L'atterrisseur de la mission Chang'E 5 vient de se poser sur la Lune

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
01 décembre 2020 à 17h30
7
Chang'E 5 sur la Lune centre contrôle © CNSA
Le centre de contrôle de la mission quelques instants après l'alunissage. Crédits CNSA

Après une journée supplémentaire autour de la Lune et une descente dans le silence des médias d'État chinois, l'atterrisseur de la mission Chang'E 5 s'est posé avec succès sur l'océan des Tempêtes.

La prochaine fois, un petit direct…

Au bout du suspense !

Les informations étaient attendues avec avidité tout autour du monde, puisque différents médias avaient laissé fuiter l'heure exacte de la manœuvre de l'atterrisseur de la mission Chang'E 5 ce 1er décembre. Il s'était décroché de l'orbiteur peu après leur arrivée autour de la Lune. Comme prévu, le véhicule avait dans les 24 heures abaissé significativement son orbite, jusqu'à « frôler » le sol lunaire. Puis, aujourd'hui à 15 h 58 (Paris), il a allumé son moteur principal pour quitter l'orbite et se diriger au nord du Mont Rümker, vers la zone d'alunissage prévue. Il lui a fallu moins de 14 minutes pour se poser à 16 h 11, de façon entièrement automatisée.

Les véhicules chinois sont équipés d'un logiciel de navigation autonome qui leur permet de choisir dynamiquement au cours de leur descente quelle est la zone la plus adaptée à un atterrissage en toute sécurité.

Les autorités ont ménagé un intense suspense, puisque le direct à la télévision nationale chinoise n'a finalement pas été diffusé. Différentes chaînes d'information locales n'ont pu reprendre leurs émissions spéciales qu'après la confirmation que le véhicule était intact sur la surface lunaire. Dommage, car comme ses prédécesseurs Chang'E 3 et 4, Chang'E 5 était équipé d'une petite caméra qui transmettait des images à quelques secondes d'intervalle tout au long de la descente.

Place aux échantillons

De nouvelles images sont attendues dans les prochaines heures, mais il y a plus important… Pour que la mission de retour d'échantillons puisse se dérouler normalement, il faudra que l'atterrisseur puisse les collecter ! La plateforme est équipée d'un bras qui dispose d'un double système de récupération d'échantillons et qui pourra forer jusqu'à 2 mètres de profondeur pour récupérer 2 kg d'échantillons environ. Le temps est compté : dans quelques jours seulement, lesdits échantillons seront renvoyés en orbite pour s'amarrer à l'orbiteur, qui rentrera vers la Terre.

Source : Space News

Modifié le 01/12/2020 à 17h53
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page