Live Japon : Miss Keitai, portrait

Karyn Poupée
21 octobre 2009 à 09h27
Elle s'appelle Yuko Nakazawa, n'a pas trente ans, semble être l'archétype de la jeune salariée bonne vivante, aux petits soins pour sa personne, comme on en croise des milliers dans Tokyo. Pourtant, c'est un profil bien particulier. Volontariste, têtue et débrouillarde, elle est désormais une vedette dans le groupe Casio. La raison ? Elle a imaginé une fonction inédite de téléphone portable qui a fait florès parmi la jeune population féminine. Grosso modo il s'agit d'un mode photo qui retouche automatiquement les clichés de visage pour les rendre plus jolis.

A première vue cela paraît presque idiot, mais il suffit de tester pour se rendre compte qu'effectivement, allez savoir pourquoi, en utilisant ce mode, on se trouve soudain moins moche ou encore plus mignon(ne). "On ne devine pas pourquoi, mais on apparaît ainsi sous un plus beau jour", confirme Yuko Nakazawa. Le secret? "Des artifices techniques font automatiquement disparaître les imperfections du visage, agrandissent les yeux, sans dénaturer la personne", explique-t-elle. Bref, cela se perçoit sans se voir.

000000BE02528978-photo-live-japon-miss-keitai.jpg
000000BE02528980-photo-live-japon-miss-keitai.jpg

"Techniquement, je crois que cela a été extrêmement complexe à mettre au point", ajoute-t-elle, précisant qu'elle n'était pas chargée de développer les algorithmes. Comment en est-elle arrivée à proposer cette idée un peu fantaisiste mais qui cartonne auprès des minettes de sa génération? "Je suis de ces jeunes qui ont grandi avec le mobile, dès la première année de collège", raconte-t-elle. Nous étions en 1997 environ et les terminaux ne permettaient pas d'envoyer des e-mails et n'étaient pas dotés de caméra. Ils étaient alors encore utilisés pour les seules communications vocales, et pour la frime aussi. "Nous avions également toutes dans notre sac un appareil photo jetable", poursuit Miss Nakazawa. C'est que les Japonais, et surtout les Japonaises, aiment se portraiturer à toute occasion.

00A0000002528978-photo-live-japon-miss-keitai.jpg
A l'époque, le grand truc était de se rendre dans les "puricura", cabines dans lesquelles on se photographie en gros plan seul ou à plusieurs sur un fond bariolé. "Je ne sais pas pourquoi, mais on se trouve toujours plus joli sur les photos de puricura que sur tous les autres types de clichés", assure avec raison notre experte. Quelques années plus tard, sont apparus les téléphones portables avec caméra tandis que se démocratisaient les appareils photo numériques. Peu à peu, des deux côtés, la qualité et les fonctionnalités se sont améliorées et l'écart technique entre les appareils photo et les mobiles avec module de prise de vue s'est resserré.

Pour autant, la satisfaction des utilisateurs n'est pas forcément au rendez-vous, notamment sur les photos de visage en gros plan, car "du fait de l'augmentation du nombre de pixels, il y a des détails qui apparaissent et que l'on préférerait cacher, ne pas saisir". Or le photophone est un appareil que les filles emploient volontiers pour tirer leur propre portrait. "Si on demande à une Japonaise si elle se photographie avec son téléphone portable, elle vous répondra que non, bien évidemment, parce que cela ne s'avoue pas, mais toutes le font", souligne la demoiselle. Sauf que la plupart du temps, elles se trouvent une tête bizarre et s'y reprennent à vingt fois avant d'obtenir une image qui leur convienne. Miss Keitai l'a expérimenté elle-même, tout comme ses amies.

D'où l'idée de développer une fonction qui arrange tout. Reste que lorsqu'elle en fit la proposition aux équipes de développement de Casio, l'accueil ne fut pas d'emblée enthousiaste. "C'était surtout des hommes qui n'ont pas immédiatement compris l'intérêt". Ils n'ont pas les mêmes soucis d'apparence que ces demoiselles. Pour les convaincre du potentiel d'une telle fonction et de la nécessité de la placer en tête du menu photo (pour qu'elle soit immédiatement accessible et utilisable sans réglage particulier), Yuko Nakazawa a multiplié les enquêtes sur le terrain, rapporté des centaines de témoignages. Finalement elle a eu gain de cause.

012C000002528984-photo-live-japon-miss-keitai.jpg

Les deux modèles de téléphone portable équipés de cette fonction figurent parmi les plus appréciés de la gammme de Softbank, le premier et encore le seul opérateur nippon à les proposer. "Les autres appareils signés Casio sont généralement achetés par des hommes, dans des proportions de 70% à 80%, mais ceux dotés de cette fonction sont choisis en majorité par des filles", indique la jeune femme. Pari réussi et grande satisfaction donc pour cette débutante qui a ainsi acquis l'écoute et le respect des équipes de développement de Casio, ce qu'elle n'aurait pas obtenu ailleurs. Depuis le début de sa carrière en effet, cette entreprise lui a donné sa chance, que bien d'autres ont refusé. Ce qui a joué? Sa passion enthousiaste pour les mobiles. "Lorsque j'étais étudiante, j'ai fait toutes sortes de petits boulots dont celui de vendre des téléphones portables. C'était marrant, je voyais toutes les nouveautés arriver en devinant très vite celles qui allaient se vendre et celles qui seraient délaissées".

012C000002528986-photo-live-japon-miss-keitai.jpg

La demoiselle, bien qu'affirmant n'avoir aucune connaissance technique particulière, est depuis toujours fascinée par le keitai, à l'instar de ses camarades. Et elle le prouve. La voici qui exhibe un sac dont elle sort poignée par poignée une vingtaine de mobiles: "c'est une partie de mes anciens appareils. Les autres, autant environ, je les ai recyclés". Lady Nakazawa, qui en utilise simultanément quatre, affirme en changer deux fois par an environ. "Ce n'est pas un rythme fou, mes amis en font autant", assure -t-elle. "Tous ces terminaux sont associés à des souvenirs très précis", jure-t-elle en observant un à un ces objets, dont certains ont assurément trop vécu vu leur piètre état. Ce travail d'appoint de vendeuse de téléphones a donné à cette jeune fille, qui se demandait "pourquoi les fabricants créent des appareils qui ne se vendent pas", l'irrépressible envie de travailler pour l'un d'entre eux. Tous lui ont rétorqué qu'elle manquait d'expérience, tous sauf Casio qui a jugé intéressant d'avoir dans ses équipes cette connaisseuse du terrain et des jeunes utilisateurs de téléphones portables.

000000B402528990-photo-live-japon-miss-keitai.jpg

Le groupe ne le regrette pas car aux dires d'un responsable, "c'est un profil rare". Cette jeune personne représente en effet la première génération de ceux qui ont connu le mobile dès leur enfance et qui se sentent amputés quand il n'est pas dans leur main. "Je crois impossible de vivre sans", confirme-t-elle, jugeant que le keitai est désormais un morceau du corps et du cerveau de son possesseur. "Cela commence dès le matin avec la fonction réveil, puis les rendez-vous dans la journée. Avant, on mémorisait dans sa tête les numéros de téléphone, maintenant, ils sont dans le téléphone et si par mégarde on en efface un, on peut perdre un ami, faute de le contacter", remarque-t-elle. Miss Nakazawa se distingue ainsi grandement des développeurs-types, des hommes plus âgés qui ne côtoient pas les mêmes tribus qu'elle et ne comprennent pas si bien leurs modes de vie, centres d'intérêt, critères de choix et attentes.

000000B402528988-photo-live-japon-miss-keitai.jpg

Son ambition désormais? Continuer de contribuer à la conception de téléphones portables, dans le souci d'en simplifier et d'en amplifier l'utilisation. "Généralement, on ne se sert que des fonctions dont on a expérimenté l'utilité et l'efficacité". De facto, simplifier ne signifie pas tant réduire le nombre des fonctions que les rendre plus accessibles au plus grand nombre afin qu'elles soient plus et mieux employées". Outre des innovations pour des cibles d'utilisateurs proches d'elle, elle aimerait aussi plancher sur des mobiles pour des personnes plus âgées et des étrangers.

Voilà qui prouve en tout cas que des entreprises japonaises savent aussi satisfaire les ambitions de jeunes femmes. Chez Casio, Yuko Nakazawa n'est en outre pas le seul exemple. On vous présentera une prochaine fois une conceptrice de montres tout autant épanouie.

012C000002528992-photo-live-japon-miss-keitai.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Renault Clio 5 hybride : tout ce que l’on sait de la future citadine au losange
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La gamme Intel
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top