Stéphane Richard : un dirigeant proche du "pouvoir"

Par Marc Paller
le 07 avril 2016 à 10h15
0
Multimillionnaire, ex-PDG de grandes entreprises, Stéphane Richard est un entrepreneur aux multiples facettes. Après avoir longtemps occupé la casquette du directeur de cabinet, l'homme d'affaires de 54 ans s'est imposé à la tête d'Orange.

Natif de Bordeaux, Stéphane Richard a passé la majorité de son enfance en Gironde avant de rejoindre Marseille, sa ville d'adoption. Très jeune, l'homme a déjà un projet ambitieux en tête lorsqu'il se lance dans des études de commerce à HEC.

Fraîchement diplômé, il rejoint l'École Nationale d'Administration d'où il sort cinquième de la promotion Fernand Braudel. L'ENA réserve en général ses meilleurs recrues aux Finances publiques. Stéphane Richard ne dérogera pas à cette règle. Sa réussite va lui permettre de pousser la porte de l'Inspection des finances en 1987. Sa carrière débute ainsi sous la direction de Christine Lagarde. En 1991, l'homme étoffe son réseau lorsqu'il vient à occuper le poste de conseiller technique au sein du cabinet du ministre délégué à l'Industrie et au Commerce extérieur, Dominique Strauss-Kahn.

0226000008307342-photo-orange-stephane-richard.jpg

Un an plus tard, Stéphane Richard quitte la fonction publique pour s'occuper du pôle immobilier de la Compagnie générale des Eaux (CGE), renommée Nexity en 2000. A cette époque, Jean-Marie Messier, à la tête du groupe, l'a choisi pour réaliser une acquisition destinée au pôle immobilier. Très remarqué au sein de la direction, il participe à de nombreux projets d'investissements au sein de l'entreprise. Après avoir contribué au redressement de la société immobilière dont il finira par devenir actionnaire et président, Stéphane Richard rejoint la branche transport de Veolia en 2003.

Un directeur de cabinet dans l'âme



En octobre 2006, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy lui fera une déclaration d'amitié en le décorant, place Beauvau, de la Légion d'honneur. Quelques mois plus tard, en mai 2007, Jean-Louis Borloo, ministre de l'Économie, lui propose de devenir son directeur de cabinet. Quinze ans après, l'inspecteur des finances retrouve Bercy et décroche un salaire de 11 000 euros par mois. A Bercy, il use de son expérience pour la mettre au service du ministère. Il affiche alors ses propres convictions économiques, profondément libérales.

Un mois seulement après ces déménagements ministériels, Christine Lagarde remplace Jean-Louis Borloo à Bercy. Stéphane Richard demeure quant à lui à son poste. La ministre se retrouve avec un directeur de cabinet qui a le contact direct avec l'Elysée. Une proximité avec le chef de l'État qui lui sera reprochée par certaines personnes du milieu politique. Il participe toutefois à de nombreuses réunions en compagnie de François Pérol, le secrétaire général adjoint de l'Élysée.


L'homme d'affaires sera même aux premières loges de la crise financière de 2009 en participant à la création d'un plan de sauvetage des banques et à la mise en place du Fonds stratégique d'investissement. Ce fin connaisseur du monde de l'entreprise n'a toutefois pas pour ambition de rester dans le privé. « Il a rejoint le service public parce qu'il avait l'opportunité de faire des réformes », avait confié un de ses proches à la presse.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Entrepreneurs
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Google Duo permet désormais de partager des photos dans ses messages
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
Flight Simulator supportera le contenu créé par la communauté
Airbnb organise un hackathon à Paris pour recruter les meilleurs développeurs
Gears 5 : Microsoft fait la démo du mode construction et confirme l’absence de season pass
🔥 Soldes 2019 : les meilleurs bons plans, réductions et promotions chaque jour !
Test : Inokim Light 1, une trottinette robuste et fiable, mais trop chère
Une cyberattaque américaine aurait paralysé des dispositifs de contrôle militaires iraniens
Le patron de Foxconn pousse Apple à transférer sa production à Taiwan
Netflix veut faire vibrer votre téléphone pendant que vous regardez des films
scroll top