Les attaques DDoS de plus en plus fréquentes et puissantes en 2014

17 juillet 2014 à 17h52
0
Un rapport établi par Arbor Networks met en lumière la hausse importante des attaques DDoS durant le premier semestre de 2014. Les attaques par déni de service volumétrique se veulent de plus en plus nombreuses, mais également de plus en plus puissantes.

00FA000006745312-photo-ddos.jpg
L'attaque par DDoS volumétrique consiste à bombarder un ou plusieurs serveurs avec un très grand nombre de requêtes, dans l'optique de le faire tomber et rendre le ou les sites (ou services) hébergés inaccessibles. De plus en plus utilisées par les pirates, ces manoeuvres sont également de plus en plus puissantes. Selon un rapport de l'entreprise Arbor Networks, basé sur les relevés de son observatoire des menaces Atlas, « le premier semestre 2014 a connu un nombre record d'attaques DDoS volumétriques, avec plus de 100 d'entre elles supérieures à 100 Gbit/s. »

Durant le mois de juin 2014, il y a eu deux fois plus d'attaques DDoS dépassant les 20 Gbit/s qu'en juin 2013. Le rapport n'indique pas le nombre précis d'attaques relevées.

La réflexion NTP toujours utilisée, mais en recul

On se souvient qu'en février dernier, une attaque par réflexion NTP avait atteint les 400 gigabits de données envoyées par seconde à son pic le plus élevé. Pour rappel, les attaques DDoS par réflexion NTP exploitent une faille présente dans le Network Time Protocol, qui permet de synchroniser les horloges des systèmes informatiques. L'attaque d'un serveur NTP bénéficie d'un phénomène d'amplification des données envoyées, qui sont démultipliées jusqu'à 8 fois en raison de la faille présente. « Un attaquant peut provoquer une attaque x8 supérieure à la bande passante dont il dispose. Par exemple, un attaquant qui contrôle 10 machines à 1 Gb/s pourrait générer une attaque DNS de 80 Gb/s grâce à l'amplification » expliquait à cette occasion le service CloudFlare.

La plus grosse attaque DDoS par réflexion NTP relevée au début du second semestre 2014 s'élève à 154,69 Gbit/s, soit une baisse de 101% par rapport au premier trimestre, et ciblait l'Espagne, relève Arbor Networks. « Les volumes moyens de trafic NTP sont en baisse au niveau mondial, mais sans revenir aux niveaux de novembre 2013 (avant le début de la prolifération des attaques NTP). Au 2ème trimestre 2014, les attaques de très grande envergure ont été moins nombreuses, avec une taille moyenne inférieure de 47 % comparée au 1er trimestre. » Une situation qui peut s'expliquer par la médiatisation de cette faille, qui peut avoir poussé davantage d'administrateurs système à mettre à jour leurs serveurs touchés par la vulnérabilité. L'année n'étant pas terminée, il faudra cependant attendre plusieurs mois avant de dresser un bilan complet pour 2014.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Audi fait la promotion de son e-tron... aux stations de recharge Tesla
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Pampers se lance dans les

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top