F. Bourdoncle : "Google innove sur le grand public, Exalead aide les entreprises à innover"

19 juin 2009 à 16h49
0
02152738-photo-francois-bourdoncle.jpg
François Bourdoncle, co-fondateur et directeur stratégie d'Exalead, une des références françaises des technologies de recherche web et poste de travail, s'exprime sur le positionnement de l'entreprise, l'évolution du marché et les moteurs grand public Google, Yahoo, Bing.

AB - François Bourdoncle, bonjour. Exalead est-il aujourd'hui un moteur de recherche d'entreprise à la Sinequa ou un outil grand public à la Google ?

FB - Exalead SA est depuis sa création un éditeur logiciel à destination des entreprises. Exalead.com est uniquement pour nous une vitrine technologique sur les capacités de notre produit entreprise Exalead CloudView de passer à l'échelle sur le Web. Les 8 milliards de pages Web que nous indexons (et nous allons bientôt passer à 16 milliards) représentent près d'un demi peta-octets de données, soit un demi million de giga-octets, ce qui est énorme mais se rencontre néanmoins dans certaines applications d'entreprise, comme l'archivage par exemple. Sur ce segment nous avons plusieurs éditeurs logiciels qui utilisent nos technologies en OEM. Le Web est donc le premier 'test' que nous faisons subir à toute nouvelle technologie incluse dans nos produits 'entreprises'. J'ajoute que le coeur de la version 5.0 de CloudView a entièrement été testé sur le Web avant d'être 'productisé'.

D'autre part, la moitié de nos clients sont des entreprises qui sont présentes sur le Web, comme par exemple skyrock.fr, viamichelin.fr, 118218.fr, en France, ou des réseaux sociaux comme Friendster aux Etats-Unis et en Asie, ou encore les plus gros sites de petites annonces au Royaume-Uni comme RightMove ou Fish4. Le trafic agrégé des sites de nos clients 'online' est de près de 100 millions de visiteurs uniques par mois, c'est absolument considérable, près de 10% du trafic de Google.com. Et ces clients sont tous en concurrence plus ou moins directe avec Google, Yahoo et Microsoft. Ils nous poussent donc à innover en permanence pour pouvoir garder une longueur d'avance. Nous devons par conséquent être très attentifs au marché grand public. De plus, nous faisons profiter nos autres clients 'entreprises' plus traditionnels (CAC40 ou Fortune 500, disons) des innovations introduites initialement sur le Web.

AB - Google a récemment introduit de nouvelles fonctions de recherche qui ne sont pas sans rappeler celles d'Exalead. Avez-vous été surpris par le choix de la société californienne, référence des technologies de recherche web et des liens sponsorisés ?

FB - Je n'ai évidemment pas été surpris, puisque je suis persuadé depuis des années que le futur des moteurs de recherche passe par la recherche 'conversationnelle' où le moteur comprend petit à petit et interactivement un peu mieux ce que l'utilisateur recherche. La colonne d'affinage d'Exalead, avec ses rubriques et ses termes associés, et le processus de 'recherche par sérendipité' qui y est associé, permet exactement de faire cela. Nous avons même breveté des procédés autour de ces idées il y a presque dix ans.

A mes yeux, l'adoption de cette approche par les géants du secteur montre, d'une part, que le grand public devient plus exigeant dans son usage des moteurs de recherche et, d'autre part, que l'acceptabilité de ce mode d'interaction dans l'entreprise devient évidente. J'insiste, comme notre marché est celui de l'entreprise, le fait que les usages grand public s'alignent sur notre approche est pour nous une très bonne nouvelle, car Google et Microsoft sont bien mieux à même que nous d'éduquer le marché ! Il nous suffit maintenant de garder l'avance qui est la notre sur le search haut de gamme dans l'entreprise pour continuer à nous développer de manière rapide.

AB - Justement, Exalead peut-il résister sur un marché dominé par des poids lourds américains, Google, Yahoo et Microsoft qui vient de lancer Bing, son nouveau moteur ?

FB - En fait, tout ce qui augmente la pression compétitive sur nos clients nous rend plus fort. Donc plus Google et Microsoft innovent sur le grand public, plus nous aidons nos clients à innover, et plus nous déclinons ensuite cette innovation sur le marché des entreprises plus traditionnelles. De plus, les entreprises du Web vont naturellement préférer travailler avec un acteur 'pur B2B' comme Exalead qu'avec des acteurs qui peuvent être potentiellement en concurrence avec eux, aujourd'hui ou demain, et qui ne vont pas proposer leurs innovations en avant première à leurs concurrents! D'ailleurs, si plus de 30% de nos dépenses sont de la R&D, et si nous participons à plus d'une douzaine de projets de recherche collaboratifs avec des partenaires partout en Europe, c'est parce que notre capacité d'innovation est l'un de nos avantages compétitifs clefs.

AB - D'après vous, comment va évoluer le marché du search à moyen terme ?

FB - A l'évidence, le moteur de recherche en tant que simple application (une case de recherche et une liste de résultats pour indexer par exemple un intranet, un site web ou un système de gestion documentaire) est maintenant un segment finalement assez faible par rapport à ce que l'on peut faire avec la technologie elle-même. En effet, les applications dans le monde de l'entreprise possèdent souvent deux composantes bien distinctes : une composante transactionnelle, pour mettre à jour les données dans la base de données de l'application, et une composante 'accès à l'information' qui permet aux utilisateurs d'interagir avec l'application, de rechercher ou de modifier les données ou encore de faire des statistiques.

La partie 'accès à l'information' a depuis toujours été construite soit au dessus de la base de données elle-même, ce qui a l'avantage de permettre d'accéder en temps réel aux données de production, soit au dessus d'entrepôts de données (data warehouses) pour faire de la Business Intelligence, en général sur des données historiques, et donc pas en temps réel. Or les bases de données sont à peu près aussi adaptées pour faire de l'accès à l'information qu'une cuillère est adaptée à couper un steak !

La bonne architecture pour faire de l'accès à l'information consiste à utiliser un moteur de recherche synchronisé en temps réel avec les données de la base. A chacun son travail : la base de données gère... les données et le moteur de recherche gère... les recherches. Cela paraît évident, dit comme ça, mais c'est en réalité assez révolutionnaire comme architecture informatique. D'ailleurs, notre client GEFCO a gagné cette année le Grand prix et Trophée de l'innovation CIO grâce à une application de logistique construite sur ces principes.

De plus, des moteurs de recherche sophistiqués comme CloudView permettent de faire des agrégats de résultats de recherche, de compter, d'afficher des diagrammes, des courbes et donc de faire de la Business Intelligence rudimentaire. Cette dernière est bien souvent suffisante pour les besoins courants et, surtout, elle permet de faire du 'reporting opérationnel' sur des données de production en temps réel. Ceci est très difficile à faire sur des architectures de Business Intelligence classiques (aspect temps réel ou performance) et sur les bases de données relationnelles (elles ne savent pas compter efficacement).

Nous appelons cette nouvelle catégorie d'applications construites au dessus de moteurs de recherche des Search-Based Applications (SBA). Il me semble maintenant évident que le marché du search à moyen (et même court) terme se situe exactement sur ce segment. Il a représenté l'année dernière environ un quart de notre activité en très forte croissance. Toutes proportions gardées, j'ai le sentiment que nous nous retrouvons dans la position d'Oracle dans les années 1980 sur son marché historique de l'informatique transactionnelle.

AB - François Bourdoncle, je vous remercie.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Entretien avec Bill Dally, Chief Scientist de NVIDIA
  Point Lookout  : le DLC de  Fallout 3  en images
Microsoft préparerait un lifting pour MSN.com
Troisième rapport de bataille de  StarCraft II  en vidéo
Mises à jour: Songbird, Safari, FileZilla, Transmission
<b>Joyeux Noël</b>
Clone Cloud : Intel mise sur les nuages pour doper la puissance d'un smartphone
IBM lance la v1.3 de la suite Lotus Symphony
Après Hadopi, des Etats généraux de la Culture
Quand Microsoft compare IE8 à Firefox et Chrome
Haut de page