Scob et Berbew des 'virus/spywares' dangereux

Par Vincent
le 28 juin 2004 à 23h14
0
00072991-photo-virus-worm.jpg
Récemment, un virus ou plutôt un spyware connu sous le nom de Scob et Berbew ont fait couler beaucoup d'encre. Des pirates ont en effet réussi à infecter de nombreux sites, dont des établissements bancaires, en exploitant une faille du serveur IIS de Microsoft. Après ce piratage un code malicieux a été installé sur ces sites, il se charge de placer un spyware sur les PC clients qui se connectent sur les sites "piratés" et qui utilisent Internet Explorer (en exploitant 3 failles dont 1 non corrigée à ce jour).

Le spyware en question est programmé pour transmettre aux pirates les mots de passe et les éventuels numéros de cartes bancaires saisis par les Internautes.

Aujourd'hui le site russe sur lequel était hébergé le fameux spyware a été fermé. Mais les pirates pourraient très bien le placer sur un autre serveur.

Les utilisateurs qui n'emploient pas Internet Explorer sont à l'abris du problème. Les autres doivent se prémunir en utilisant un antivirus à jour (qui reconnait de préférence les spywares) et un Firewall. Ce type d'attaque est l'une des premières du genre mais elle marque malheureusement un précédent inquiétant !
Modifié le 18/09/2018 à 11h58
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Voiture électrique : quelles aides à l'achat et incitations dans les pays de l'UE ?
Huawei banni : les revenus d'AMD plus impactés encore que ceux de Microsoft
En toute discrétion, les Apple Store vendent désormais des moniteurs LG UltraFine 23,7
Huawei :
From Software devrait annoncer un jeu avec avec George R.R. Martin à l'E3 2019
La RTX 2070 gagnerait des parts de marché plus rapidement que la GTX 1080 en son temps
Déclaration de revenus 2019 : n'oubliez pas de déclarer vos gains en cryptomonnaies !
Test Google Pixel 3a : le roi de la photo à moins de 400€
Instagram : les données de 6 millions d'influenceurs exposées
Nintendo compterait aussi sur le cloud de Microsoft pour propulser son service de streaming
scroll top