Chrome : 8 alternatives au navigateur Google

08 octobre 2016 à 09h07
0
Avec plus de 50% de part de marché, Google Chrome est aujourd'hui le navigateur Web le plus utilisé. Cela n'en fait pas pour autant le meilleur de sa catégorie aux yeux de tous et il existe bien d'autres alternatives méritant qu'on s'y intéresse de plus près.

Introduit le 2 septembre 2008, le navigateur Chrome a bousculé le marché des navigateurs jusqu'alors dominé par Internet Explorer et Mozilla Firefox. Au fil des années les éditeurs ont peaufiné à tour de rôle les performances de leurs moteurs Javascript pour un surf plus rapide mais également implémenté les derniers standard du Web régis par le W3C pour faire usage d'applications en ligne toujours plus riches

L'heure est venue à l'optimisation et chacun nettoie au maximum son code pour alléger le navigateur mais également pour offrir une autonomie toujours plus importante sur les ordinateurs portables, tablettes et smartphones. Google a su promouvoir Chrome, notamment en plaçant directement des publicités sur la page d'accueil de son très populaire moteur de recherche mais également avec sa présence par défaut au sein du système Android

035C000008566420-photo-browser-ban.jpg


Mais Google Chrome n'est pas parfait. Certains estiment qu'il s'est un peu trop alourdi au fil des années, d'autres ne souhaitent plus voir leur historique de navigation être passée au crible par Google, d'autres enfin recherchent des fonctionnalités bien spécifiques.

Parmi les alternatives à Google Chrome on discerne deux grands groupes : les navigateurs basés sur Chromium, la version open source de Google Chrome et ceux ayant opté pour Gecko, le moteur de Mozilla Firefox.

1. Mozilla Firefox

On ne présente plus Firefox, le navigateur de la fondation Mozilla. Ce dernier s'est imposé comme le premier concurrent sérieux à Internet Explorer au début des années 2000. Son point fort ? Il est open source et maintient son indépendance en n'étant rattaché à aucune société.

035C000008566412-photo-firefox-screen.jpg


Avec Firefox, Mozilla promeut un Web ouvert, sécurisé et reposant sur des standards. Il fut le premier à introduire les extensions pour un surf véritablement personnalisé. Les ingénieurs ont récemment redoublé d'efforts pour nettoyer au maximum le navigateur afin de mieux le positionner face à Google Chrome.

De toute évidence, et malgré un ralentissement de sa part de marché, Firefox a de beaux jours devant lui.





2. Tor Browser

Basé sur le code source de Firefox, le navigateur de Tor est strictement centré sur la sécurité de la vie privée. Il embarque alors plusieurs extensions et notamment le Tor Launcher permettant d'établir d'emblée une connexion sécurisée au réseau Tor. Le Tor Button propose de gérer rapidement les données privées de l'internaute. Il sera par exemple possible de créer directement une nouvelle session, d'analyser les cookies ou de configurer les paramètres d'un proxy.

035C000008566418-photo-tor-browser-screen.jpg


Tor force les connexions HTTPS en appliquant le chiffrement SSL sur le protocole HTTP lorsque le serveur le permet. Notons également la présence de NoScript pour restreindre l'exécution de JavaScript et de Java à une liste de sites de confiance.

Toujours dans l'optique de protéger la vie privée, à la fin de la session de surf, l'historique de navigation ainsi que le cache seront automatiquement supprimés. Les favoris, eux, seront conservés.




3. Waterfox

Waterfox se base également sur le code de Firefox et propose quelques modifications par rapport aux travaux de la fondation Mozilla.

035C000008566414-photo-water-screen.jpg


Waterfox n'embarque pas le gestionnaire de DRM d'Adobe, ni n'intègre le service Pocket. Waterfox explique que contrairement à Firefox, aucune donnée n'est retournée pour analyser le comportement de l'internaute et décider quelle fonctionnalité devra être ajoutée ou retirée par la suite.

Waterfox est disponible en version 64-bit pour les machines disposant toujours de Windows XP et peut exécuter toutes les extensions, même celles n'ayant pas été signées par Mozilla. En ce sens, Waterfox cible donc plutôt les développeurs.




4. Opera

Opera Software a troqué ses moteurs de rendu et d'exécution Javascript développé en interne pour adopter le projet Chromium. Mais loin d'être un simple clone de Google Chrome, Opera embarque plusieurs fonctionnalités bien spécifiques.

035C000008566394-photo-opera-screen.jpg


D'une part le navigateur est léger et rapide, d'autre part, il intègre nativement un VPN, un bloqueur de publicités ainsi qu'un dispositif permettant d'optimiser la bande passante. Par ailleurs, Opera a enrichit le SpeedDial d'un lecteur d'actualités et flux RSS personnalisés.

Opera peut en outre accueillir les extensions de Google Chrome. Le navigateur est disponible sur smartphone et tablette et propose en plus un mécanisme de synchronisation de données. Difficile de croire qu'Opera n'est pas plus populaire.





5. Brave

Relativement récent, le navigateur Brave a été fondé par Brendan Eich, anciennement directeur technique et PDG de Mozilla mais surtout inventeur du langage Javascript.

035C000008444092-photo-brave.jpg


Brave promet un surf sécurisé et rapide. A cet effet, la société embarque directement un bloqueur de publicités ôtant d'emblée tout type de traqueur ainsi que tous les éléments les plus lourds d'une page Web.

Mais Brave propose aux internautes d'effectuer des micropaiements pour rémunérer les éditeurs. Il s'agit alors de trouver une formule satisfaisant un maximum de gens et les revenus seront partagés en fonction du nombre de visites effectuées sur chacun de ces sites Internet et le temps de consultation.





6. Vivaldi

Avec Vivaldi, l'ancien PDG d'Opera Software souhaitait faire renaître de ses cendres la version classique du navigateur Opera avant que la société ne choisisse d'opter pour le moteur open source Chromium. Il en résulte une application relativement moderne et bourrée d'options.

035C000008444070-photo-vivaldi.jpg


On y retrouve un moteur particulièrement intéressant au sein duquel il sera possible de saisir une requête ou une commande ainsi qu'une barre latérale positionnée sur la gauche et permettant de gérer des panneaux de contenus. Par défaut, nous retrouvons les favoris, les téléchargements ainsi qu'un bloc-note. Mais il est possible aussi d'en ajouter d'autres en configurant l'URL d'une application Web qui sera affichée en version mobile.

Navigation gestuelle, empilage des onglets, Speed Dial, gestionnaire de thèmes et prise en charge des extensions de Chrome... Vivaldi est fait pour ceux qui veulent tout, tout de suite. Dommage que le navigateur affiche quelques lenteurs.





7. Yandex

Yandex nous vient de Russie, un pays au sein duquel la société est menacée par l'omniprésence de Google. Yandex a donc souhaité mettre en place sa propre alternative à Google Chrome.

035C000008444074-photo-yandex.jpg


Yandex se distingue par sa rapidité quand même bien il intègre nativement plusieurs extensions afin d'enrichir ses fonctionnalités. On y retrouve ainsi par exemple Lightshot pour faciliter les captures d'écran, Turn off the Lights pour optimiser la lecture des vidéos, ou encore un mode Turbo, qui compresse les pages Web et optimise la bande passante.

D'autres modules sont également présents et désactivés par défaut comme Evernote Web Clipper, LastPass, Pocket, Web of Trust, Adguard.





8. Torch Browser

Si vous êtes adeptes de multimédia alors vous vous laisserez peut-être tentés par Torch Browser. Basé sur Chrome, le navigateur est strictement pensé pour la lecture des médias.

035C000008566410-photo-torch-browser-screen.jpg


Torch se dote tout d'abord d'un Media Grabber permettant d'enregistrer à la volée les vidéos ou les chansons en streaming intégrées dans les pages Web. Le navigateur embarque en outre un client torrent mais également un lecteur vidéo permettant bien sûr de lire directement un média téléchargé.

Torch inclut aussi un lecteur de musique capable de récupérer les morceaux sur YouTube et de les présenter sous la forme d'une interface similaire à Spotify avec même des suggestions. Notons aussi une section au sein de laquelle les internautes retrouveront des jeux de type casual.

Enfin, Torch Browser a revu le concept GreaseMonkey/Stylish avec Facelift. Concrètement, la société propose de personnaliser son compte Facebook en choisissant un papier peint, des polices et des couleurs pour une meilleure intégration au sein du navigateur.

Modifié le 30/07/2019 à 10h06
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top