Quand le patron du piratage de la NSA explique ses méthodes

29 janvier 2016 à 15h50
0
Durant la conférence Usenix Enigma, qui se tient actuellement à San Francisco, Rob Joyce, « hacker en chef » de la NSA, a fait une apparition remarquée et s'est même fendu de quelques explications sur les méthodes de son équipe.

Le patron de l'espionnage américain qui explique comment se protéger de ses agissements, c'est assez cocasse. C'est pourtant bel et bien ce qui s'est produit durant la conférence d'ouverture, devant un public composé de spécialistes de la sécurité.

Jadis cachées au grand public, les activités du TAO (pour Tailored Access Operations), la branche hacking de la NSA, sont donc ici exposées au grand jour, Rob Joyce allant même jusqu'à en expliquer (sommairement toutefois) les méthodes.

Il indique ainsi la stratégie en six phases de son équipe : découverte, première infiltration, présence, installation d'un logiciel, extension de la présence et, enfin, collecte, exportation et exploitation des données.

0190000002868978-photo-logo-nsa.jpg

Il explique également à quel point le TAO sait se montrer patient : « Nous essayons, nous attendons, puis essayons encore et attendons et ce, jusqu'à ce que nous trouvions la brèche. » Et parfois, cette dernière se trouve dans le système de chauffage ou de ventilation.

Une intervention surprenante, mais surtout conçue pour alerter les administrateurs sur les faiblesses de leurs infrastructures que la NSA dit parfois mieux connaître « que ceux qui les ont conçus et les font fonctionner ». On n'en doutait pas.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Amazon : seul le cloud est vraiment rentable
LG corrige une faille affectant plusieurs millions de G3
Xavier Niel investit dans une mine en Afrique
Jolla jette l'éponge sur sa tablette
Zive : sans preuve, SFR se revendique n°1 de la SVOD
E-commerce : le panier moyen est au plus bas
L'impression 3D dangereuse pour la santé ?
Google a racheté Google.com pour 12 012,26 dollars
Facebook : la vidéo live arrive en France et dans le monde entier
Le moteur de recherches multi-transports GoEuro se lance en France
Haut de page