiciels ne disposant pas de mises à jour, la plupart des pare-feu ne seraient pas correctement configurés. Enfin, des patchs de sécurité chargés de combler certaines vulnérabilités n'auraient jamais été installés... La source en question évoque même la présence de versions de Microsoft Office Server datant de 2003 et non mises à jour.

De son côté, Nasdaq OMX ne souhaite pas imputer cette attaque à un manque global d'attention de la part de la société. Même si le FBI semble appeler les professionnels (particulièrement ceux de la Finance) à respecter une certaine « cyber-hygiène », le groupe explique qu'il s'agissait d'une attaque très sophistiquée, difficilement prévisible.

En effet, le malware identifié comme ayant servi pour l'attaque serait plutôt « complexe et insidieux » selon les personnes proches du dossier. Pour autant, des mesures de sécurité plus draconiennes auraient pu aider la société à détecter plus rapidement l'intrusion.

En octobre dernier, deux informateurs avaient déjà fait savoir que des logiciels malveillants avaient été installés consécutivement à l'attaque. Ces malwares auraient permis d'espionner les conseils d'administration de certaines sociétés cotées notamment via le programme baptisé « Directors Desk ». Ce dernier est particulièrement utilisé par des conseils d'administration de sociétés à des fins de communication interne ou de partage de documents.

Pour sa défense, la société a tenu à rappeler qu'elle était déjà soumise à un contrôle très strict de son activité. Elle explique également s'être conformée à tous les audits du gendarme américain de la bourse, la SEC (Securities and Exchange Commission).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
AMD dévoilerait ses Radeon RX 5500 XT et RX 5600 dans le mois à venir

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top