La NSA planchait sur la prise de contrôle à distance d'appareils électroniques

le 31 décembre 2013 à 11h12
0
De nouveaux documents mettent en évidence les pratiques de la NSA et révèle que l'agence nationale de sécurité américaine avait à disposition tout un arsenal d'outils permettant de prendre le contrôle de plusieurs appareils électroniques et notamment de l'iPhone.

Le magazine allemand Spiegel rapporte avoir obtenu un nouveau document d'une cinquantaine de pages se présentant sous la forme d'un catalogue. Ce dernier permettait aux spécialistes de la NSA de passer des commandes facturées entre 0 et 250 000 dollars afin de récupérer des logiciels mis au point par une division baptisée ANT. Chevaux de Troie, backdoors, et worms en tout genre, ces outils permettaient de contourner n'importe quelle barrière de sécurité établie par une société afin d'y placer des dispositifs de surveillance.

0190000007014242-photo-nsa-iphone.jpg


Parmi ces malwares nous retrouvons DROPOUTJEEP, lequel fut présenté cette semaine par le chercheur en sécurité Jacob Appelbaum à l'occasion du salon Chaos Communications Congress en Allemagne. Disponible depuis octobre 2008, ce dernier cible plus spécifiquement l'iPhone. DROPOUTJEEP permet notamment de récupérer les SMS, d'activer le microphone ou l'appareil photo à distance, d'obtenir une position géographique approximative via les antennes relais ou encore de récupérer certaines données comme la liste des contacts.

Selon M. Appelbaum, l'infection de l'appareil nécessiterait un contact physique avec ce dernier, une pratique certes contraignante laquelle se serait toutefois révélée fructueuse à chaque opération. Selon M. Appelbaum, les possibilités offertes par DROPOUTJEEP impliquerait la mise en place préalable de certains accords entre la NSA et Apple. « J'ai du mal à penser qu'Apple ne les a pas aider », conclue-t-il ainsi.

Nous apprenions hier que la NSA avait mis en place une opération de grande envergure visant à obtenir un accès à un câble sous-marin acheminant les communications téléphoniques et informatiques de 14 pays et géré en parti par la division française d'Orange.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top