Le dégroupage de la boucle locale progresse à Paris

Par
Le 01 août 2002
 0

Les 764 lignes dégroupées au 1er juillet 2002, en région parisienne dans leur majorité, sont principalement destinées aux professionnels.

L'Autorité de régulation des télécommunications (ART) a publié mercredi son tableau de bord bimestriel sur l'état d'avancement du dégroupage de la boucle locale en France.

L'ART rappelle dans son glossaire que "le dégroupage de la boucle locale ou l'accès dégroupé au réseau local consiste à permettre aux nouveaux opérateurs d'utiliser le réseau local de l'opérateur historique, constitué de paires de fils de cuivre, pour desservir directement leurs abonnés."

Début novembre 2001, le dégroupage de lignes d'abonnés a été lancé. Depuis, neuf opérateurs ont signé une convention de dégroupage avec France Télécom : Colt, Dauphin Telecom, Easynet, Firstmark, Free, Kaptech, LDCOM, 9 TR et Siris.

Au 1er juillet 2002 : 764 lignes ont été dégroupées, en région parisienne le plus souvent, "principalement des lignes en accès total, à destination de clients professionnels", précise l'ART dans son communiqué.

Par ailleurs, 128 salles de colocalisation ont été commandées par des opérateurs et 124 d'entre elles ont été livrées par France Télécom.

Par sa décision du 16 avril 2002, l'ART avait imposé à France Télécom des modifications de l'offre de référence pour le dégroupage.

Le 14 juin 2002, l'opérateur historique proposait la création d'un espace dédié dans les salles existantes de ses bâtiments de France Télécom, pour les nouveaux sites commandés par les opérateurs, le coût de l'installation était ainsi ramené à 4000 euros.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top