🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Critique Archive 81 : secte, mensonges et vidéo

31 janvier 2022 à 18h00
10
Archive 81 © Netflix
© Netflix

Netflix verse une nouvelle fois dans le genre horrifique avec Archive 81, sa dernière série adaptée d'un podcast américain. Cette première saison, sortie de nul part, a-t-elle réussi à nous faire trembler ? Pas vraiment…

Archive 81
  • Vous aimez les histoires mystérieuses
  • Vous êtes intéressés par l'occulte
  • Vous appréciez les récits qui prennent leur temps
  • Vous aimez l'épouvante et l'horreur
  • Vous attendez d'être secoués
  • Vous n'êtes pas fans des œuvres à la Conjuring

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique Archive 81

Informations

Titre original
Archive 81
Genre
Fantastique, Horreur, Mystère
Réalisation
Rebecca Sonnenshine
Editeur
Atomic Monster Productions, Sonnenshine Productions
Plateforme
Netflix
Nombre de saisons
1
Nombre d'épisodes (Total)
8
Classification
Déconseillé / interdit aux moins de 16 ans

De l'horreur à la chaîne

Dan Turner, qui travaille à la restauration d'images anciennes, est contacté par une multinationale afin de récupérer les vidéos de Melody Pendras, jeune étudiante disparue dans l'incendie du Visser, un vieil immeuble new-yorkais, en 1994. Au fur et à mesure, Dan va se rendre compte que Melody a mis au jour une mystérieuse secte et leurs sombres desseins.

Succès surprise de ce début d'année, Archive 81 n'avait pourtant pas bénéficié de la promotion démesurée à laquelle Netflix a pu nous habituer pour certains de ses plus gros blockbusters.

L'algorithme et le bouche à oreille ont fonctionné à plein régime pour faire de cette série, notamment produite par James Wan, le réalisateur des très efficaces The Conjuring ou Insidious, le nouveau petit phénomène de la plateforme américaine.

Archive 81 © Netflix
© Netflix

Nous étions logiquement intrigués à l'idée de découvrir ce que le prodige du cinéma d'épouvante contemporain avait à proposer… Hélas, mille fois hélas, si les ingrédients sont présents pour frissonner joyeusement au fond de son canapé, la mayonnaise ne prend jamais vraiment et montre vite ses limites au fil des huit épisodes que compte cette première saison.

Talent, es-tu là ? Si tu es là, frappes trois fois…

Les intentions de la production, qui cherche à créer un sentiment de malaise et d'effroi sans se reposer sur des jump scares faciles ou des effets de manche, sont louables, pourtant Archive 81 souffre d'une mise en scène aussi fade qu'inintéressante.

En premier lieu l'argument des cassettes retrouvées est purement factice. Le récit nous fait croire au départ que nous observerons le point de vue de Melody à travers ses images et le genre du found-footage a montré qu'il est imparable pour terrifier le spectateur avec très peu de moyens. Pour preuve, on se souvient bien sûr de la réelle efficacité de films comme Le Projet Blair Witch ou Paranormal Activity pour terrifier les spectateurs et les faire se cramponner à leurs accoudoirs.

Archive 81 © Netflix
© Netflix

Seulement, après quelques images filmées à l'arrache par notre protagoniste, le récit bascule vers une mise en scène scolaire, où s'enchaînent de manière presque automatique plans d'exposition, plans moyens et gros plans. L'immeuble du Visser, où se déroule la quasi totalité de l'intrigue, n'est finalement jamais étouffant ni angoissant, la caméra n'en faisant rien de plus qu'un simple bâtiment délabré.

Esthétiquement, la photographie n'aide en rien, se contentant d'appliquer à l'image une teinte marronnasse désaturée, très à la mode depuis une décennie mais qui n'apporte aucune personnalité à la série. Et c'est sans parler de la reconstitution historique, inexistante tant au niveau des décors que des costumes et coiffures, à tel point qu'il faut régulièrement nous rappeler qu'une partie du récit se déroule dans les années 90.

« Archive 81 ne cherche jamais à faire preuve de créativité et se suit sans entrain… mais sans déplaisir non plus »

Ce manque sérieux de créativité déteint également sur l'intrigue de Dan, qui analyse les images dans un bunker en béton totalement générique et jamais servi par quelques cadrages un tant soit peu composés. Seule une lumière bleutée (et toujours aussi terne) vient évoquer le changement de lieu et d'époque.

Bref, visuellement parlant, on s'ennuie très vite devant Archive 81 qui se fond avec paresse dans les codes esthétiques de l'horreur des années 2010, sans doute pour ne pas faire fuir le grand public.

Du sang et du culte

Heureusement, Archive 81 a un atout de taille dans sa manche : son scénario. La série, dans une lenteur revendiquée et après une mise en place sur trois épisodes un peu longuette à notre goût, repose notamment sur un réel sens du rythme pour réussir toujours à distiller un élément mystérieux ou une information capitale au moment exact où notre intérêt pourrait commencer à faiblir dangereusement.

Archive 81 © Netflix
© Netflix

Il faudra néanmoins être tolérant sur bien des incohérences, notamment à propos des images filmées par Melody. Afin que Dan ait accès aux mêmes informations que le spectateur, la jeune femme se balade constamment caméra vidéo à la main, dans des situations toujours plus absurdes qui n'ont pas d'autre intérêt que de justifier le dispositif.

Le personnage de Dan n'est pas épargné par ces facilités narratives et quand il n'obtient pas d'informations absentes des VHS de Melody, il tombe comme par hasard sur les bons éléments nécessaires à l'avancée du scénario. Plus c'est gros, plus ça passe…

Le diable se cache dans les détails

Malgré ses nombreux défauts, nous sommes allés au bout de cette première saison sans rechigner. Les révélations récompenses de chaque fin d'épisode nous ont bien sûr pousser à continuer, donner envie de comprendre les motivations de cette secte et surtout de connaître le destin de ces personnages.

Archive 81 © Netflix
© Netflix

Archive 81 n'a certes rien d'original pour les amateurs des films Conjuring, elle recycle les éléments qui ont fait le succès de la saga, à savoir religion, occulte et possessions démoniaques, mais fait montre d'un réel savoir-faire dans l'exercice, qui culmine à la fin de l'épisode 4, probablement le plus réussi de tous.

Le reste de la saison se suit sans entrain mais sans déplaisir non plus jusqu'à une dernière séquence qui libère enfin les chevaux et propose une mise en images un peu plus inspirée visuellement. Cette ultime scène, bien plus que son dénouement un peu faiblard, laisse espérer une deuxième saison nettement plus ambitieuse et qui verse enfin à pieds joints dans l'horreur.

5

Archive 81 est une série accrocheuse par son récit et qui, malgré un rythme lent, sait distiller assez d'informations pour vous convaincre de lancer l'épisode suivant. On regrette alors une réalisation fainéante et un manque criant d'inspiration qui font de cette série un produit sympathique et inoffensif, à défaut d'être une œuvre réellement terrifiante.

Les plus

  • Vous aimez les histoires mystérieuses
  • Vous êtes intéressés par l'occulte
  • Vous appréciez les récits qui prennent leur temps

Les moins

  • Vous aimez l'épouvante et l'horreur
  • Vous attendez d'être secoués
  • Vous n'êtes pas fans des œuvres à la Conjuring

Archive 81 est disponible depuis le 14 janvier 2022 sur Netflix .

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
9
jobinseb
Umph, je l’avais ajouté à ma liste, mais à la lecture de cet article, je doute… si c’est pour au final perdre du temps, autant ne pas l’attaquer…<br /> Quelqu’un l’a vue et a un avis différent de celui de l’auteur de la revue ?
Goodbye
@seb3138<br /> Tu manques quelque choses, enfin une série netflix thriller à l’ancienne, je suis retourné dans les année 90/2000.<br /> L’ambiance est incroyablement stressante par moment, il y’a ce petit quelque chose, qui manque à beaucoup d’œuvre du même genre.<br /> Une petite touche de Videodrome aussi, clairement.<br /> Une belle réussite, 8/10 personnellement.<br /> (il s’agit d’un thriller horrifique, et non une série d’horreur, mais c’est bien précisé sur la fiche de la série)
marc6310
Personnellement je vais la tenter ! Car les points négatifs et les différents commentaires d’allocine m’ont plus donné envie que rebuté. Prendre le temps de construire les personnages, le mystère et la tension maintenue longtemps, les sectes, la volonté de ne pas en mettre a tout prix plein la tronche par des jump scares et des effets c’est exactement ce qui me plait.
AlexLex14
Franchement les gars, tentez le coup. Il est normal que ça ne plaise pas à tout le monde… mais personnellement, j’ai dévoré la série.<br /> Elle se «&nbsp;regarde toute seule&nbsp;» comme on dit <br /> J’ai fait une critique vidéo de 20 minutes sur ma chaîne YouTube, et je n’ai eu que des bons retours sur la série.<br /> Limite, même si vous n’êtes fan du genre de départ, vous devriez assez facilement accrocher. La réalisation tient la barraque et vous serez agréablement surpris par le scénario (et casting impeccable, j’en dis pas plus).
pecore
Je vois un gros soucis dans cette série au vu de ce qui est écrit : visiblement elle appelle une 2é saison. Ce qui veut dire que si la série fait un bide elle n’aura jamais de fin. Je vais donc attendre la sortie de cette éventuelle 2é saison pour m’y intéresser.
Goodbye
Non je t’assure, la série pourrait clairement se terminer ainsi.
pecore
Ok, merci pour l’info, je vais la tenter alors.
benben99
Ca n’a pas l’air terriblement original comme concept.
nicgrover
A première vue la musique et les bruitages font peur… Quant à l’image, faut voir…
Arcetnathon
Une réalisation fénéante et un manque d’inspiration ??<br /> Vous avez vraiment regardé la série ? Alors ok c’est pas du blocbuster ou un truc familiale, mais la réalisation elle est d’une propreté… les plans, l’ambiance sonore, les montées d’adrénaline… c’est visuellement le haut du panier de Netflix.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page