Les URL raccourcies, nouvelle arme de choix pour le Spam

26 juillet 2010 à 08h21
0
00C8000001554496-photo-illustration-spam-phishing.jpg
Au pays du Spam, les URL raccourcies ont le vent en poupe : c'est ce qu'a déclaré MessageLabs dans son dernier rapport de juillet.

Si les URL raccourcies sont très utilisées sur des réseaux sociaux comme Twitter, où le nombre de caractères par message est limité, ce n'est -malheureusement - pas le seul usage qui en est fait, et de plus en plus d'expéditeurs de pourriels se servent de ce genre de service pour masquer des adresses Web douteuses : durant le second trimestre de 2009, l'utilisation d'URL raccourcies dans des emails de Spam était de l'ordre de 1 pour 200 mails. Durant le second trimestre de 2010, MessageLabs rapporte que 5% des Spams envoyés intégraient des URL raccourcies, soit environ 10 sur 200.

Selon Paul Wood, analyste chez MessageLabs, la démocratisation des URL raccourcies dans les pourriels vient du fait qu'elles sont encore assez ignorées par les systèmes de filtrage, et aident donc les Spams concernés à éviter de se trouver dans les messages indésirables. La multiplication des services qui permettent de réduire les adresses Web aident également à propager le phénomène.
La totalité du rapport est disponible en PDF sur le site de MessageLabs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Test du Google Pixel 4a 5G : il cachait (très) bien son jeu
Comment un antivirus détecte-t-il un virus ?
The Americans : l'espionnage en pleine guerre froide n'a jamais été aussi passionnant (et accessible)
Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro (Avis 2020) : notre test de cette plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants
Retour dans la matrice avec Matrix Reloaded, au delà des apparences
Après Lewis Hamilton, Nico Rosberg rejoint l'Extreme E
Xbox Series X : nos impressions après trois semaines de test
scroll top