Test Seagate STDD200 : un NAS carré, professionnel et... un brin austère

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
30 avril 2015 à 17h00
0
La note de la rédac
Un peu dépassés par des sociétés autrement moins puissantes, les géants du disque dur prennent petit à petit la mesure du potentiel du marché du NAS. Ainsi, Western Digital et Seagate proposent-ils une gamme de plus en plus fournie d'appareils destinés à un public sans cesse croissant. Quelques semaines après le STCT200, nous redonnons aujourd'hui la parole à Seagate qui monte en puissance avec le STDD200. Davantage tourné vers les petites structures professionnelles que les particuliers, ce modèle est animé par un Intel Atom double-cœur à 1,7 GHz et 2 Go de mémoire vive. De quoi venir chatouiller la concurrence ?

Présentation générale du STCT200

Au moment de tester le STCT200, nous précisions que le NAS « en imposait par son élégance ». Un compliment que l'on pourrait reprendre pour le STDD200 tant les deux produits sont en apparence semblables. Seagate a effectivement opéré une déclinaison de ses gammes comme le font à peu près tous les autres constructeurs du marché. La silhouette parallélépipédique du modèle d'entrée de gamme est reprise à l'identique : même angles aigus, même forme massive et même robe intégralement noire. Bien entendu, ce parti pris esthétique aura ses détracteurs et ses aficionados. Pour notre part, si l'élégance est de mise, nous regrettons l'aspect blockhaus que peut prendre le produit.

Côté mise en place en revanche, il est difficile de critiquer Seagate. Le constructeur reste effectivement fidèle au système mis en place sur ses NAS d'entrée de gamme... et ce n'est pas pour nous déplaire ! Seagate a imaginé ce qui reste une des solutions les plus pratiques pour installer les disques durs dans les deux baies prévues à cet effet : deux berceaux / tiroirs sans la moindre vis ont été imaginés par les ingénieurs. C'est simple, pratique et redoutablement efficace. Rien de très original toutefois côté USB : un unique port à la norme USB3 est disponible en façade et il est accompagné du traditionnel bouton de synchronisation / copie automatisée. Là encore, rien à redire tant la solution a fait ses preuves.

Au dos, le STDD200 ne fait guère plus dans l'originalité côté connecteurs et s'il propose une nouvelle fois la norme USB3, ce n'est que sur un seul port. Le second connecteur USB n'est lui qu'en 2.0, un rien désuet de nos jours ! Plus logique, le port eSATA n'est pas au programme et Seagate cède lui aussi à la mode de l'agrégation de liens : deux ports Ethernet Gigabit RJ45 sont effectivement présents. Notons qu'une telle solution nécessite un switch compatible, ce qui la destine davantage à une clientèle d'entreprise.

Comme l'immense majorité des modèles deux baies disponibles sur le marché, le STDD200 dispose d'une brique d'alimentation externe, à proximité de l'inévitable verrouillage Kensington. Enfin, le refroidissement de ce modèle « entreprises » est identique à celui du modèle « particuliers » : il est laissé aux bons soins d'un ventilateur 80 mm plutôt discret.

Seagate STDD200
Processeur
Intel Atom C2358 - 1,7 GHz
Protocoles réseau
AFP, SMB, FTP, NFS
Mémoire vive
2 Go
Cryptage
HTTPS, FTP SSL/TLS
Dimensions / Poids
170x120x218 mm / 1,75 kg
Serveur Web
Oui
Garantie
3 ans
Téléchargements
FTP, HTTP, Torrent
Baies
2x 3,5"
Serveur d'impression
Oui
Hotswap
Oui
Serveur multimédia
DLNA, iTunes, Photos, UPnP
Normes RAID
0 / 1 / JBOD
Gestion de caméras
Oui, jusqu'à 16 payantes
Ports USB / eSATA
2 USB3, 1 USB2, 0 eSATA
Gestion des quotas
Utilisateur
Interface réseau
2x Gigabit RJ45
Langue
Français

Dans la pratique

À la manière de QNAP ou Synology, Seagate ne propose qu'une seule interface pour l'ensemble de ses produits. Le même paragraphe est donc dupliqué sur les différents modèles de la marque à quelques détails près.

À mille lieues des interfaces très colorées de nombreux autres constructeurs, Seagate a opté pour une solution logicielle aussi élégante que sobre. Le blanc est omniprésent et l'utilisateur n'est pas agressé par des dizaines d'icônes dès lors qu'il se connecte à son périphérique. Les premiers pas sont rythmés par l'outil de découverte des NAS et par la création de la pile RAID. Rien à redire ici, les choix sont clairs, les options parfaitement expliquées : Seagate oriente ici l'utilisateur vers le format SimplyRAID, sa solution RAID 1 associée à un système de récupération automatisée très efficace. Problème, les choses se gâtent dès lors que l'on cherche à exploiter plus en profondeur son NAS.

En effet, l'interface logicielle impose de passer par quelques menus et sous-menus pour parvenir à ses fins. L'écran d'accueil permet d'accéder à l'outil device manager (toutes les dénominations ne sont pas traduites, non) et, ce faisant, à un découpage plus archaïque de l'écran avec une colonne sur la gauche pour lister les principales fonctionnalités et les réglages proprement dits sur la droite. Disons qu'un tel système a le mérite de la clarté pour les néophytes ou pour ceux dont la maintenance n'est pas le métier.

0190000008020520-photo-seagate-stdd200.jpg
0190000008020518-photo-seagate-stdd200.jpg

Plus gênant encore, l'interface logicielle s'avère relativement gourmande : dès lors qu'elle est active, on peut compter avec 10% de la mémoire vive utilisés en permanence et une occupation processeur comprise entre 2% et 10%. Autre problème : l'interface implique une utilisation constante de l'interface réseau (5-6 Ko/s en upload).

Heureusement, cette gourmandise de la console n'est pas là pour rien et toutes les options de surveillance des composants sont parfaitement agencées. La prise en charge du volume RAID n'est pas davantage critiquable et nous avons apprécié la simplicité dans la gestion des utilisateurs ou des groupes. En revanche, ces bons points ne sauraient masquer le manque évident d'informations sur le comportement du NAS : on a souvent entendu les disques durs « gratter » sans raison apparente. Autre problème, la « boutique » ne propose que très peu d'applications tierces et si vos besoins sortent des sentiers battus, vous risquez fort d'être déçus. Heureusement, les fonctions essentielles sont au menu : prise en charge DLNA, iTunes et UPnP, gestion des caméras de surveillance, publication WordPress, antivirus, compatibilité r-sync pour la sauvegarde...

010E000008020524-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008020526-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008020528-photo-seagate-stdd200.jpg

010E000008020532-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008020534-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008020540-photo-seagate-stdd200.jpg


0087000005108872-photo-performances.jpg

Performances : les scores du Seagate STDD200

Qu'en est-il des performances de ce NAS dans la pratique ? Que donne-t-il face à la concurrence ? Vous trouverez des résultats chiffrés et comparés dans les pages suivantes :
  • Transferts de données RAID 1 / RAID 5
  • Bruit, consommation et chaleur

Notre avis

À la manière de nombreux autres acteurs du secteur des NAS, Seagate se contente d'une simple montée en puissance pour distinguer son produit « pour particuliers » - le STCT200 - et son modèle « entreprises » - le STDD200. Hélas, ces faibles différences ne plaident pas vraiment en faveur de ce second produit auquel on peut faire les mêmes reproches. Si l'interface logicielle est un modèle d'élégance, elle pèche du côté des fonctionnalités et souffre d'une gourmandise excessive. Heureusement, la qualité de fabrication, la robustesse d'un appareil massif et la garantie de trois ans plaident en faveur de Seagate. Un constructeur qui joue aussi sur la carte du « livré clefs en main » (avec disques durs Seagate) pour s'attirer les faveurs des clients. Des arguments moins à même de toucher les particuliers, mais qui devraient faire mouche auprès de certaines PME.

010E000008020500-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008020504-photo-seagate-stdd200.jpg
010E000008021244-photo-seagate-stdd200.jpg

Seagate STDD200

Les plus
+ Installation / manipulation aisées
+ Trois ans de garantie
+ Interface sobre et élégante
Les moins
- Performances en retrait
- Interface peu ergonomique
- Appstore peu fourni
Performances
Fonctionnalités
Interface
2.5


05616460-photo-nas-miniature.jpg

Voulez-vous en savoir plus ?

En fonction des marques, les NAS ne disposent pas des mêmes fonctionnalités. Nous faisons le point sur les services les plus couramment intégrés.
  • Quelques rappels importants
  • Le point sur les services embarqués

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
Des ingénieurs tentent de battre le record de vitesse terrestre avec un véhicule zéro émission
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Linky : un bug à plus de 14 000 euros pour un habitant de Quimper
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top