Mobile et santé : vers un affichage généralisé du DAS

11 février 2010 à 15h15
0
00FA000002373726-photo-antenne-relais-marseille.jpg
Il n'existe pour l'heure aucune preuve scientifique des risques sur la santé des ondes liées aux téléphones mobiles et aux antennes relais. Mais cela n'empêche pas pour autant les députés de suivre les recommandations de l'Afsset - Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail - en appliquant le principe de précaution.

Deux amendements ont en effet été ajoutés par la commission du développement durable à la seconde loi liée au grenelle des Ondes. Les constructeurs sont premièrement invités à afficher clairement le taux d'émission de leurs mobiles. Les mobinautes pourront ainsi choisir des téléphones mobiles qui ont un faible DAS - ou débit d'absorption spécifique -, c'est à dire ayant un niveau de radiofréquences peu élevé.

Dans un second temps, la commission souhaite publier une carte de France mentionnant les zones où le taux d'exposition d'ondes mobiles est supérieur à la moyenne. Dans quel but ? Pointer du doigt les mauvais élèves et les encourager à abaisser le taux d'émission de certaines antennes-relais.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Linux : nouveau concours de vidéos promotionnelles
La chaine CNN s'invite sur les mobiles et l'iPhone de SFR
Orange compte investir 2 milliards d'euros dans la fibre
Loppsi : filtrage et usurpation d'identité sont votés
Office Mac : Microsoft dévoile la version 2011
Iliad s'approche des 4,5 millions d'abonnés ADSL
Violation de brevet : Emblaze pointe du doigt Microsoft et Apple
Nouveau : les commentaires sélectionnés par la rédac
Premiere CS5 : de l'accélération, mais que pour Quadro
Orange : le nouveau décodeur TV est disponible
Haut de page