Amazon abandonne sa bibliothèque de prêt Kindle au profit d'Amazon Reading

04 janvier 2021 à 11h50
4

Le service, qui permettait la lecture gratuite d'un ouvrage par mois, aurait fêté ses 10 ans cette année.

La Bibliothèque de prêt Kindle était l'un des services les plus populaires associés à la liseuse d'Amazon.

Amazon regroupe ses services dans l'abonnement Prime

Il permettait en effet de récupérer pour une durée d'un mois un livre parmi quelques milliers d'ouvrages disponibles. Les best-sellers les plus récents n'étaient pas disponibles, mais on a pu retrouver au fil des années quelques livres très populaires parmi lesquels quelques tomes de la saga Harry Potter.

Amazon met pourtant fin au service ce lundi 4 janvier au profit d'Amazon Prime Reading. Cette nouvelle option, disponible depuis 2016 et incluse dans l'abonnement Prime, permet de choisir cette fois jusqu'à huit livres et ce sans aucune condition de durée. Il suffit de « rendre » un e-book pour bénéficier d'un nouvel ouvrage gratuit à inclure sans sa collection.

Amazon invite désormais les derniers utilisateurs de la Bibliothèque de prêt à passer à Prime pour continuer à profiter de livres gratuits en plus du catalogue de streaming vidéo et de la livraison gratuite.

Source : Good e-Reader

Modifié le 04/01/2021 à 14h18
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
4
5
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

2048 : bienvenue à Newropa, là où le cyberpunk côtoie la magie
Soldes Amazon : 250€ de réduction sur la barre de son Sony HT-ZF9
Quel SSD choisir pour booster le stockage de votre pc ?
Microsoft renonce à l'augmentation des prix du Xbox Live Gold
Soldes : le Fire TV Stick 4K d'Amazon est toujours en promo ce week-end
Sa création, ses dates-clés,... l'histoire de Twitter résumée en 7 minutes
Bon plan VPN : Surfshark casse les prix de son abonnement VPN pour les Soldes
Soldes Amazon et Cdiscount : les meilleurs bons plans du week-end !
Test de Hitman 3 : et le chauve sourit ?
Google menace de se retirer d'Australie pour éviter de payer les éditeurs de contenus
Haut de page