Le papier effaçable : l'avenir de l'impression ?

Par
Le 27 novembre 2006
 0
{PUB}Le papier réutilisable « à l'infini » est-il la solution pour répondre aux contraintes écologiques et réduire les dépenses d'impression des entreprises ? Alors que le gâchis de papier n'est plus un phénomène à prouver et qu'il est généralisé à la société (il n'y a qu'à par exemple regarder les publicités qui envahissent nos boîtes aux lettres), il restait encore à approfondir l'utilisation qui en est faite dans le cadre des entreprises.

Brinda Dalal, une anthropologue du centre canadien de recherche Xerox, s'est ainsi intéressée à notre rapport au papier et à l'impression. Ses recherches ont permis de mettre en évidence que presque la moitié des documents imprimés (44,5% des 1 200 pages qu'un employé de bureau moyen imprime par mois, soit 534 pages) correspondent à un besoin ponctuel. Une fois la journée terminée, ces emails, ébauches et listings de tâches courantes ne seront plus d'aucune utilité et de fait, 21% des documents imprimés se retrouvent le jour même dans la corbeille à papier. Partant de ce constat, Brinda Dalal a collaboré avec des chimistes de ce même centre autour de l'idée de « papier auto-effacable » et donc réutilisable à volonté. Le processus d'impression mis au point par cette équipe fonctionne sans toner et fait appel à du papier d'une teinte jaune clair, sur lequel on imprime en basse résolution au moyen d'une encre pourpre. Les informations imprimées sur ce support disparaissent d'elles-mêmes au bout de 16 heures ou sous un délai moindre encore lorsque le papier est chauffé. Les chercheurs indiquent que le procédé fait appel à des composants qui changent de couleur lorsqu'ils absorbent des ondes de lumière d'une certaine longueur, ce qui permet au papier de retourner graduellement à son aspect d'origine. Seule la durée de vie du papier, celui-ci s'usant au fil des impressions, peut empêcher cette réutilisation « à l'infini ».

A ce jour, le procédé est encore à l'état de prototype et les chercheurs travaillent, avant d'envisager sa commercialisation, à le rendre beaucoup plus économique que ceux d'impression traditionnels. Si cette solution est de celles qui réjouiront les entreprises désireuses de réduire leurs dépenses d'impression, elle ne s'attaque pas au cœur du problème. Comment expliquer qu'aujourd'hui, alors même que le papier ne fait plus référence pour la conservation des données (rôle dévolu aux serveurs et disques durs), nous ayons encore autant besoin d'imprimer ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top