Linux souhaite racheter d'anciens brevets de Microsoft

Par Guilaume Belfiore
le 09 septembre 2009
 0
00DC000000092171-photo-linux-tux-logo-officiel.jpg
Après l'affaire ayant opposé le fabricant de GPS TomTom à Microsoft concernant une violation du brevet du format de fichiers FAT, les distributeurs de Linux souhaitent se rassembler afin de racheter les droits de technologies autrefois déposés par la firme de Redmond. Ce groupe, baptisé Open Invention Network et constitué entre autres de IBM, Red Hat et Sony, déclare ainsi être sur le point d'acquérir 22 brevets vendus plus tôt cette année par Microsoft à l'organisation Allied Security Trust (AST).

Cette initiative devrait protéger les éditeurs de distributions de Linux contre d'éventuelles attaques en justice, notamment de la part d'individus ne faisant pas usage de ces technologies déposées mais engageant plusieurs procès afin de récolter des droits de dommages et intérêts. De son côté, le groupe AST est constitué, entre autres, de Verizon Communications, Cisco Systems Inc et Hewlett-Packard. Keith Bergelt, directeur de l'Open Invention Network, déclare : « nous avons empêché le déroulement d'un scénario où ces brevets pourraient être utilisés avec de mauvaises intentions ».

Récemment Microsoft a annoncé que sur ses 50 000 technologies déposées, la communauté Linux en avait enfreint environ 200. Depuis quelques temps Microsoft tente de négocier des contrats d'utilisation avec les développeurs de logiciels open source. Au mois de juin, Richard Stallman, fondateur du projet GNU et de la licence publique GPL, s'était montré réticent vis-à-vis du projet Mono initié par Novell et qui permet d'assurer une compatibilité avec le langages .NET de Microsoft et offrant un compilateur C#. Microsoft avait alors déclaré ne pas vouloir engager de poursuites judiciaires.

Dave Kaefer, directeur général de la propriété intellectuelle chez Microsoft, assure que la société n'entend pas entraver le marché des produits basés sur Linux avant d'ajouter que si tel avait été le cas, ils n'auraient pas vendu ces technologies à AST, un groupe composé de plusieurs défenseurs de la communauté Linux. A propos de ces brevets, M. Kaefer affirme : « ils n'étaient pas importants pour l'avenir de notre stratégie ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top