Live Japon : la technologie surveille les enfants

01 juin 2018 à 15h36
0
Le Japon est le pays développé le plus sûr du monde où les incivilités et la délinquance de façon générale sont très faibles. Pourtant, tout le monde ici vous dira que la sécurité n'est plus ce qu'elle était. Diantre! Et chacun de s'armer d'une artillerie high-tech pour se prémunir contre les divers hypothétiques dangers. Derrière grande mode en date: garder les enfants et les vieillards à l'oeil grâce aux nouvelles technologies. Divers systèmes sont ainsi aujourd'hui proposés qui permettent par exemple de localiser en temps réel ses rejetons et ascendants séniles dans les transports ou ailleurs.

Suivi à la trace dans les transports

La société Omron a ainsi développé un dispositif qui utilise les portillons des trains et métros comme mouchards. Chaque fois que l'enfant franchit un portique (lesquels sont incontournables à l'entrée et à la sortie des quais) les parents reçoivent un e-mail d'alerte détaillé sur leur mobile (où, qui, à quelle heure, dans quelle direction?). Ce service est actuellement offert par la compagnie ferroviaire tokyoïte Odakyu et plusieurs autres de la région du Kansaï (ouest).

000000C800520713-photo-japon-t-l-phone-m-tro.jpg


« Lorsque l'enfant passe les portillons d'accès aux quais, le numéro, unique, de son titre de transport est lu et un message est alors envoyé à l'adresse électronique mobile d'un de ses parents dans les vingt secondes suivant le franchissement d'un portique, quel qu'il soit, où qu'il soit dans une des stations desservies par les lignes concernées », explique Toshinobu Ogawa, directeur de projet d'Omron, spécialiste des portillons et conceptrice du système.

C'est le ticket du porteur qui sert donc d'outil d'identification. Pour bénéficier de ce service gratuit sur inscription, les enfants doivent posséder un abonnement à la compagnie ou une carte à puce sans contact. Si le gosse descend au mauvais arrêt et va rôder à la périphérie d'une gare qu'il n'a a priori pas à fréquenter, ses parents sont immédiatement avertis.

0000009600520714-photo-japon-t-l-phone-email-parents.jpg


Pour compléter le service et suivre le gamin jusqu'à destination, des lecteurs de cartes de train simplifiés sont installés à l'entrée des écoles partenaires. Eux aussi déclenchent l'envoi d'une alerte par e-mail. Prochainement, des résidences seront également équipées à l'identique.

00FA000000520711-photo-ecole-matsushita.jpg
Ecole Matsushita


Au Japon, de nombreux enfants de 7-8 ans prennent en effet quotidiennement seuls les transports en commun dans les villes où les réseaux sont enchevêtrés et les milliers de gares,véritables villes en dans ville, complexes. Les parents applaudissent donc de genre d'initiative, selon M. Ogawa. Avant la mise en place de cette offre, Odakyu l'a testée auprès de 2.000 personnes. Résultat de l'enquête: 98% ont déclaré se sentir davantage rassurées.

Toutefois, la sécurité n'est pas le seul avantage perçu par les parents. « Si la mère est sortie faire des courses et qu'elle est informée que son fils est arrivé à la station près de la maison, elle va presser le pas pour être de retour en même temps que lui », souligne par exemple M. Ogawa. « Elles trouvent cela non seulement rassurant, mais aussi pratique », assure l'inventeur du dispositif. Et les enfants, qu'en pensent-ils ? « Les plus petits, ceux qui sont en primaire, ne sont pas forcément informés", indique M. Ogawa. "En revanche, les collégiens, plus matures, doivent donner leur accord », complète-t-il. « Nous avons conçu ce système parce que les familles l'ont souhaité », insiste le chef de projet.

Pistés grâce aux puces RFID et téléphonie mobile

000000C800520710-photo-cartable-rfid.jpg
De son côté le groupe Matsushita (connu pour sa marque Panasonic) a imaginé un dispositif basé sur des étiquettes électroniques solidement arrimées au cartable des enfants. Quand les écoliers arrivent, ils sont automatiquement détectés par le système et filmés par une caméra. L'information selon laquelle ils sont arrivés ou non à l'école est envoyée par e-mail à qui de droit. La gestion de l'historique des absences se fait automatiquement. Les parents et enseignants qui ont expérimenté le service sont ravis. Ce système a notamment été testé dans une école du nord du Japon, là où les conditions météorologiques sont les plus extrêmes pour valider que le brouillard, la neige où la pluie ne bloquent pas la réception des ondes.

Les opérateurs de télécommunications mobiles offrent eux aussi des services de localisation des enfants grâce à leur téléphone mobile, les parents pouvant visualiser sur leur propre terminal où se trouve leur petit protégé, plan détaillé à l'appui. Des téléphones spécialement conçus pour les petits avec alarme 120 dB et autres particularités (limitations d'accès aux sites internet, batterie rivée, matériaux sans danger) sont également commercialisés depuis plusieurs années.

Les services des opérateurs sont complétés par ceux de la société de sécurité privée Secom. Au cas où le garnement serait injoignable, ou bien si les parents ne parviennent pas à le localiser seuls, Secom entre en action et dépêche ses hommes casqués sur le terrain pour le retrouver.

Toutefois, si tous les parents s'accordent à dire qu'il est bien de pouvoir savoir à tout moment où se trouvent ses mômes, une proportion non négligeable d'entre eux rechigne à confier un téléphone à un mouflet de moins de dix ans. Pour solutionner ce dilemme, Secom a dégainé un autre dispositif: un petit boîtier de localisation avec alarme. Il permet d'une part à Secom de localiser son porteur et d'autre part à ce dernier de sonner l'alarme en cas de besoin via un simple bouton à presser. Bref, ça ressemble à un mobile, mais sans les effets secondaires redoutés.

Sachant de plus les parents toujours plus inquiets que de raison, certaines crèches et écoles ont mis en place un réseau de web-caméra à laquelle peuvent se connecter les papas et mamans depuis un ordinateur ou un téléphone mobile. Au lieu de glisser leur oeil par le trou de la serrure, ils peuvent ainsi observer discrètement et où qu'ils se trouvent le comportement de leur petit génie.

00520712-photo-japon-t-l-phone-maman.jpg


Des jardins d'enfants testent pour leur part l'emploi d'un robot de compagnie, Papero de NEC pour ne pas le nommer, capable d'amuser intelligemment la galerie et dont les yeux (des caméras) servent aussi à rendre la scène visible aux parents depuis l'extérieur. Des systèmes similaires pour permettre à des médecins d'observer à distance des vieux en maison de repos existent bien évidemment.

D'autres utilisations pour la prévention

Par ailleurs, comme le risque d'accident routier est sans doute au Japon plus important que celui de se faire kidnapper ou maltraiter par les maîtres d'écoles et assistantes de vie, les champions nippons des technos ont aussi développé des dispositifs d'alerte des piétons et conducteurs.

Le troisième constructeur automobile japonais, Nissan, et le premier opérateur mobile japonais NTT DoCoMo sont ainsi en train de tester grandeur nature un système qui permet aux automobilistes d'être prévenus de la présence d'un individu sur la chaussée. Le dispositif mis en oeuvre récupère les informations de localisation GPS des piétons équipés d'un mobile intégrant cette fonction de positionnement et les confronte à celles correspondant aux véhicules pour prévenir ces derniers du danger. Une alerte s'affiche alors sur l'écran du système de radionavigation automobile.

015E000000520717-photo-japon-t-l-phone-enfants.jpg


Pour bien comprendre la portée de ce type de service, il faut savoir qu'une part importante des véhicules et terminaux cellulaires en circulation au Japon intègrent un récepteur GPS. En outre, depuis le 1er avril, tous les nouveaux modèles de téléphones portables doivent obligatoirement être pourvus de ce composant.
Cette initiative a initialement été prise par le gouvernement à la demande des services de secours pour permettre à ces derniers de localiser automatiquement la provenance géographique des appels de plus en plus fréquemment passés depuis un mobile.

Le gouvernement teste aussi un autre système qui, au lieu d'utiliser les données GPS, s'appuie sur l'analyse des scènes filmées aux carrefours à fort potentiel d'accident. Si un danger est perçu, les conducteurs reçoivent une alerte sur leur système de radionavigation. Cette dernière est adressée via des bornes émettrices (FM ou faisceau), des infrastructures déjà employées depuis des lustres pour transmettre en temps réel aux véhicules l'état du trafic (bouchons, accidents...).

00520716-photo-japon-t-l-phone-personne-ag-e.jpg


Toutes les technologies décrites ci-dessus (liste non exhaustive) sont non seulement adaptées aux enfants mais aussi destinées aux personnes âgées et aux individus présentant des déficiences intellectuelles. Leur développement est d'autant plus activement encouragé par l'Etat que la société japonaise est devenue un véritable laboratoire mondial de vieillissement accéléré de la population où les maladies neuro-dégénératives vont en outre devenir un problème de plus en plus criant.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quoi de neuf en jeux vidéo ce samedi ?
Top des widgets pour Mac et PC avec la logithèque
  Sam & Max  et  The Movies  marchent à la vapeur
Steve Ballmer: la plainte Google est sans fondement
  Serious Sam Forever  se dévoile
Test du HTC Touch : alternative à l'Apple iPhone ?
Dialog : Musée de l'informatique, WiFi dans Paris
Une première mise à jour pour  Colin McRae : DIRT
Guide d'achat cartes mère juin 2007 sur Clubic
Clubic dessine l'actualité informatique
Haut de page