ProtonMail, le Webmail anti-NSA, s'est relevé de la "plus grande cyber-attaque de Suisse"

Par
Le 17 novembre 2015
 0
Le service d'e-mail hyper-sécurisé suisse ProtonMail a subi une attaque DDoS d'une ampleur inégalée en Suisse. Indisponible 5 jours, il est parvenu à se relever mais l'attaque continue.

ProtonMail s'est relevé. Le service de messagerie chiffrée, fondé au CERN en 2013 et souvent qualifié de Webmail « anti-NSA », est victime depuis le 3 novembre 2015 d'une attaque par déni de service (DDoS) « extrêmement puissante », selon les mots de Jason Stockman, son cofondateur. Deux semaines après son déclenchement, l'attaque n'a pas cessé, et reste intense. Mais le service est parvenu à en limiter la portée.

Indisponible pendant 5 jours, ProtonMail a refait surface, apprend un message publié sur le blog officiel le 10 novembre. L'attaque, « la plus grande et la plus longue de Suisse », n'a « pas mis en danger la sécurité » des services, veut rassurer la société, qui compte un demi-million d'utilisateurs. ProtonMail a bénéficié de l'aide de la société genevoise IP-Max, qui a créé une liaison entre le datacenter et un point de présence à Zürich.

ProtonMail garantit l'intégrité des données


La société a aussi reçu le soutien de l'américain Radware afin de « protéger ProtonMail, sans compromettre la confidentialité des e-mails ». Un document confidentiel publié sur le site Cryptome.org a mis en doute la transparence de cette aide, insinuant que l'armée israélienne aurait absorbé une partie du trafic de l'attaque et possiblement intercepté des données confidentielles. Une hypothèse que dément la petite société suisse.


03e8000008040968-photo-protonmail.jpg


Questionné sur cet aspect, Alex Rosier, le responsable du support de ProtonMail, renvoie vers une réponse officielle publiée sur le site communautaire Reddit. Le texte assure que « les comptes ProtonMail sont aussi sûrs qu'avant car tous les contenus restent chiffrés grâce à une clé que les services tiers ne possèdent pas ».

Sur le blog officiel, un porte-parole déclare : « En ciblant le plus grand service gratuit d'e-mail sécurisé, les attaquants ont montré leur volonté d'anéantir la confidentialité en ligne. Nous leur avons maintenant envoyé une réponse encore plus forte, à savoir que la confidentialité en ligne est là pour durer. » Soutenu par sa communauté, ProtonMail a réussi à récolter 50 000 dollars de dons en 3 jours pour l'aider à faire face.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Sécurité des données

scroll top