Vaste opération contre les pirates de sites bancaires au Brésil

Par
Le 28 octobre 2004
 0

La police fédérale brésilienne aurait arrêté plus de 50 personnes soupçonnées de pillages de comptes bancaires en ligne, une technique baptisée "phishing"

La police fédérale brésilienne aurait arrêté plus de 50 personnes soupçonnées de pillages de en ligne, une technique baptisée "phishing"

Le crime ne paie pas toujours. La police fédérale brésilienne vient d'arrêter plus de 50 personnes soupçonnées de pillages de comptes bancaires en ligne au moyen d'une série de chevaux de Troie, dits de phishing. Environ 30 millions de dollars auraient ainsi été dérobés aux clients de ces banques.

Ces arrestations se sont déroulées dans quatre états du nord du Brésil, la plupart des pirates étant âgés de moins de vingt cinq ans. Les banques visées étaient Banco do Brasil, Bradesco, Caixa Economica Federal, HSBC, Itau et Unibanco.

"Les pirates et auteurs de virus ont su saisir l'opportunité de gagner beaucoup d'argent avec leurs chevaux de Troie ", commente Annie Gay, Directeur Général de Sophos France. " Ces troyens se cachent en arrière-plan des ordinateurs, attendant que les utilisateurs sans méfiance tapent les codes d'accès à leur banque pour les retransmettre secrètement aux pirates. On peut féliciter les autorités brésiliennes d'avoir agi avec célérité dans cette affaire : le nombre d'arrestations donne une idée de l'échelle de cette branche du crime internet organisé. "

Encore peu répandu en France, le "phishing" ne passe toutefois pas forcément par des chevaux de troie et se limite parfois à de simples courriers électroniques, aux couleurs de banques établies, qui invitent les internautes à saisir leurs coordonnées bancaires. Le bon sens et la prudence sont donc indissociable d'un pare-feu et d'un bon antivirus.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top