Black Hat : Kaminsky fait le point sur la 'faille DNS'

Alexandre Laurent
07 août 2008 à 07h08
0
00DC000001473574-photo-dossier-s-cu-s-curit-informatique.jpg
L'intervention de Dan Kaminsky, le chercheur en sécurité à l'origine de la découverte d'une faille inhérente au protocole DNS (Domain Name System) était attendue comme l'un des points forts de la « Black Hat ». Il n'aura finalement pas eu à dévoiler les modalités techniques d'exploitation de cette vulnérabilité puisque d'autres s'en sont chargés avant lui, mais a pu analyser la réponse des éditeurs et équipementiers concernés à cette découverte sans précédent.

Cette vulnérabilité du protocole DNS - lequel assure la correspondance entre un nom de domaine et l'adresse IP de la machine hébergeant le site - affectait aussi bien les serveurs de cache déployés par les fournisseurs d'accès à Internet que les postes clients utilisés par les internautes, sans distinction relative au système d'exploitation employé. En théorie, elle permettait à un pirate d'aller opérer des modifications au sein des informations stockées en cache sur les serveurs chargés d'opérer les redirections DNS, selon la technique dite du cache poisoning. Il devenait alors possible de rediriger les requêtes d'un internaute vers le site Web de son choix.

Selon Kaminsky, 70% des entreprises présentes au classement Fortune 500 auraient aujourd'hui procédé aux corrections nécessaires à la résolution de cette faille. 15% d'entre elles aurait essayé, mais se seraient trouvées confrontées à des problèmes de translations d'adresses IP. Enfin, les 15% restants n'auraient appliqué aucun correctif à l'heure actuelle.

Kaminsky a par ailleurs révélé qu'un autre chercheur, Pieter de Boer, a été capable de localiser cette faille seulement 51 heures après qu'elle eut été rendue publique, tout en sous-entendant que si une personne avait été capable de le faire, d'autres y étaient sans doute parvenues. Ce que confirme un autre spécialiste, HD Moore, fondateur du projet Metasploit : selon lui, la faille aurait été exploitée sur l'un des serveurs de l'opérateur américain AT&T. Pendant quelques minutes, les internautes entrant l'adresse google.com dans leur navigateur et passant par ce serveur auraient été redirigés vers une page affichant des publicités. Il a par ailleurs révélé que les serveurs de messagerie électroniques étaient également vulnérables, dans la mesure où eux aussi font appel au protocole DNS.

Bien que Kaminsky se soit refusé à rendre publique les modalités d'exploitation de cette faille, le simple fait de dévoiler son existence a donc donné à d'autres les pistes suffisantes pour l'identifier rapidement. « Même si cette faille est maintenant corrigée, il existe d'autres scénarios dans lesquels du trafic non chiffré peut être perdu au profit d'un attaquant », a-t-il prévenu en conclusion. On trouvera la présentation (format .ppt) de Kaminsky sur son site Web.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top