Christophe Barbier dénonce Anonymous, le site de l'Express attaqué

Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L'Express, s'est fendu lundi d'une virulente chronique sur I-Télé, dans laquelle il a dénoncé l'anonymat derrière lequel se retranchent les partisans de la mouvance Anonymous, qualifiant ces derniers de voleurs. Lundi après-midi, le site de l'hebdomadaire a connu d'importants ralentissements, signes d'une attaque de type déni de service organisée en représailles.

La charge était-elle justifiée ? Lundi matin sur I-Télé, Christophe Barbier n'a pas manqué de faire savoir, dans le cadre de son « Humeur » du jour, tout le bien qu'il pensait des attaques menées depuis quelques jours au nom du mouvement Anonymous suite à la fermeture de Megaupload.

« Il faut avoir le courage d'apparaître au grand jour et de ne pas faire les coups en douce », entame le directeur de la rédaction de L'Express. Prenant l'exemple du site Elysée.fr, attaqué vendredi dernier, il poursuit : « on cible des sites pour dire quoi ? Pour dire attention, la loi, c'est nous, la règle, c'est nous. Nous les pirates, nous qui décidons d'aller sur Internet nous servir et qui ne voulons payer personne, ne pas payer le travail d'autrui ».

0168000004895736-photo-christophe-barbier-i-t-l-anonymous.jpg

« Vous êtes des voleurs », fustige-t-il encore, avant d'appeler de ses voeux la mise en place d'un droit mondial du Web. A la journaliste qui souligne en plaisantant que leurs médias vont devoir faire attention à leurs sites Web après une telle chronique, Barbier répond : « on est blindés, pas de soucis. On les attend ! ».

Cette sortie a rapidement valu au site lexpress.fr une attaque par déni de service en bonne et due forme, le rendant très difficile d'accès lundi en fin d'après-midi.

Émanant d'un courant qui dit se battre pour la défense des libertés individuelles sur Internet, la démarche paraîtrait des plus malvenues, quoi qu'on pense des propos tenus par Christophe Barbier (voir la vidéo)... Plusieurs des comptes Twitter associés à Anonymous démentent d'ailleurs vigoureusement tout soutien à cette vendetta.

« Hacker lexpress.fr, le saturer de requêtes pour le rendre inaccessible, menacer d'en effacer les fichiers est non seulement idiot et contre-productif (...) mais indéfendable sur le fond: la liberté d'informer, d'exprimer son avis, même et surtout si cet avis est discutable, n'est tout simplement pas négociable. On ne peut à la fois se battre contre les atteintes à cette liberté dans le monde virtuel et la battre en brèche dans le vrai », commente de façon nettement plus mesurée Eric Mettout, rédacteur en chef de l'édition en ligne, sur un site tout juste revenu à la normale peu avant 19h.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Yelster (groupe PagesJaunes) lance 123Pages.fr, moteur de recherche d'entreprise
STMicroelectronics subit les conséquences du ralentissement économique
Intel : Mooly Eden quitte la tête de la division PC
Abus de position : Twenga ajoute sa plainte au dossier contre Google
Be2Bill : Rentabiliweb lance sa brique de paiement par carte pour e-marchand
Asus B23E : nouveau PC portable professionnel de 12,5 pouces
FocusOnTheContent.org : MySpace,Twitter et Facebook contre-attaquent Google
NRJ Mobile relance l'Ultimate Illimité sans s'aligner
YouTube : 4 milliards de vidéos vues chaque jour
Publicité : Google annonce de nouvelles sanctions
Haut de page