Le site de la Royal Navy victime d’une injection SQL

Il est rare que la Marine britannique perde une bataille. Pourtant, le site de la Royal Navy a dû être fermé à cause d'attaques de hackers. A en croire le ministère de la Défense, il s'agirait bien d'un acte malveillant perpétré suite à ses dernières annonces.

00A0000003133364-photo-navy-jpg.jpg
Voilà quelques semaines, le gouvernement britannique a annoncé qu'1,05 milliards d'euros seraient investis dans un programme national de cyber-sécurité. Le motif aurait été suffisant pour organiser une attaque du site, à en croire la BBC.

La chaîne nationale évoque aussi la piste d'hackers roumains. Plus particulièrement, un pirate connu sous le pseudonyme TinKode serait à l'origine d'une injection SQL. Ce dernier a même publié certaines informations qu'il a réussi à intercepter comme des identifiants de connexion à l'administrateur du site. Sur son blog, il dévoile donc quelques mots de passe...

Par contre, un porte-parole du ministère informe qu'« aucun dommage n'a été causé par l'attaque puisque le site a été suspendu temporairement ». Il explique également qu'une enquête est actuellement en cours pour tenter de connaître les auteurs de la cyber-attaque. D'ailleurs, le site n'est toujours pas en ligne, à l'heure actuelle.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Comparatif des meilleurs VPN (2021)
Meilleurs jeux mobiles gratuits : découvrez notre Top 10
Bon plan gaming : le casque filaire HyperX Cloud Alpha S disponible à moins de 100€
Genshin Impact : la version PS5 arrive le 28 avril avec plusieurs améliorations
Acer Nitro 5 : un PC portable gaming 17.3
Votre nouvelle Smart TV Samsung à moins de 30€ avec la fibre Bouygues Telecom
Mercedes dévoile EQS, sa berline électrique de luxe et ses 770 km d'autonomie
L'excellent casque Bose 700 profite d'une promo immanquable chez Cdiscount
Bon plan VPN : Top des bons plans à saisir chez CyberGhost, NordVPN et Surfshark
Amazon revendique 200 millions d'abonnés à Prime
Haut de page