DigiNotar et Comodo victimes du même "hacker de SSL" ?

06 septembre 2011 à 12h58
0
En mars dernier, un hacker s'était introduit dans une société spécialisée dans l'édition de certificats de sécurité SSL. Plusieurs mois après, le même incident est survenu chez l'autorité de certification DigiNotar. Selon les spécialistes, un hacker serait l'initiateur de ces deux attaques qui lui ont permis de faire générer des SSL (Secure Socket layer) frauduleux.

00FA000001033380-photo-pwn-2-own-comp-tition-hackers.jpg
Un hacker qui se fait appeler « Comodohacker » vient de revendiquer l'attaque contre l'autorité de certification DigiNotar. Dans plusieurs messages publiés sur Pastebin, il explique qu'il est également l'auteur de l'attaque de mars dernier visant une filiale de la société Comodo, GlobalTrust.

Le hacker a donc mis en ligne plusieurs preuves de ces deux intrusions. Le blog de l'éditeur de sécurité F-Secure confirme l'information et explique que pour montrer qu'il est bien à l'origine de ces deux attaques, le spécialiste a publié le mot de passe d'accès au domaine d'administration de DigiNotar (Pr0d@dm1n).

De même, Comodohacker précise qu'il dispose également des comptes d'accès de 4 autres autorités de certification « majeures », il cite d'ailleurs StartCom et GlobalSign. Selon ses dires, il serait donc capable de créer à nouveau des certificats SSL frauduleux capables d'induire en erreur les internautes. Son fil Twitter présumé n'indique pas grand-chose d'autre mis à part qu'il décrit son intrusion comme le « hack le plus sophistiqué de l'année ».

Pour rappel, en mars dernier, pas moins de neuf certificats SSL avaient été générés frauduleusement par un hacker ayant réussi à obtenir l'identifiant et le mot de passe d'un partenaire de la société Comodo. Il a ensuite été en mesure de créer ces certificats afin de faire croire qu'ils étaient authentiques. En effet, ces certificats sont une sorte de passeport électronique qui permet d'établir le lien entre une page web hébergée et son propriétaire. Ce certificat authentifie donc le serveur afin de sécuriser les échanges avec les internautes qui s'y connectent.

Plus récemment, l'autorité de certification DigiNotar a été obligée de confirmer qu'elle avait été également victime de ce type d'attaque. Les faux certificats ainsi générés auraient alors servi à tromper des internautes notamment situés en Iran. Par exemple, ces derniers pensaient se situer légitimement sur une page d'accès à leur compte Gmail. En fait, cette page était frauduleuse et permettait alors de collecter les mots de passe et identifiants de victimes.

Motif de l'attaque : le massacre de Srebrenica

Dans son « communiqué », le hacker précise également ses motivations. Il explique avoir attaqué l'autorité néerlandaise de certification à cause de l'attitude des casques-bleus des Pays-Bas lors du massacre de Srebrenica en 1995. A l'époque, ces casques bleus, faiblement armés, ne s'étaient pas opposés aux forces serbes de Bosnie-Herzégovine. Ces dernières avaient alors tué de nombreux musulmans, théoriquement sous protection de l'ONU.

Une condamnation de l'Histoire donc d'autant que l'Etat néerlandais a déjà été condamné par le Tribunal pénal international de La Haye. En attendant, le hacker promet avoir une revendication pour chaque prochaine cible potentielle...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Les salariés de Microsoft appellent leur direction à cesser d'être
En France, une campagne est lancée contre la
Sony donne le prix de ses écrans 16k : ils coûteront plusieurs millions de dollars
Airbnb : la mairie de Paris envisage d'interdire purement et simplement les locations
Huawei Mate 30 Pro : un smartphone d’exception… auquel la France n’aura droit que
La quantité d'énergie produite par les énergies renouvelables a quadruplé en une décennie
Le stade de Miami pourrait être rebaptisé BangBros Center... du nom du site pornographique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top