Le site de la Royal Navy victime d’une injection SQL

08 novembre 2010 à 17h05
0
Il est rare que la Marine britannique perde une bataille. Pourtant, le site de la Royal Navy a dû être fermé à cause d'attaques de hackers. A en croire le ministère de la Défense, il s'agirait bien d'un acte malveillant perpétré suite à ses dernières annonces.

00A0000003133364-photo-navy-jpg.jpg
Voilà quelques semaines, le gouvernement britannique a annoncé qu'1,05 milliards d'euros seraient investis dans un programme national de cyber-sécurité. Le motif aurait été suffisant pour organiser une attaque du site, à en croire la BBC.

La chaîne nationale évoque aussi la piste d'hackers roumains. Plus particulièrement, un pirate connu sous le pseudonyme TinKode serait à l'origine d'une injection SQL. Ce dernier a même publié certaines informations qu'il a réussi à intercepter comme des identifiants de connexion à l'administrateur du site. Sur son blog, il dévoile donc quelques mots de passe...

Par contre, un porte-parole du ministère informe qu'« aucun dommage n'a été causé par l'attaque puisque le site a été suspendu temporairement ». Il explique également qu'une enquête est actuellement en cours pour tenter de connaître les auteurs de la cyber-attaque. D'ailleurs, le site n'est toujours pas en ligne, à l'heure actuelle.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top