Autos connectées : focus sur les OS et apps embarqués

01 juin 2018 à 15h36
0
La voiture 2.0 est en marche... Grâce à l'intégration de connexions mobiles dans les véhicules, de nouvelles générations de services et d'applications liées à Internet sont en passe de révolutionner l'industrie automobile. Des fonctions de communication, d'assistance à la conduite, de surveillance de l'état du véhicule, de navigation et de prévision du trafic, ou encore d'informations et de services multimédias : l'Internet embarqué offre des perspectives de développement quasi infinies. Voici un éventail des innovations qui nous attendent. En route !


0258000006867774-photo-volvo-sensus-connected-touch-volvo-cars.jpg


Émergence des voitures connectées

En connectant les voitures aux réseaux mobiles, les constructeurs automobiles, les équipementiers - Bosch, Valeo, Continental, etc. - et les fabricants d'électronique grand public ont commencé dans un premier temps par améliorer leurs systèmes de navigation en les combinant avec des informations dynamiques plus précises : info trafic en temps réel, recherche de POI, météo, etc. L'émergence des smartphones, des applications mobiles, du cloud et l'évolution des réseaux mobiles 3G/4G leur permet aujourd'hui d'aller beaucoup plus loin...

Accéder à bord d'un véhicule aux mêmes applications et services que sur un terminal mobile, voici l'une des promesses des nouveaux systèmes d'infotainement (info-divertissement) embarqués. Parallèlement, des services de plus en plus élaborés sont créés grâce notamment à l'intégration de capteurs dans les véhicules capables de communiquer et interagir avec le smartphone du conducteur via le cloud. Le potentiel est énorme ! Les constructeurs automobiles, les équipementiers, les opérateurs et les géants de la high-tech, dont -Apple, Google, et Microsoft- convoitent ce marché providentiel.

01F4000006877702-photo-parrot-asteroidsmart-insitu-03.jpg


Des écosystèmes taillés pour la route

De nombreux constructeurs ont développé leur propre système d'infotainement connecté par le biais d'une carte SIM intégrée : Audi Connect, BMW ConnectedDrive, Ford Sync, Renault R-Link... Encore souvent réservés aux modèles haut de gamme, ces systèmes se voient de plus en plus concurrencés par des dispositifs permettant de faire communiquer les smartphones avec les tableaux de bord.

Différentes plateformes (OS) propriétaires ou open source émergent pour faire fonctionner ces systèmes embarqués. Comme sur le marché de la mobilité, de nombreux acteurs tentent d'imposer leur propre écosystème et de se démarquer en proposant des applications et des services cloud toujours plus bluffants. Voici une sélection non exhaustive des innovations pour les autos connectées.La connexion dans les voitures représente un nouvel eldorado pour les géants de la high-tech. Apple, Google, Microsoft se retrouvent une fois plus en concurrence frontale sur un marché en plein essor. C'est une véritable course à l'innovation qui s'engage et qui promet d'être passionnante. Coup de projecteur sur leurs différents services pour les autos connectées.

Google sur tous les fronts

Contrairement à ses concurrents du marché de la mobilité, le géant de la recherche n'impose pas un cahier des charges précis pour promouvoir son OS mobile Android dans les voitures, son but étant avant tout d'imposer ses services Web au sein des systèmes embarqués existants. Pour ce faire, la firme collabore avec de nombreux constructeurs automobiles. Google se révèle par ailleurs très impliqué dans cette industrie afin de développer notamment sa fameuse Google Car : la première voiture sans conducteur présentée en 2010.

01F4000006867624-photo-google-self-driving-car-press-image.jpg


Google Street View et Panoramio

À partir du mois de janvier 2014, les clients de Toyota pourront accéder à deux nouveaux services connectés via le système Touch 2 : Google Street View et Panoramio. Le premier, bien connu, permettra au conducteur de visualiser des photos panoramiques géolocalisées sur ses parcours. Tandis que le second, Panoramio le complète en offrant la possibilité de se familiariser, par exemple, avec un lieu de destination en consultant des photos partagées par des utilisateurs du monde entier sur le service de Google. Des fonctions bien pratiques qui étaient réservées jusqu'ici à quelques modèles haut de gamme d'Audi, BMW et Porsche.

0190000006860822-photo-google-streeview-panoramio.jpg


Google Earth
À la pointe de la technologie, le constructeur allemand Audi avait fait sensation au CES 2013 à Las Vegas en présentant son prototype de voiture autonome, le plus avancé avec celui de Google. En matière de services connectés, il a été le premier à proposer une intégration de Google Earth dans son système de navigation Audi Connect (en option sur les modèles A3, A6, A7 et A8).

01F4000006860914-photo-google-earth-audi-a8.jpg


Créé en partenariat avec Google, le système associe les données de Google Earth à celles du réseau routier. Il permet de naviguer au travers de vues aériennes et satellitaires haute résolution sur lesquelles se greffent d'autres éléments : informations routières (nom des rues, commerces), distance jusqu'à la prochaine intersection, altitude, etc. En prime, il dispose également de Street View et de données issues de Wikipédia permettant par exemple d'obtenir des informations sur un site touristique, un monument, etc. Ce condensé de technologies s'avère toutefois dépendant d'une bonne connexion au réseau mobile pour pouvoir charger les images tout en roulant.

0190000006860912-photo-google-earth-audi.jpg


Google Search
Peu de voitures, aussi sophistiquées et luxueuses soient-elles, disposent d'un accès à Internet complet. Volvo fait partie des premiers constructeurs à proposer cette possibilité (seulement à l'arrêt pour des raisons évidentes de sécurité) sur son système Sensus Connected Touch. Le constructeur BMW qui propose déjà la recherche locale via Google prévoit de faire une mise à jour l'année prochaine du firmware iDrive (4.2) de son système ConnectedDrive pour offrir un accès Web sans restriction sur tous ses modèles.

Les clients de BMW pourront expérimenter une nouvelle option : la recherche sur Google par commandes vocales via Google Voice ! Une technologie prometteuse et très attendue, car l'utilisation d'un joystick ou d'un clavier numérique sur l'écran central pour saisir une requête ou une adresse demeure assez contraignante. À suivre...

0190000006861190-photo-bmw-google.jpg


Microsoft : le vieux routier des technologies embarquées

La division Micrsosoft Windows Embedded Automotive du géant de Redmond travaille depuis près de 15 ans dans l'industrie automobile. Sa plateforme Windows Embedded est utilisée par de nombreux constructeurs dont Fiat, Ford, Nissan, Kia, PSA (Peugeot, Citroën) ou encore le chinois Qoros. En Europe, Microsoft a notamment développé les systèmes d'infotainement Blue&Me pour Fiat, ou SYNC pour Ford. Mais c'est sur le marché chinois que Microsoft s'est fait remarqué dernièrement en développant avec le constructeur Qoros un système d'infotainement de nouvelle génération. Baptisé Microsoft Qoros Cloud, ce système qui repose sur la plateforme Windows Azure (le service cloud de Microsoft) offre un large éventail de services connectés : téléphonie, divertissements, accès aux réseaux sociaux, surveillance de l'automobile, prise de rendez-vous en ligne avec le concessionnaire pour les entretiens depuis l'écran de bord, appel d'urgence automatique, outils de navigation avancés avec informations trafic et optimisation des itinéraires. Au total, il propose une trentaine de services.

0190000006861624-photo-qoros-cloud-03.jpg


Le système se connecte au réseau par le biais du smartphone du conducteur (en USB ou Bluetooth). Parmi les fonctionnalités intéressantes, il peut synchroniser le calendrier du terminal, indiquer au conducteur lorsqu'il a un rendez-vous et calculer le temps de trajet nécessaire pour s'y rendre. Il est également capable d'indiquer les places disponibles dans les parkings, de conseiller des restaurants et des hôtels le long d'un parcours, etc. Toutes ces applications et services ont l'avantage d'être accessibles en dehors du véhicule à partir d'un PC, d'un Mac ou d'une tablette via la plateforme Windows Azure. Une démonstration technologique impressionnante de la part de Microsoft qui compte bien profiter de son expérience pour imposer ses services dans les voitures connectées.

0190000006861626-photo-qoros-cloud-01.jpg


Apple va croquer le marché auto

Alors que ses principaux concurrents - Microsoft, Google, Nokia ou encore BlackBerry - sont présents pour certains de longue date sur le marché de l'info-divertissement pour les voitures, Apple commence tout juste à s'y intéresser. Au mois de juin dernier à l'occasion de sa conférence mondiale annuelle WWDC (Worldwide Developers Conférence) à San Francisco, la firme a en effet présenté « iOS in the Car » (iOS en voiture) : un mode qui va permettre de profiter d'une interface spéciale d'iOS dans le système embarqué des véhicules. À ce moment-là, Apple annonçait avoir déjà signé des partenariats avec une douzaine de constructeurs automobiles : Acura, Ferrari, Infiniti, Jaguar, Kia, Opel, Mercedes-Benz, Nissan et Volvo. Depuis Honda, Hyundai et Chevrolet ont rejoint les rangs des nouveaux partenaires d'Apple.

0258000006861610-photo-ios-in-the-car.jpg


La plupart des constructeurs entendent bien profiter de l'effet de « halo » de la marque à la pomme. Techniquement, Apple a de nombreux atouts pour s'intégrer dans les voitures. À commencer par la grande simplicité de son OS et bien sûr, son système de commandes vocales Siri. Outre Atlantique, les utilisateurs pourront de surcroît profiter de son service de musique à la demande iTunes Radio (pas encore disponible en France). En revanche, l'application maison « Plans » pour la navigation risque bien de faire grincer des dents de ce côté de l'Atlantique où son adoption reste encore très faible.

01F4000006861622-photo-apple-ios-7-siri.jpg


Apple Siri Eyes Free
Fin 2011, une première fonction appelée Siri Eyes Free a commencé à faire son apparition notamment sur certains modèles d'Opel (propriété de General Motors). Compatible avec les iPhone 4 et ultérieurs, le système s'avère très simple : il suffit d'appairer le terminal en Bluetooth avec le système embarqué IntelliLink du constructeur et d'activer Siri Eyes Free grâce à une commande dédiée sur le volant. Ce système permet d'utiliser l'assistant vocal pour passer des appels, piloter la musique ou encore écouter et écrire des SMS dans la voiture sans quitter les yeux de la route. La marque Chevrolet appartenant aussi à General Motors propose également cette fonction sur ses modèles Sparks et Sonic aux USA. Le système rencontre un tel succès qu'il le proposera sur six autres modèles en 2014.

01F4000006861612-photo-chevrolet-mylink.jpg


iOS in the car
Avec « iOS en voiture », Apple et ses partenaires vont offrir une intégration plus profonde de l'iPhone dans les systèmes embarqués. Ils permettront d'afficher l'interface d'iOS et les applications adaptées à un usage en voiture. L'iPhone 5 pourra être commandé via l'écran du tableau de bord, les commandes intégrées au volant ou à l'aide de Sir Eyes Free. Pour l'heure, l'interface donnerait accès à la navigation avec information trafic, aux appels téléphoniques, à l'écriture/lecture de SMS et iMessage, au calendrier et à la musique. Il ne fait quasiment aucun doute que d'autres applications seront implémentées par la suite. Les premiers modèles de voitures intégrant la technologie sont attendus pour le premier trimestre 2014.

0190000006861614-photo-sir-eyes-free-01.jpg
Les géants de la high-tech ne sont pas les seuls à convoiter le marché des services connectés. Fabricants d'électronique et équipementiers multiplient les innovations, créant parfois des écosystèmes propriétaires complets (plateforme, boutique d'applications et services en ligne) inspirés de l'univers mobile. En parallèle, les industriels de l'automobile, des télécommunications et de la high-tech collaborent au sein de consortiums pour créer des standards universels.

C'est le cas notamment de CCC (Car Connectivity Consortium) qui a mis au point MirrorLink : une technologie visant à répliquer l'environnement et les apps des smartphones sur l'écran de bord des véhicules. Enfin, des spécialistes des technologies embarquées développent des solutions basées sous Android qui se révèlent déjà particulièrement prometteuses.

01F4000006868184-photo-into-auro.jpg


Bosch mySpin : un écosystème d'applications modulable

Fort d'une riche expérience dans le développement de technologies embarquées, l'équipementier Bosch s'apprête à lancer une solution d'intégration des smartphones Android et iOS dans les véhicules. Pour cela, il a développé tout un écosystème (infrastructure cloud, kit de développement logiciel ouvert pour les développeurs d'applications, interface graphique) et créé une application baptisée mySPIN. L'objectif est de mettre à disposition des constructeurs et des fabricants de systèmes embarqués une solution complète qu'ils peuvent personnaliser à leur guise, en choisissant par exemple quelles applications peuvent être installées par leurs clients.

Une fois téléchargée sur Google Play ou l'Apps Store, mySPIN permet de retrouver sur l'écran de bord les applications du smartphone préalablement adaptées à un usage en voiture (car mode) et agrées par les constructeurs. De nombreuses applications hébergées sur le cloud de Bosch ont déjà été adaptées telles que Media Player, Maps, TomTom, INRIX, ou encore Parkomedia. mySPIN permet également d'accéder aux contacts, à l'agenda et à la musique du smartphone, ainsi qu'à des milliers de webradios (aucun service de streaming audio n'est prévu pour le moment). Cette solution qui va être disponible dans le monde entier a été déjà choisie par les marques Jaguar et Land Rover qui l'intégreront progressivement dans leurs véhicules en 2014.

01F4000006866926-photo-myspin-01.jpg


MirrorLink : le reflet des smartphones

La norme technologique développée par le CCC regroupe pas moins de 80 % des constructeurs automobiles. Celle-ci permet de répliquer l'écran du smartphone sur celui du système embarqué et d'utiliser ses applications. Séduisant, mais les limites de la technologie sont nombreuses, car il faut que le smartphone et le système embarqué soient tous deux certifiés MirrorLink. Alpine, Sony et JVC sont les premiers fabricants à avoir intégrer cette technologie. Leurs systèmes sont compatibles uniquement avec certains smartphones Android et Symbian (Nokia).

Côté applications, seules celles qui ont été agréées par le consortium peuvent être utilisées. Outre les fonctions de communication, de navigation, de musique, etc., le modèle XAV-601BT de Sony dispose d'une option innovante permettant d'écouter les mises à jour de Twitter par synthèse vocale (nécessite un terminal Android compatible avec cette fonction). Le modèle Alpine ICS-X8 est surtout intéressant quant à lui pour les possesseurs de smartphones Nokia sous Symbian (700, N8, E6, etc.) qui ont la possibilité d'accéder aux services Nokia Music et Nokia Drive. Des mises à jour sont en principe prévues pour une compatibilité avec les terminaux Android.

0190000006867732-photo-sony-xav-601bt-mirrorlink-02.jpg


Android : la star des OS mobiles prend la route

Filiale d'Intel, Wind River est spécialisée dans l'intégration de logiciels embarqués dans les systèmes d'info-divertissement. La firme a notamment développé une solution basée sur Android pour le tout nouveau modèle Clarion AX1. Une fois connecté à un smartphone (Android ou iOS) en Bluetooth ou USB, le système offre un accès complet à Internet (à l'arrêt uniquement) via un navigateur, ainsi qu'à des centaines de webradios. Il dispose également d'une boutique d'applications sécurisées pour un usage en voiture et, chose rare, d'un service pour acheter et télécharger de la musique en ligne. Des fonctions avancées plus souvent proposées jusqu'ici sur les systèmes intégrés des constructeurs auto.

0190000006867650-photo-clarion-ax1-generic.jpg


Le fabricant français Parrot a lui aussi choisi de personnaliser Android pour créer l'un des systèmes connectés « aftermarket » les plus évolués du marché : ASTEROID Smart. Comme le Connected Sensus Touch qu'il a développé pour Volvo, ce dernier offre un accès à une multitude d'applications pour la voiture via l'Asteroid Market : Facebook, VLC, iGO navigation, TomTom, Liveradio, Coyote, Wikango, Waze, Spotify, Deezer, etc.

01F4000006877716-photo-parrot-asteroid-smart.jpg


Outre ces applications encore rares sur les apps store pour les voitures, il possède une application maison baptisée SmartLink. Celle-ci permet de répliquer certaines applications des smartphones (Android et iOS) pour les utiliser sur l'écran du véhicule. Connecté via une clé 3G/4G ou un smartphone, il propose enfin un accès Internet complet à l'arrêt. Démonstration avec cette vidéo réalisée par Parrot.

La plupart des constructeurs développent leur propre système d'infotainement associé à une boutique d'applications pour leurs modèles de voitures connectées. Après avoir intégré des services liés à la navigation et aux informations routières, ils mettent tout en œuvre pour proposer des applications stars de la mobilité telles que Facebook, Twitter, Spotify, etc. Voici quelques exemples d'offres de grands constructeurs en Europe.

0190000006867778-photo-volvo-sensus-connected-touch-01.jpg


Systèmes intégrés : la guerre des apps

Peugeot et Renault
Les deux constructeurs français Peugeot (groupe PSA) et Renault se sont tous deux lancés dans la course des services connectés assez récemment. La marque au lion a lancé son Peugeot Connects Apps courant 2012, suivi un an plus tard par Renault et son R-Link Store. Pour l'heure, Peugeot propose seulement une dizaine d'applications dont Michelin Trafic, Guide Michelin, PageJaunes, Carburant, Parking, etc. De son côté, Renault (voir photos ci-dessous) mise sur des apps bien plus populaires telles que TomTom Live, Coyote, Twitter (à l'arrêt), ou encore Sudoku.

012C000006867730-photo-renault-43846-global-fr.jpg
012C000006867746-photo-renault-44476-global-fr.jpg


Audi, BMW, Mercedes, et Porsche
Précurseurs, les constructeurs allemands ont déjà intégré par exemple des versions « car mode » de Twitter et Facebook pouvant être utilisées en conduisant grâce aux commandes vocales. Comme nous l'avons vu, la plupart se distingue également en ayant intégré des fonctions de navigation et de recherche poussées de Google avec qui ils collaborent depuis plusieurs années : Maps, Street View, Earth, Panoramio, et Local Search. Signe des temps, BMW ne proposera plus que des voitures connectées dès l'année prochaine.

0190000006872494-photo-audi-connect.jpg


Volvo
En collaboration avec Parrot, le constructeur suédois Volvo propose un système d'infotainement dernier cri basé sous Android : le Sensus Connected Touch. Il offre un accès à la boutique d'applications auto Asteroid Market particulièrement bien fournie avec des apps aussi populaires que Facebook, VLC, TuneIn Radio, Deezer, Spotify, ou encore Waze. A noter que cette dernière qui a récemment été rachetée par Google s'est dotée depuis de puissantes fonctions vocales rendant son utilisation en voiture beaucoup plus agréable et surtout moins dangereuse.

01F4000006872496-photo-parrot-asteroid-market.jpg


Ford
Dans le domaine de la voiture connectée, le constructeur américain Ford est devenu une référence incontournable. Il est systématiquement présent dans tous les grands salons high-tech de la planète (CES, IFA...). Au salon du Mobile World Congress de Barcelone en 2012, il avait présenté l'une des premières voitures équipées d'une puce 3G, la Ford B-Max. Elle était notamment dotée d'un système capable d'alerter automatiquement les secours en cas d'accident et de communiquer la position exacte du véhicule. Une fonction proposée aujourd'hui par de nombreuses autres marques.

0190000006861600-photo-ford-emergencyassistance-04.jpg


Cette année à l'IFA, le constructeur a dévoilé son catalogue d'applications AppLink pour son système d'infotainement SYNC basé sur Windows Embedded. Ce dernier offre la possibilité d'utiliser de nombreuses applications des smartphones Android, iOS et BlackBerry. Pour inciter les développeurs à adapter ou créer des applications, le constructeur s'est inspiré du monde de l'informatique en lançant le Ford Program Developer : un kit de développement SDK en libre accès permettant à des tiers de créer des applications pour ses modèles de voitures.

01F4000006878616-photo-ford-applink.jpg


Suite à cette initiative imitée depuis par d'autres constructeurs, Ford possède aujourd'hui l'un des plus importants catalogues d'applications auto : Amazon Cloud Player, TomTom, Hotels.com, Audioteka (lecture audio d'ebooks), Spotify, TuneIn, Twitter, etc. Plus d'une soixantaine d'apps au total, dont certaines peuvent fonctionner à l'aide d'un système de commandes vocales développé en partenariat avec Nuance, l'éditeur de Dragon Naturally Speaking pour PC.Les débits de plus en plus rapides des réseaux mobiles 3G et 4G combinés à la puissance du cloud permettent de créer des services de plus en plus pointus pour les automobilistes. Le constructeur finlandais Nokia vient d'en faire la démonstration au dernier Salon de l'Automobile de Francfort où il a présenté une solution complète de navigation basée sur le cloud. Celle-ci propose un guidage dynamique très précis alimenté par des informations routières en temps réel transitant par le cloud, ainsi qu'une multitude de services connectés au volant.

Autre tendance, les services bien connus des internautes comme Deezer et Spotify sont adaptés à un usage en voiture par l'intermédiaire d'une connexion smartphone, mais seul le service suédois propose pour le moment une solution totalement embarquée. Enfin, nous verrons les premières applications basées sur la réalité augmentée qui permettent aux conducteurs de dialoguer avec leur véhicule via le cloud.

0258000006877880-photo-ford-ecosport.jpg


Nokia : navigation et services cloud

Le constructeur finlandais qui vient de céder sa division mobile à Microsoft recentre ses activités notamment sur la navigation. Suite au rachat de Navteq en 2007 (numéro un mondial de la cartographie à l'époque), Nokia a accéléré le développement de sa plateforme de navigation Here. La firme vient tout juste de présenter au salon de l'automobile de Francfort Here Auto Cloud, une déclinaison de Here Drive (disponible sur les Windows Phone) basée sur le cloud et destinée spécifiquement aux voitures connectées.

0190000006867652-photo-nokia-here-05.jpg


Here Cloud Auto est un écosystème logiciel complet destiné aussi bien à équiper les systèmes d'infotainement connectés par une carte SIM intégrée, que les dispositifs de partage de connexion avec un smartphone. L'offre comprend un logiciel de navigation basée sur la cartographie Navteq, l'information trafic (Here Traffic) et une multitude de services dynamiques qui transitent par l'infrastructure cloud de Nokia : webradios, météo, recommandations sur les restaurants (Around You), places de parking, localisation et tarifs des stations d'essence, visualisation de photos panoramiques du lieu de destination, etc.

0190000006867658-photo-nokia-here-06.jpg


Pour offrir une solution de bout en bout, Nokia a développé une application baptisée Here Companion qui sera disponible sur Android, iOS et Windows Phone. L'utilisateur aura la possibilité de planifier son voyage sur une tablette, un smartphone ou un ordinateur (via le site Web Here.com) et de l'envoyer via le cloud sur son système de navigation embarqué.

L'application permet également au conducteur de repérer la position de sa voiture à distance grâce à la technologie de réalité augmentée LiveSight par l'intermédiaire de photos géolocalisées, et peut même fournir des informations sur l'état du véhicule comme le niveau de carburant ou la pression des pneus. L'équipementier Continental a déjà choisi d'intégrer Here Cloud Auto dans sa plateforme de nouvelle génération baptisée Open Infotainment Platform. Pour l'heure, Nokia n'a pas souhaité nous communiquer les noms des éventuels constructeurs automobiles susceptibles de proposer sa solution dans les mois à venir.

00C8000006861676-photo-here-companion-01.jpg


Streaming audio : une première solution 100% embarquée

Les accords entre les plateformes d'écoute de musique en ligne et les constructeurs automobiles se multiplient depuis quelques mois. Mini et Nissan ont signé un partenariat avec le français Deezer, tandis que Ford s'est offert les services de Spotify. Pour le moment, ils ne sont pas intégrés dans le système d'infotainement des véhicules : ils fonctionnent par l'intermédiaire de leur application installée sur un smartphone (Android ou iOS). Une fois le terminal connecté au système embarqué, le conducteur peut naviguer dans ses playlists, effectuer une recherche, afficher les pochettes d'albums, etc. sur l'écran de bord.

0190000006864740-photo-nissan-deezer.jpg


Volvo et Parrot sont les premiers à proposer une version complètement intégrée de Spotify sur leurs dernières générations de consoles multimédia : Sensus Connected Touch et ASTEROID Smart. Le conducteur peut utiliser le service de streaming en voiture comme s'il était devant un ordinateur, en utilisant les commandes au volant ou tactiles de l'écran de bord. Le service est également pilotable à voix grâce à l'implémentation de commandes vocales : il suffit d'épeler le nom d'un artiste ou d'un morceau de musique pour le lancer. Découvrez ci-dessous une vidéo de démonstration de Spotify et des autres services embarqués sur le système de Volvo.




myOpel : réalité augmentée au service du véhicule

Très impliqué dans le développement des systèmes d'infotainement, le constructeur Opel a mis au point une application ingénieuse baptisée myOpel manuel pour le modèle Insigna. Basée sur la technologie de réalité augmentée et dotée d'une version numérique du mode d'emploi du véhicule, elle permet de scanner des éléments du moteur, des commandes ou encore des voyants à l'aide du capteur du smartphone pour savoir à quoi ils correspondent.

Dès lors qu'un élément est reconnu, elle affiche des petits cercles jaunes qu'il suffit de sélectionner pour accéder à un descriptif complet. Une première qui devrait inspirer d'autres constructeurs. Son lancement est prévu en 2014 et sera disponible sur les plateformes iOS et Android.

012C000006864418-photo-opel-insignia-myopel-manual-287793-medium.jpg
012C000006864420-photo-opel-insignia-myopel-manual-287795-medium.jpg
Qui aurait pu imaginer il y a seulement une dizaine d'années qu'il serait possible d'envoyer et recevoir des messages, suivre les actualités des réseaux sociaux, consulter différentes sources d'info trafic et photos géolocalisées sur un parcours, ou encore écouter des services de streaming audio dans sa voiture sans avoir à quitter les yeux de la route ! Le contenu du tableau de bord des voitures connectées sera bientôt encore plus riche que celui des smartphones.

Comme sur le marché de la mobilité, les écosystèmes et les applications vont désormais jouer un rôle majeur dans l'industrie automobile. De plus en plus d'automobilistes vont choisir leur véhicule en fonction de l'environnement et des services connectés qu'il propose. Une situation complexe pour les constructeurs qui d'un côté ont développé leur propre écosystème, et de l'autre s'ouvrent aux solutions open source comme Android, et propriétaires tels qu'iOS en voiture ou Windows Embedded. Si les constructeurs jouent sur les deux tableaux, c'est que la partie est loin d'être gagnée.

0190000006883612-photo-bmw-apps.jpg


Avec des solutions telles qu'iOS en voiture d'Apple, Qoros Cloud de Microsoft, mySPIN de Bosch ou MirrorLink qui exploitent la connexion réseau des smartphones, les automobilistes n'ont pas besoin de contracter un abonnement spécifique pour accéder à Internet dans leurs voitures, contrairement aux solutions des constructeurs avec carte SIM intégrée (tarifs très variables en fonction des marques). Pour inciter leurs clients à choisir leurs solutions connectées, les constructeurs devront mettre les bouchées doubles. Ils peuvent se démarquer en proposant des services connectés pour l'entretien par exemple, ou encore des applications permettant d'interagir avec les fonctions du véhicule par le bais de ses capteurs. Des applications en réalité augmentée comme myOpel représentent déjà une belle démonstration des prouesses réalisables, mais ce n'est rien en comparaison de ce qui se prépare.

L'équipementier Valeo ou encore le constructeur Ford ont présenté des applications permettant de garer une voiture à distance à l'aide de son smartphone ! En attendant qu'un tel système puisse être commercialisé, de nombreuses solutions pour ouvrir les portes, démarrer le moteur, allumer la climatisation, ou encore klaxonner à distance depuis un smartphone débarquent sur le marché. La révolution est en route...

0258000005520927-photo-valeo-park4uremote-2.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Linutop 5 : le nettop robuste passe à Ubuntu et devient plus évolutif
MyKronoz ZeNano : une nouvelle montre connectée orientée Android
La Redoute et ses activités Web cédées pour 1 euro symbolique
Infos US de la nuit : Yahoo au plus haut depuis 2006, Gates et Zuckerberg se mobilisent pour l'école
Disponible en bêta, Opera 19 inaugure le retour de la barre des favoris
Kima Ventures propose 150 000 dollars en échange de 15% d'une start-up
Malware Pony Botnet : 2 millions d'identifiants volés dans la nature
HP supprimera plus d'un millier de postes en Grande-Bretagne
Numericable : vers un nouvel élan en téléphonie mobile avec le réseau 4G de SFR ?
Louvois : après le scandale, le progiciel de solde de l’armée sera remplacé
Haut de page