Microsoft : rapport de sécurité du 2e semestre 2008

01 juin 2018 à 15h36
0
0064000002016178-photo-microsoft-security-windows-logo.jpg
Ce matin, Microsoft a dévoilé son nouveau rapport de sécurité semestriel couvrant la période de juillet à décembre 2008. Les chiffres publiés dans ce sixième volume ont été collectés à partir des différents outils de sécurité de la firme, à savoir Windows Defender, Safety Scanner, Windows Live Care, Exchange Hosted Services ou encore MSRT (l'outil de suppression des logiciels malveillants). Microsoft constate une baisse des vulnérabilités, une évolution des menaces mais aussi une proportion croissante des attaques ciblant le logiciel plutôt que le système d'exploitation.

Depuis le premier semestre de l'année 2007, le nombre global de vulnérabilités tend à diminuer. Cependant, les experts observent un taux plus fort des menaces jugées particulièrement sévères ainsi que des failles facilement exploitables. Ces dernières représenteraient 56% de l'ensemble des menaces.

Bernard Ourghanlian, directeur technique et sécurité chez Microsoft France, explique que les hackers s'en prennent de moins au moins aux systèmes d'exploitation, ceux-ci étant de mieux en mieux protégés. Aujourd'hui, les principales cibles d'attaques seraient donc les logiciels (à plus de 90%, dont 4,5% pour les navigateurs).

0226000002015992-photo-ms-s-curit.jpg

Les vulnérabilités au second semestre 2008


Augmentation des scareware
Parmi les nouvelles menaces, notons les scareware, de faux logiciels de sécurité imitant des programmes légitimes. Installé sur la machine de la victime, le scareware analysera le disque dur en y installant un logiciel espion ou invitera l'internaute à procéder à un transfert d'argent afin de permettre le nettoyage d'une fausse infection. « Ces logiciels peuvent être très convaincants », affirme M. Ourghanlian « même si la plupart d'entre eux sont en anglais, il n'y a pas de barrière de langue, les gens cliquent parce que ça fait peur ». Dans le top 25 des familles de malware, 7 d'entre eux avaient un lien avec les scareware ; il s'agissait d'ailleurs, d'une des menaces les plus répandues au second semestre de l'année dernière.

Parmi les chevaux de Troie se propageant via les faux logiciels de sécurité fin 2008, Win32/Renos aurait infecté 4,4 millions d'ordinateurs distincts, ce qui représenterait une augmentation de plus de 66% par rapport au premier semestre de la même année.

0226000002016004-photo-ms-s-curit.jpg

Nombre de machines nettoyées pour chaque millier d'exécution du MSRT



Les pertes de données
Il est estimé que 50% des brèches de sécurité signalées en 2008 provenaient des pertes ou des vols de matériels. En Angleterre par exemple, plusieurs organisations gouvernementales ont été confrontées à ce problème. « La moitié des citoyens anglais ont des données personnelles qui se baladent dans la nature », déclare Bernard Ourghanlian. L'expert précise aussi que dans certains pays, toutes les firmes ayant été victime de pertes ou de vols de matériels doivent impérativement le signaler à l'Open Security Forum ; une mesure qui n'est pas encore applicable sur le territoire français.

Exploitation des formats de fichiers
La suite bureautique Microsoft Office ainsi que le lecteur de fichiers PDF Adobe Reader sont des logiciels privilégiés pour les hackers souhaitant tirer parti d'une faille de sécurité. Si la suite Office 2007 semble pour l'instant épargnée, les versions précédentes non mises à jours restent vulnérables. Au travers de ce rapport, Microsoft annonce que 91,3% des attaques tentaient d'exploiter une même brèche pour laquelle un correctif avait été distribué deux ans auparavant. Entre les mois de juin et juillet 2008, les attaques sur les fichiers PDF auraient augmenté de manière considérable, pour doubler chaque mois par la suite. Ces attaques se focalisaient sur deux vulnérabilités présentes au sein d'anciennes versions des produits d'Adobe.

02016030-photo-ms-s-curit.jpg
02016032-photo-ms-s-curit.jpg
02016034-photo-ms-s-curit.jpg

Attaques par niveau de mise à jour pour Office 2003, XP et 2000, parmi les ordinateurs infectés, 2é semestre 2008


Géographie des menaces
Les pays où le taux d'infection est le plus élevé sont la Serbie Monténégro (77 ordinateurs infectés sur 1000), la Russie (21,1/1000) ou encore le Brésil (20,9/1000). En revanche, le Vietnam (1,3/1000), les Philippines (1,4/1000) ou le Japon (1,7/1000) sont relativement bien sécurisés. « Par le passé, l'on pouvait dresser une relation entre les pays en voie de développement moins protégés et le taux d'infection des ordinateurs. Aujourd'hui c'est moins vrai, il y a des phénomènes liés à la crise et une professionnalisation des hackers », explique Bernard Ourghanlian avant d'ajouter : « Conficker, par exemple est un ver très sophistiqué ».

Avec 7,8 machines infectées sur 1000, la France est légèrement au-dessous de la moyenne mondiale (8,6/1000). Les chevaux de Troie et les logiciels espions restent les principales sources d'attaque. Plus précisément, les cinq menaces arrivant en tête du classement français sont : Win32/SpywareSecure, Win32/ZangoSearchAssistant, Win32/Hotbar, Win32/MessegerSkinner et FakeSecSen.

Pour de plus amples informations, retrouvez ce rapport en détails ici.

0226000002016052-photo-ms-s-curit.jpg

Les principales menaces en France
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test de Memento Mori : Le Secret De La Vie Eternelle
GMail, GCalendar : Google met à jour ses services web pour iPhone et mobiles Android
Sécurité : le Pentagone a investi $100 millions
Ad:tech - Eric Bennephtali, Mediastay :
D100 : Bouygtel lance un routeur WiFi ou 3G via une clé USB
IPTV : Anevia lève 5 millions d'euros
L'Afdel déplore l'inadaptation de l'aide publique
Buzz d'Enfoirés pour AlloMusic.com
La mise à jour vers Windows 7 RC en détails
T-Mobile G3 : Huawei devrait produire le prochain smartphone Android de l'opérateur
Haut de page