Google lance un traducteur de hiéroglyphes basé sur l'apprentissage machine

16 juillet 2020 à 15h12
0
© Google/Ubisoft

À l'occasion de l'anniversaire de la découverte de la célèbre Pierre de Rosette, le 15 juillet 1799, Google a dévoilé un logiciel nommé Fabricius.

Celui-ci se base sur l'intelligence artificielle pour proposer une traduction de messages en hiéroglyphes, mais aussi pour en apprendre plus sur cette ancienne langue.

« Juste pour s'amuser »

Fabricius dispose d'une section au sein du site Arts & Culture de Google et se décline au format mobile. Cette section se divise en trois éléments disponibles en anglais et en arabe. Le premier, « Learn », propose de s'initier à l'écriture hiéroglyphique en « six étapes faciles ».

Le second, « Play », propose la diffusion de messages en hiéroglyphes. Pour cela, le site les compare à nos emojis actuels, et invite l'internaute à composer son propre message et à découvrir le résultat. Si Fabricius suggère alors une traduction pouvant être partagée sur les réseaux sociaux, Google souligne que c'est « seulement pour s'amuser », ajoutant que les hiéroglyphes proposés en traduction « ne reflèteront pas une traduction précise de votre message ».

Un appel aux spécialistes

C'est également l'avis de Roland Enmarch, maître de conférences en égyptologie à l'université de Liverpool. Il déclare : « Bien qu'impressionnant, Fabricius n'est pas encore prêt à remplacer le besoin d'un expert hautement qualifié en lecture des inscriptions anciennes. Il reste de très gros obstacles à la lecture des hiéroglyphes, car ils sont fabriqués à la main et varient énormément dans le temps au niveau des détails picturaux et entre les sculpteurs/peintres individuels ».

C'est là que doit intervenir l'apprentissage machine sur lequel Fabricius repose. En d'autres termes, il devrait s'améliorer à mesure que des utilisateurs y auront recours. C'est également à cela que doit servir la dernière section du site, « Work », qui s'adresse avant tout aux chercheurs. À l'aide d'un outil de retouche d'image appelé « Workbench », il doit permettre à des universitaires d'accéder à des hiéroglyphes et d'en améliorer la traduction.

Le logiciel est né d'un partenariat entre le département Arts & Culture de Google, l'Australian Center of Egyptology de l'Université Macquarie, Psycle Interactive et Ubisoft.

© Google

Il fait suite à l'Hieroglyphics Project, un projet lancé en septembre 2017 et devant améliorer la compréhension des symboles utilisés pendant le moyen égyptien (du deuxième millénaire avant J.-C. au IVe siècle après J.-C.). Pour Ubisoft, « les inscriptions gravées dans la pierre il y a 3 000 à 4 000 ans sont de qualité très variable, nombre d'entre elles étant endommagées, voire effacées ». Le studio ajoute toutefois que, selon lui, « le machine learning pourrait transformer le processus de collecte, de classification et de compréhension de la langue écrite des pharaons ».

Sources : Google, Ubisoft, BBC

1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top