Apple détaille son point de vue vis-à-vis des monnaies virtuelles

03 juin 2014 à 14h28
0
Apple vient de publier une mise à jour du code de bonne conduite à destination des développeurs proposant des applications sur l'App Store. Cette dernière explicite le point de vue de la firme concernant l'utilisation des monnaies virtuelles, comme le Bitcoin.

00FA000007215452-photo-bitcoin.jpg
Il n'y a pas si longtemps, Apple faisait le ménage sur l'App Store, pour supprimer les applications ayant un lien avec les crypto-monnaies. Plusieurs porte-monnaies virtuels de bitcoins avaient notamment été supprimés, à l'image de Blockchain. Lors de la suppression de ces applications, l'entreprise mettait en avant le point 22.1 de son règlement, qui explique que « les applications doivent se conformer à toutes les obligations légales de tous les endroits où elles sont accessibles par l'utilisateur. Il est de l'obligation du développeur de le comprendre et de se conformer à toutes les lois locales. »

Dans le guide des bonnes pratiques à destination des développeurs, Apple explique désormais que « les applications peuvent faciliter la transmission de monnaies virtuelles approuvées, à condition qu'elles le fassent dans le respect de toutes les lois fédérales et nationales des territoires où les apps sont proposées ». Une petite phrase qui permet de mieux préciser le point de vue de l'entreprise, sans pour autant l'assouplir. En effet, Apple ne fait qu'affiner son point de vue précédent, en contextualisant davantage : les monnaies virtuelles peuvent être utilisées, mais seulement dans certaines mesures. Dans les pays où le Bitcoin n'est pas considéré comme une monnaie, comme au Canada ou en Finlande, les applications prenant en charge ce type de paiement seront probablement rejetées.

Proposer des applications utilisant des monnaies virtuelles pourrait donc être un défi pour les développeurs désireux de toucher un maximum d'utilisateurs. Néanmoins, les clarifications apportées par Apple sous-entendent que ce ne sont pas les crypto-monnaies qui posent problème, mais le cadre légal de leur utilisation. Une manière de se dédouaner diront certains. Pour d'autres, ce sera peut-être le début d'une explication.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top