Les dix questions à se poser avant d'acheter une caméra IP

Par
Le 17 avril 2014
 0
Si vous envisagez de placer votre domicile ou résidence secondaire sous surveillance vidéo, vous êtes sûrement en train de vous poser de nombreuses questions. D'autant plus si vous n'êtes pas spécialement un surdoué de l'informatique, ou un as de la sécurité. Nous avons donc compilé les interrogations les plus légitimes sous forme d'une FAQ (Foire Aux Questions). Et lorsque vous aurez passé l'étape supérieure, vous pourrez consulter notre comparatif de caméras IP.

035c000007290064-photo-multi-cam.jpg

1) A quoi sert une caméra IP ?

Une caméra IP est un dispositif destiné à la surveillance d'un lieu. Comme une webcam sauf qu'elle fonctionne de manière autonome en réseau, local ou distant. On peut voir en direct les flux vidéo depuis un navigateur Web, via une interface de serveur NAS ou parfois sur une application mobile. La caméra peut surtout être programmée pour détecter des mouvements et ainsi déclencher des enregistrements vidéo/photo qu'elle stocke sur carte micro SD ou qu'elle envoie (FTP, email, NAS, plateforme de cloud, etc.), dès qu'un intrus passe dans son champ de vision. De jour comme de nuit grâce à la vision nocturne régulièrement implantée.

2) Quelles caractéristiques dois-je privilégier pour choisir ma caméra IP ?

Il y a au moins sept points d'ordre technique sur lesquels s'interroger avant de choisir.

  • Intérieur ou extérieur : les modèles destinés à l'extérieur sont bien différents de ceux que l'on place à l'intérieur. Ils résistent évidemment aux intempéries et sont prévus pour être fixés au mur ou au plafond. Mais jamais posés comme ceux d'intérieur (qui peuvent aussi être fixés au mur ou au plafond, soit dit en passant).

00fa000007289902-photo-cam-ext-rieur.jpg
00c8000007289924-photo-cam-int-rieur.jpg

Une caméra d'extérieur et un modèle d'intérieur

  • Fixe ou motorisée : une caméra IP peut être fixe (elle ne bouge pas) ou motorisée. Dans ce dernier cas, on parle de PT (ou PTZ pour Pan Tilt and Zoom). Le moteur fait se déplacer l'objectif pour balayer l'horizon sur instructions distantes. Les caméras motorisées sont plus performantes en surveillance (elles couvrent un large champ) mais elles sont aussi plus encombrantes, donc moins discrètes.

012c000007244608-photo-foscam.jpg
012c000007248816-photo-zavio1.jpg

Motorisée ou fixe

  • Résolution SD ou HD : le gros des caméras IP adopte une résolution standard de 640 x 480 pixels. C'est suffisant, mais tout juste. Si vous avez l'opportunité, préférez une caméra HD (720p), qui autorisera une meilleure reconnaissance des sujets grâce à une définition plus détaillée. Ces modèles commencent à se démocratiser mais sont encore plus onéreux, à autres spécifications équivalentes.

07290020-photo-sd-vs-hd.jpg
SD vs HD

  • Vision nocturne : La plupart des caméras IP permettent de voir dans le noir absolu, grâce à des LED infrarouges. C'est un plus, mais attention toutes ne se valent pas. Il faut veiller à ce que la distance maximum de la vision nocturne soit suffisamment confortable (10 m).

0190000007288960-photo-vision-nocturne.jpg

  • Wi-Fi ou filaire : toutes les caméras sont filaires (Ethernet), beaucoup sont, en plus, Wi-Fi. Si vous ne souhaitez pas gérer une installation câblée, assurez-vous de choisir un modèle Wi-Fi, norme 802.11 n de préférence.

0190000007244624-photo-foscam3.jpg
On peut relier la caméra en Ethernet ou en Wi-Fi (on voit bien l'antenne)

  • Micro et sortie son : voir est la fonction première de la caméra IP, mais elle peut aussi entendre et parler. Ça peut être un plus, notamment quand le constructeur autorise la détection audio en sus de la traditionnelle détection de mouvements. Et si une sortie audio est présente, il est possible d'envoyer un son à distance, de parler, etc. pour faire fuir l'intrus.

  • Liaison alarme : si votre domicile est équipé d'une alarme (ou si vous planifiez d'en ajouter une), sachez que certains modèles sont dotés d'une connectique à quatre broches destinée à la communication entre alarme et caméra.

0190000007290036-photo-prise-alarme.jpg
La prise alarme, verte

  • Lecteur de carte mémoire : ce n'est pas la méthode la plus sûre pour enregistrer ses flux de surveillance, mais ça peut être un complément intéressant (capacité de stockage, insensible aux aléas du réseau).

3) Où positionner sa caméra IP ?

L'objectif est de surveiller une habitation contre les intrusions, il faut donc que la caméra soit orientée vers les potentiels points d'accès au logement. La porte d'entrée en premier lieu. Mais attention, il ne faut pas non plus que la caméra soit la première chose que l'intrus voit lors de son effraction. Un peu en hauteur (pour ne pas être accessible trop facilement) et légèrement désaxée, vous gagnerez du temps d'observation. Si vous pouvez la fondre dans le décor, c'est encore mieux (au milieu de bibelots ou dans une bibliothèque bien fournie par exemple). L'autre option, c'est de placer la caméra devant ou dans les pièces où se trouvent des choses de valeur, toujours en respectant les mêmes consignes. L'idéal étant de combiner plusieurs caméras pour couvrir des angles multiples et ne laisser aucune chance à l'intrus d'échapper à la vidéo-surveillance. Dans tous les cas, il faudra que la caméra IP se situe à proximité d'une prise électrique. Une évidence qui complique un peu la tâche.

0280000007290312-photo-positionnement-cam.jpg

4) Faut-il connecter sa caméra en filaire ou en Wi-Fi ?

0064000007290362-photo-logo-wifi.jpg
En Wi-Fi, c'est plus commode et esthétique. Si votre maison n'est pas câblée en Ethernet et que l'endroit où vous comptez installer la caméra n'est pas à proximité du routeur, le Wi-Fi s'impose. Attention toutefois, selon les modèles de caméras IP, il ne faudra pas non plus trop s'éloigner de la source du réseau (routeur ou box). Les modules Wi-Fi des caméras IP ont une portée parfois restreinte : l'intensité du signal, la réactivité et parfois la qualité de l'encodage vidéo de la caméra en pâtissent alors directement. Si vous voulez rester 100 % serein, le filaire demeure le choix à privilégier.

5) Mon ordinateur doit-il rester allumé pour que la caméra fonctionne ?

Non, et c'est tout l'intérêt de ces caméras. Dans la grande majorité des cas, un ordinateur est nécessaire pour configurer la caméra. Mais une fois que tout est paramétré, l'ordinateur peut être éteint, sauf si bien sûr la caméra est réglée pour sauvegarder ses flux sur le PC en question. Par ailleurs, il est possible de planifier le fonctionnement de la caméra IP de sorte qu'elle passe automatiquement en mode surveillance, sur des plages horaires définies et en fonction d'un événement précis.

6) Est-ce compliqué de configurer une caméra IP ?

Une caméra IP est relativement simple à installer mais peut devenir complexe à configurer si on souhaite bien rentrer dans le détail. Il faut un minimum de compétences en réseau et d'aplomb en informatique pour maîtriser sa caméra sur le bout des doigts. Les principales utilisations qui exigent un paramétrage avancé sont la visualisation à distance et l'enregistrement des flux sur des supports distants. Dans le premier cas, il faut passer par un service de DNS dynamique et s'assurer que les ports du routeur sont correctement ouverts/redirigés. Dans le second, reportez-vous à la question numéro 8.

0280000007248848-photo-zavio-web17.jpg
L'interface du fabricant Zavio est réservée aux utilisateurs confirmés...

Maintenant, les constructeurs tendent de plus en plus à simplifier le fonctionnement de leurs produits en se basant sur des services de cloud, qui évitent par exemple d'avoir à utiliser un prestataire de DNS dynamique. On vous déconseille au passage d'utiliser les DNS dynamiques proposés gratuitement par certains constructeurs, hébergés on ne sait trop où, par on ne sait trop qui. La TrendNet TV-IP762IC est un bon mix entre la liberté totale de réglages pour utilisateurs avancés (interface Web classique) et la simplicité d'utilisation pour débutants (service de cloud). Certains modèles comme la NetCam de Belkin ou les solutions de myfox et Kiwatch reposent intégralement sur du cloud et se placent ainsi à la portée de tous.

0280000007250802-photo-kiwatch-interface-cloud-2.jpg
...celle entièrement cloud de Kiwatch est nettement plus abordable

7) Sont-elles compatibles avec toutes les box et routeurs ?

Les deux impératifs pour qu'une caméra IP fonctionne avec une box ou un routeur, c'est d'avoir un port Ethernet de libre (au moins nécessaire pour la première installation du produit) et une box ou un routeur dotés de Wi-Fi (si on veut une installation sans fil). Mieux vaut également s'assurer avant qu'on a accès à l'interface de paramétrage de la box ou du routeur, ça pourra être utile pour configurer son réseau.

8) Comment s'assurer de l'intégrité du contenu enregistré ?

Les flux enregistrés sont de plusieurs natures (vidéo, photo, sons) et peuvent être stockés sur différents supports, à plusieurs endroits. Sur la carte mémoire de la caméra IP si elle est dotée de pareil attribut, mais nous vous déconseillons de vous limiter à cette solution. Un voleur, s'il repère la caméra, aura vraisemblablement l'idée de détruire ou dérober votre matériel de vidéo surveillance, et en tout cas de se débarrasser de la carte mémoire. L'usage du NAS est plus recommandé : il n'y a pas de limite de stockage (ou presque) et vous restez totalement maître de l'hébergement. Mais là encore, si le NAS est à votre domicile (ce qui est généralement le cas), on ne peut pas exclure le risque qu'un cambrioleur vous subtilise également ce bien (même si c'est moins discret qu'une carte micro SD).

0190000007290452-photo-nas-synology.jpg
NAS Synology DS713+


008c000007290450-photo-prise-lectrique.jpg
Aussi, les solutions du mail, du serveur FTP distant ou du service de cloud peuvent sembler les meilleures. Certaines caméras envoient des vidéos par email, en guise d'alerte, mais là, la capacité maximum contraint à des rushs de courte durée. Côté FTP ou cloud, le stockage est moins limitant mais le contenu est hébergé chez un tiers. D'une, il y a des chances que cela soit payant, et de deux, vous ne savez pas qui est ce tiers et qu'est-ce qu'il peut potentiellement faire de vos images. Bref, il n'y a pas de solution miracle, le mieux étant de combiner plusieurs formes de stockage pour parer à un maximum d'imprévus. Reste que si le malfrat coupe l'alimentation électrique de votre domicile avant d'y pénétrer, toute votre protection sera alors neutralisée.

0280000007239660-photo-belkin-netcam-interface-6.jpg
Avec la solution de Belkin, les enregistrements sont hébergés sur une plateforme de cloud

9) Faut-il prévoir des frais d'utilisation pour une caméra IP ?

Techniquement non. La seule dépense assurée, c'est l'achat de la caméra. Maintenant, les modèles qui reposent sur des plateformes de cloud, comme chez Kiwatch, myfox ou Belkin, sont assortis d'un abonnement mensuel, allant de quelques euros à une dizaine d'euros par mois selon la nature des services, pour les particuliers (avec ou sans engagement, ça dépend). Une dépense non négligeable.

0190000007251632-photo-myfox-0011-myfox11-png.jpg
012c000007250764-photo-kiwatch-offres.jpg

Du côté des caméras plus classiques, il faudra éventuellement payer pour le service de DNS Dynamique (on en trouve des gratuits comme No-IP.biz, veillez simplement à ce que votre matériel les prenne bien en charge). Et pour le stockage distant, il vous faudra également financer l'hébergeur tiers, à moins de passer par un espace gratuit du type de ceux fournis par les FAI avec les box.

10) Peut-on utiliser son smartphone pour visualiser sa caméra à distance ?

Les constructeurs proposent souvent leur propre application mobile pour étendre les moyens d'accès à la caméra IP aux appareils nomades. A minima, l'application permet de visualiser les flux en direct de la caméra. Souvent, on peut capturer des vues instantanées et entendre, si la caméra est dotée d'un micro, ce qu'il se passe. Et quand l'application est complète, on peut accéder à des paramétrages avancés de sa caméra à distance, déclencher des enregistrements (qui seront enregistrés sur le smartphone) et consulter les enregistrements effectués précédemment et stockés dans le cloud. Des services payants ajoutent même l'alerte par SMS.

000000e607290536-photo-ip-cam-viewer-pro.jpg
000000e607244620-photo-foscam-app-screenshot-6.jpg
000000e607242402-photo-screenshot-2014-03-18-15-33-26.jpg
000000e607250786-photo-kiwatch-application-2.jpg


Si le constructeur ne propose pas d'application ou si elle ne donne pas satisfaction, il est toujours possible d'installer une application tierce, comme IP Cam Viewer Pro de NibblesnBits (Android et iOS), compatible avec une multitude de modèles. Attention, ces applications tierces peuvent être payantes. Notez toutefois qu'il existe une version Lite d'IP Cam Viewer, gratuite.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top