Phil Zamani : "La relation Novell-IBM se renforce autour de Linux"

0
Phil Zamani, VP en charge de l'open source chez EMEA, précise les objectifs de la collaboration engagée avec le groupe informatique .

AB - Phil Zamani, bonjour. Quels sont les principaux objectifs du partenariat entre Novell et IBM ?

PZ - Voilà plus de 20 ans qu'IBM et Novell collaborent dans le domaine des solutions d'infrastructure logicielle et accompagnent les entreprises. Ces 7 dernières années la relation a été renforcée autour de Linux.

Un exemple, SUSE Linux de Novell, société basée à Nuremberg en Allemagne, travaille étroitement avec les centres d'excellence d'IBM à Dallas (Etats-Unis), Boeblingen (Allemagne) et Montpellier (France).

Ensemble, IBM et Novell apportent au marché les solutions d'infrastructure et les centres de données destinées à améliorer l'efficacité de leurs clients en matière de technologies de l'information (IT).

J'ajoute qu'IBM et Novell ont étendu leur partenariat ces derniers mois en intégrant les solutions basées sur SUSE Linux dans Passport Advantage, programme d'envergure mondiale d'IBM dédié aux grandes entreprises.

Passport Advantage couvre l'acquisition de licences ainsi que des options de maintenance à travers un ensemble d'accords, de processus et d'outils communs. Ce programme, soutenu par IBM, Novell et leurs partenaires, permet aux clients d'acquérir et d'utiliser aisément nos solutions technologiques, SUSE Linux y compris.

La collaboration entre IBM et Novell est un tel succès qu'elle a été étendue afin d'intégrer les partenaires de chaque société. Ces partenaires spécialisés répondent aux besoins de grandes et de moyennes entreprises.

Pour résumer, ce partenariat apporte aux entreprises qui souhaitent bénéficier de technologies mixtes, les solutions les mieux supportées à forte valeur ajoutée.

AB - Quel est votre point de vue sur le duo JBoss/Red Hat ?

PZ - Je laisse Adam Jollans, responsable de la stratégie marketing Open Source & Linux d'IBM Software Group, répondre à cette question. Adam ?

Les serveurs d'applications J2EE concernent un autre domaine des standards ouverts dans lequel l'offre open source est évaluée et utilisée dans le développement.

JBoss, société devenue une filiale de Red Hat, et JOnAS ont été des pionniers de l'open source sur le marché du middleware. Ces acteurs ont été rejoints par d'autres projets open source comme Apache Geronimo.

Parallèlement à d'autres serveurs d'applications J2EE, Apache Geronimo suscite l'intérêt du marché. Les téléchargements de Geronimo sur le seul site de l'Apache Software Foundation (apache.org) ont été multipliés par 3, les téléchargements du serveur d'applications Websphere Community Edition d'IBM (WAS CE), basé sur Apache Geroninmo, ont été multipliés par 5 ! En moins de quatre mois, 200.000 téléchargements de Geronimo ou de WAS CE ont été enregistrés.

Par ailleurs, l'annonce récente de la commercialisation d'une pile ("stack") d'applications JBoss/Red Hat fait suite au lancement, il y a 6 mois lors du LinuxWorld à Boston, de l'Integrated Stack pour SuSE Linux Enterprise (ISSLE) de Novell/IBM.

Lancé récemment en Europe, ISSLE a reçu un très bon accueil de la part des distributeurs et partenaires. ISSLE regroupe WAS CE, DB2 Express-C, Novell SuSE Linux Enterprise Server, serveurs IBM System x et Centeris Likewise, dans une offre intégrée qui peut être utilisée pour un réseau existant sous Windows ou un nouveau sous Linux.

Le marché J2EE open source est de plus en plus concurrentiel. C'est une bonne nouvelle pour les clients qui disposent d'un choix élargi, des solutions Linux aux systèmes classiques comme Windows.

Les entreprises apprécient de pouvoir choisir leur serveur d'applications et leur système d'exploitation plutôt que d'être bloquées sur une même combinaison telle que JBoss/Red Hat.

AB - L'open source va-t-il "tuer" le modèle de licence sur lequel l'économie actuelle du logiciel est basée ?

PZ - Les solutions communes IBM-Novell sont basées sur des standards ouverts et s'appuient à la fois sur les modèles de licence traditionnels et open source. Les entreprises à travers le monde apprécient cette combinaison et continueront à s'y intéresser dans le futur.

Ces solutions ("stacks") sont basées sur des applications et du middleware utilisant des plates-formes open source comme Linux. L'open source est un modèle reconnu qui permet de développer et d'étendre des logiciels à travers la collaboration. J'ajoute que l'open source est passé d'une phase d'adoption à une utilisation IT plus large.

Aujourd'hui, très peu de sociétés n'utilisent pas, ou n'envisagent pas d'utiliser, des solutions open source comme Linux. La combinaison entre open source et technologies mixtes a créé un marché sain pour des solutions à valeur ajoutée, moins coûteuses, plus sûres et plus ouvertes.

Enfin, le choix de plates-formes matérielles sur lesquelles peuvent tourner ces solutions est désormais très large. De plus, ces plates-formes fonctionnent avec des technologies commerciales (COTS) abordables comme les puces x86 d'Intel et d'AMD.

En résumé, en terme d'efficacité technologique (IT) le choix et la valeur ajoutée sont les maîtres mots pour les managers IT et non le modèle de licence qui sous-tend chaque solution utilisée.

AB - Phil Zamani, je vous remercie.

Entretien et traduction réalisés par Ariane BEKY.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page