Test de l'Eee PC 1201PN, Pine Trail et ION Next Gen

Par
Le 02 août 2010
 0
Pionnier en matière de netbook, Asus continue de décliner son fameux Eee PC en lui incorporant cette fois la dernière plate-forme Intel et la nouvelle mouture de l'ION de NVIDIA.

Alors que l'Intel Pine Trail ne nous avait pas franchement séduit, notamment par la faiblesse de la solution graphique proposée (voir Pine Trail, la nouvelle plate-forme Intel pour netbook) et que nous étions restés sur notre faim avec la première version de ION à cause des pitoyables performances du processeur Atom N270 (voir Samsung N510 et HP Mini 311, duel de netbooks ION), Asus a annoncé au dernier Cebit un modèle combinant la nouvelle plate-forme d'Intel et l'ION next-gen de NVIDIA censé conférer à Pine Trail la « puissance » graphique qui lui faisait défaut.

L'alliance de ces deux technologies récentes fait-elle pour autant de l'Eee PC 1201PN un netbook « surpuissant » ? Dans quelle mesure le gain de performance est-il perceptible ? Les réponses tout au long de ces pages !

0190000003412240-photo-eee-pc-1201pn-2.jpg


De l'intégration de ION dans Pine Trail


0096000002881518-photo-logo-nvidia-optimus.jpg
Comme nous l'annoncions en introduction, le Eee PC 1201PN a le mérite d'associer deux des plus récentes technologies que sont la nouvelle mouture de l'ION de NVIDIA et la dernière plate-forme Intel Pine Trail. Nous ne reviendrons pas sur cette dernière qui a été largement détaillée dans un précédent article (voir pour cela Pine Trail, la nouvelle plate-forme Intel pour netbook). En revanche, la dernière solution de la firme au caméléon, nommée ION « Next Gen », mérite qu'on s'y attarde.

Avec sa nouvelle plate-forme Pine Trail, Intel n'a pas vraiment facilité la tâche de NVIDIA en ce qui concerne l'intégration de son ION Next Gen. En effet, exit la solution simple qui consistait à remplacer purement et simplement la puce NM10 du chipset par un élément de son cru, comme c'était le cas sur l'ancienne plate-forme d'Intel. En effet, le NM10 est relié au processeur par le bus DMI pour lequel NVIDIA ne dispose d'aucune licence. Il a donc fallu utiliser l'une des 4 lignes PCI-Express 1x pour intégrer sa puce graphique, avec la contrainte de bande passante que cela implique, puisque ces lignes sont limitées à 250 Mo/s chacune.

Pour compenser ces limitations techniques handicapantes, NVIDIA a choisi d'utiliser le GMA 3150 introduit par les processeurs Pine View : ce dernier va donc être chargé de l'affichage tandis que la puce de NVIDIA s'occupera des calculs 3D. C'est la fameuse technologie Optimus, que nous avions par ailleurs détaillée dans un récent article (voir NVIDIA Optimus: maximiser l'autonomie des portables). Une solution plutôt bien pensée compte tenu de la faible marge de manoeuvre laissée par Intel, mais qui n'est pas exempte de défaut.

0190000003414988-photo-optimus.jpg


Ainsi, en cas d'utilisation de la solution de NVIDIA, ce sont deux puces qui vont être actives et alimentées, avec la consommation que cela implique. De même, l'utilisation d'Optimus nécessite une gestion logicielle qui permet de plonger la puce graphique de NVIDIA dans une veille profonde. Or cette gestion logicielle, pourtant annoncée par Asus, est finalement absente de l'Eee PC 1201PN. Une absence regrettable et inexpliquée qui a pour conséquence une consommation au repos plus élevée que ce qu'elle devrait être.

Concernant le GPU en lui-même, NVIDIA a fait le choix de fournir deux versions très différentes de son ION Next Gen aux constructeurs. Pour les netbooks 12 pouces comme le Eee PC 1201PN, ce sont 16 processeurs de flux qui opèrent à 475 MHz, alors que pour un modèle 10 pouces, il faudra se contenter d'un ION à 8 coeurs CUDA et d'une fréquence de fonctionnement de 405 MHz pour des performances inférieures à celle de l'ION de première génération. C'est un maximum de 512 Mo de mémoire dédiée DDR2 ou DDR3 qui épaule le circuit graphique (c'est le cas pour le netbook Asus en test aujourd'hui). Pour rappel, l'ION premier du nom utilisait la mémoire vive comme mémoire partagée. Quant à la finesse de gravure, elle passe à 40 nm, alors qu'elle était auparavant de 55 nm. La compatibilité avec DirectX 10.1 est assurée pour chacune des deux versions.

Quel équipement pour ce Eee PC ?


0064000002072010-photo-logo-intel-atom-2009.jpg
En dehors de la solution graphique évoquée à l'instant, on trouve dans cet Eee PC l'Intel Atom N450, un processeur simple cœur supportant l'HyperThreading et fonctionnant à 1,66 GHz. Il est épaulé par 2 Go de mémoire vive de type DDR2 fonctionnant à 667 MHz. Concernant le stockage, c'est un disque dur d'une capacité de 320 Go et tournant à 5 400 tours par minute qui officie. Enfin, c'est une batterie 6 cellules d'une capacité de 5 625 mAh qui se chargera d'assurer l'autonomie de ce netbook.

Côté connectique, la bonne surprise concerne l'apparition de la sortie HDMI 1.3 qui faisant tant défaut au MSI U135 qui était dépourvu de la solution ION Next Gen de NVIDIA. À côté de cette prise HDMI, on trouve un port USB 2.0, ce côté gauche étant également pourvu d'une sortie VGA. À droite, ce sont deux autres ports USB, un port Ethernet et un lecteur de cartes-mémoire qui viennent compléter la connectique de l'Eee PC 1201PN.

012c000003412242-photo-eee-pc-1201pn-3.jpg
   
012c000003412232-photo-eee-pc-1201pn-5.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top